webleads-tracker

Tourisme, restauration

Les gîtes forestiers du Domaine de Monadière en Haute-Loire

Les gîtes forestiers du Domaine de Monadière en Haute-Loire

La crise économique, certains la voient comme un frein, d’autres comme un moteur. Grégory et Lesly Colson, après une période de chômage, en ont fait l’expérience en reprenant les gîtes du domaine de Monadière fin décembre 2014. Depuis, au-delà d’une reconversion réussie, ils y trouvent une source d’épanouissement personnel sans égal.


Lesly Colson était responsable d’une boutique de prêt-à-porter et Grégory, chef de chantier dans les travaux publics. C’est en se confrontant au chômage et à un licenciement économique qu’ils ont décidé de concrétiser le projet dont ils rêvaient depuis longtemps : « On souhaitait trouver une activité commune. En achetant ce domaine en Haute-Loire, nous avons d’abord été séduits par le côté « gîtes en pleine nature ». Par ailleurs, l’espace restauration me permettait de me remettre à la cuisine, une passion que j’ai connue très jeune puisque j’ai fait des études dans ce secteur et obtenu un CAP. On a vendu notre maison et cela a été comme une évidence. »

Il faut dire que le cadre idyllique a de quoi susciter l’envie de poser ses bagages et de changer de vie ! Situé à La Chapelle-Geneste, au cœur du Parc Naturel du Livradois-Forez, le domaine, entouré de forêts, est un réel havre de paix, une bouffée d’oxygène à prix accessible. « On s’aperçoit que beaucoup de vacanciers ne souhaitent plus partir dans le Sud et payer des sommes exorbitantes pour une semaine de location. La tranquillité, le côté paisible et familial est souvent recherché. L’Auvergne répond bien à ces attentes, la région est très riche au niveau nature, histoire, spécialités culinaires… » explique Lesly Colson.

Après quelques semaines d’exploitation, le bilan est déjà très satisfaisant

Avec une capacité totale d’hébergement de 90 personnes, des espaces de jeux et de barbecues, deux piscines, et des salles de réception, le domaine de  Monadière offre de nombreuses possibilités aux vacanciers et se prête bien à l’accueil de groupes, de séminaires ou de mariages. « On propose la demi-pension ou la pension complète à nos hôtes. On met un point d’honneur à cuisiner des spécialités du coin et à faire travailler les producteurs locaux. On sert aussi des assiettes à manger sur le pouce le midi et des glaces et crêpes l’après midi. On peut travailler à la carte pour des occasions spéciales comme des cousinades, des anniversaires… »

Dans les mois à venir, le couple envisage de refaire la décoration de certains gîtes, de mettre en place des animations pour donner un esprit « villages vacances ». La première saison sera dans tous les cas déterminante pour « évaluer les demandes des clients et mieux ressentir leurs besoins ». Pour l’heure, après quelques semaines d’exploitation, le bilan est déjà très satisfaisant : «Avant on travaillait beaucoup. Ici, on a conscience qu’on ne devra pas compter nos heures, mais c’est différent. On habite sur le site, on élève nos filles dans un environnement privilégié, on prend le temps d’échanger avec nos clients. On a repris le domaine mi-décembre et on a dû rapidement s’acclimater car dès les vacances de Noël, les gîtes étaient complets ! ». Après ce démarrage sur les chapeaux de roue, l’année 2015 a vraiment bien commencé : « Les habitants locaux nous ont très bien accueillis et puis le matin du 1er janvier, en voyant la neige, le ciel bleu, les enfants qui jouaient partout, on s’est tout simplement senti heureux d’avoir réussi à mener à bien notre projet ! »



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !