webleads-tracker

#Metatag

Meeting Medef : audace, diversité et écologie à l’honneur

Meeting Medef : audace, diversité et écologie à l’honneur

Le Medef du Puy-de-Dôme a organisé son meeting annuel le 14 décembre dernier à la Grande Halle d’Auvergne. Une soirée qui a rassemblé près de 540 acteurs économiques venus écouter le parcours aussi insolite que passionnant du spationaute français Jean-François Clervoy. Jean-Luc Petithuguenin, président fondateur du Groupe Paprec, est également venu partager son expérience d’entrepreneur, promouvoir la diversité en entreprise et rappeler les enjeux du recyclage au service d’une planète plus verte.


Dans la peau d’un astronaute

Pendant près de 30 minutes, Jean-François Clervoy, spationaute français rattaché à l’agence spatiale européenne et président de Novespace, est revenu sur les défis de son métier. Des enseignements qui ont sans nul doute inspiré les quelques 500 entrepreneurs dans la salle.

 

Être aventurier

Si on fait des choses faciles, on ne saura jamais de quoi on est capable“, lance Jean-François Clervoy d’un ton un tantinet provocateur. Lui, qui a choisi un métier où l’aventure et le risque font partie de son quotidien, lance un appel : “Pour être audacieux, il faut sentir des sentiers battus, progresser et innover.”

Jean-François Clervoy partage avec la salle sa vie d’astronaute, ce que l’on ressent quand on monte dans un cockpit pour la première fois, quand on fait son premier décollage à bord d’un vaisseau spatial. “Quand on rentre dans le cockpit, c’est hallucinant ! Il y a des interrupteurs partout. Pour mon premier voyage dans l’espace, je me rappelle avoir appris par cœur l’utilisation de chaque bouton. Notre vaisseau spatial, on l’aime mais, au début, il nous fait peur. […] Il faut imaginer qu’au lancement, en 2 minutes, tout devient noir en plein jour.”, confie-t-il avant de poursuivre : “Ce qui marque le plus un astronaute c’est la vue de la Terre et l’émotion que cette vision procure. C’est quand on est là-haut que l’on se rend vraiment compte que ce qui est fragile : le vivant.”

 

Travailler en équipe autour d’un but commun

Nous sommes entraînés comme opérateur mais il est important de diversifier pour enrichir la capacité du groupe à innover. Une dizaine de professions sont représentées au sein de mon groupe. […] Le travail en équipe est essentiel. Il est fondamental d’avoir une vision commune, de partager les compétences, de développer une dépendance mutuelle et une communication active afin de pouvoir se mettre à la place de l’autre pour mieux comprendre ses choix et ses actions… pour finalement donner envie à tous les membres d’atteindre le but commun.”

 

Se préparer au changement

Lorsque l’on prépare son voyage spatial, aucune erreur n’est permise. “Il faut être organisé et prêt au changement parce que voyager dans l’espace engendre des bouleversements – notamment physiques – pour le pilote. […] Il faut se préparer au pire et espérer le meilleur.”

 

Paprec : vers une planète plus verte et une société plus fraternelle

Aventurieux, Jean-Luc Petithuguenin l’a été aussi en reprenant en 1994 la société Paprec spécialisée dans le recyclage à La Courneuve alors que certains lui disaient : “Tu n’as aucune chance !” Un discours qui n’a pas démotivé pour autant cet entrepreneur puisqu’en l’espace de 20 ans, la PME est devenue le premier groupe indépendant de recyclage avec un chiffre d’affaires de plus d’1,5 milliard d’euros et 8 000 collaborateurs. Sa clé de réussite : avoir été visionnaire sur la nécessité de recycler pour une planète plus verte. “J’ai senti l’évolution écologique avant les autres.”

 

La diversité au cœur de la stratégie RH

Son utopie à lui : “Une planète plus verte et une société plus fraternelle” qui est aussi l’accroche du groupe Paprec. Et pour cela, il poursuit ses investissements pour un recyclage au service d’une planète moins polluée. Sa démarche et son engagement militant, il l’applique aussi au sein même de son groupe en plaçant la diversité au cœur de sa stratégie RH. “Quand j’ai démarré, je me suis dit :ça doit être possible de diriger autrement. Mon rêve était de créer une entreprise humaine.”

Nous avons établi une charte de la laïcité à destination des publics fragilisés comme les travailleurs immigrés, les séniors, les personnes souffrant d’un handicap… Nous avons organisé 52 débats au sein de l’usine et finalement, 100% des personnes ont voté en faveur de cette charte.”

L’égalité femmes/hommes, un combat clé aussi pour le PDG. “Nous avons ouvert des crèches afin de pouvoir permettre à nos salariées de poursuivre leur carrière. Et chez Paprec, quand une femme nous annonce sa maternité, nous sommes très heureux pour elle et faisons en sorte qu’elle ne perde pas – même durant son congés – ses promotions salariales.”

 

Une prise de conscience environnementale à l’échelle internationale

Son groupe, c’est finalement sa façon à lui de s’engager pour une planète plus verte, de perpétuer son ambition au service d’une planète plus propre. Un enjeu, une nécessité que finalement lui avait pressenti avant les autres et qui aujourd’hui est reconnu à l’échelle mondiale.

La prise de conscience environnementale est devenue mondiale en l’espace de 30 ans alors qu’avant ce sujet n’était pas une préoccupation majeure. Aujourd’hui, tout le monde en parle et les citoyens sont mobilisés. […]”, conclut Jean-Luc Petithuguenin.

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !