webleads-tracker

Marketing & Com

L’infotoxication sous l’œil du philisophe Marc Halévy

L’infotoxication sous l’œil du philisophe Marc Halévy

Le Journal de l’éco ouvre ses colonnes à Marc Halévy, physicien et philosophe français que l’on ne présente plus. Pour lui, l’intoxication numérique serait une pandémie en développement. La notion de “infotoxication” est devenue cruciale mais il regrette qu’elle soit très peu explicitée et débattue depuis quelques années. Il s’agit de lutter, à la fois, contre l’intoxication informationnelle et contre les informations toxiques. Explications.


L’intelligence métabolise les informations pour les transformer en connaissances. Mais s’il y a trop d’informations, si l’intelligence ne les métabolise pas assez vite, si les informations sont toxiques et si l’intelligence ne possède pas les bons anticorps ou les bonnes immunisations, la pensée s’intoxique, se noie, se sature dans un processus d’indigestion délétère.

On peut utiliser une analogie avec le diabète : si l’absorption de sucres (informations) et de mauvais sucres surtout (informations toxiques), le pancréas (l’intelligence) ne fabrique plus assez d’insuline naturelle (esprit critique) et le corps (la pensée) devient obèse (stupide et non critique). Si l’on persiste, le pancréas (l’intelligence) abandonne irréversiblement la lutte et ne produit plus d’insuline (esprit critique) ; le diabète (la crétinisation) s’installe et s’amplifie rapidement jusqu’à devenir létal (zombification par la non-pensée). Le corps (la pensée) est alors totalement dépendant d’injections d’insuline artificielle (le big data, les réseaux sociaux, les info-bidons, …) à des doses de plus en plus fréquentes et fortes.

A forte dose, l’information intoxique hypnotise, se comporte comme une drogue hallucinogène et, donc, induit des hallucinations dramatiques, comme le LSD : c’est alors elle qui nous possède (au sens démoniaque) et non plus le contraire. Nous sommes devenus info-dépendants comme un cocaïnomane. Et chacun sait qu’un toxicomane recherche toujours plus les substances toxiques (les réseaux sociaux, les sites toxiques, l’ordiphone…) qui le coupe du réel pour l’enfoncer dans ses hallucinations toujours plus délirantes (le complotisme, la pornographie, les intégrismes, les interdits sociaux, le “gore”, le satanisme, l’antisémitisme, le salafisme…).

L’information toxique est une drogue immatérielle qui détruit la pensée et la santé psychique, aussi vite et sûrement que les drogues chimiques détruisent le cerveau et la santé corporelle.

Nous ne vivons alors plus dans une représentation du réel constamment confrontée au réel, mais dans une intoxication par le virtuel qui n’est plus confrontée à rien : cela s’appelle de la démence !

Dans les univers informationnels, il faut aussi apprendre à distinguer la quantité et la qualité, la pauvreté et la richesse. Globalement, malgré qu’ils soient pléthoriques, les univers numériques sont incroyablement pauvres !

Les réseaux sociaux en sont un bel exemple : quantitatifs et pauvres. Beaucoup trop d’informations et toutes inutiles. C’est du temps gaspillé, mais c’est ce que recherchent ceux qui ne savent pas quoi faire de leur temps. C’est un passe-temps… aussi débile et stérile que le spectacle d’un match de football, que les séries télévisées américaines ou que les émissions de télé-réalité.

Marc Halévy



Une rubrique de libre opinion

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !