webleads-tracker

Etudes, conseil, expertise

Philippe Moreira : « Le BNI, pour faire du business autrement ! »

Philippe Moreira : « Le BNI, pour faire du business autrement ! »
Philippe Moreira, responsable commercial chez Ginkgo. Crédit photo P. LANOE ©

Philippe Moreira est responsable commercial depuis 1999 chez Ginkgo, entreprise cournonnaise spécialisée dans l’intégration des systèmes informatiques et des télécommunications. Cet auvergnat a rejoint le réseau BNI en février 2013 et partage, pour le Journal de l’éco, son expérience et les bienfaits de ce réseau de prescripteurs.


Le Journal de l’éco : “Quel est le nom de votre groupe ?”

Philippe Moreira : “BNI Business Morning  qui réunit 36 membres à Clermont-Ferrand.”

Le Journal de l’éco : “Quelle est votre date d’entrée à BNI ?”

Philippe Moreira : ” Je suis devenu membre du BNI BUSINESS MORNING à compter du mois de décembre 2012 et j’ai eu le privilège d’être membre du comité de direction en tant que secrétaire trésorier à la création du groupe en février 2013.”

Le Journal de l’éco : “Pourquoi avoir rejoint BNI ?”

Philippe Moreira : Mon premier contact avec BNI a été initié par un de mes fournisseurs qui m’a invité un mercredi soir de fin novembre pour être présent le jeudi matin à 7h. J’étais surtout curieux de découvrir un groupe de chefs d’entreprises qui avaient pour objectif de faire du business. A l’issue de la première réunion, j’avais tout compris et surtout j’étais convaincu par le système de recommandation. Le principe du “qui donne reçoit” a toujours fonctionné et correspond également à mon propre fonctionnement. La deuxième réunion n’a fait que confirmer le désir d’adhérer à ce nouveau groupe sur Clermont-Ferrand.”

Le Journal de l’éco : “Quel business avez-vous généré depuis votre arrivée au sein du groupe ?”

Philippe Moreira : “L’effervescence et la sympathie créées dans le groupe lors de mise en place ont confirmé que le système allait fonctionner. Au fil des réunions, un climat de confiance s’est installé et puis les premières affaires sont apparues ; le train BNI prenant sa vitesse de croisière. Durant le premier semestre, j’ai réalisé combien le concept BNI a de vraies valeurs, en appliquant les méthodes simples. En faisant bon usage du pin’s et des “tête-à tête” entre membres, on arrive à des résultats très positifs. Pour parler chiffre pour 12 mois (de mars 2013 à février 2014) : j’ai pu transmettre 84 recommandations qui ont permis aux autres membres de mon groupe de générer plus de 55 000 € de chiffre d’affaires supplémentaire. J’ai également moi-même reçu 68 recommandations et j’ai transformé 140 000 € de chiffre d’affaires supplémentaire sur un an. Ce qui est tout à fait satisfaisant pour un premier bilan.

Aujourd’hui, c’est toujours avec plaisir que je retrouve mes amis du BNI chaque jeudi matin. C’est agréable de se retrouver. Nos réunions sont bien animées, chaleureuses et nous avons la chance d’avoir régulièrement des invités qui sont pour la plupart surpris par la bonne humeur du groupe et l’efficacité de la méthode BNI. Ils ont vite assimilé les infomerciales, avec une minute de présentation et le slogan final qui permet de se rappeler de chaque intervenant. Le groupe est vraiment agréable et tout le monde est investi dans l’esprit BNI.

Personnellement, cette expérience m’a beaucoup apporté tant sur le plan personnel (relations humaines) que professionnel : le temps de présentation étant relativement court, cet exercice permet de développer une certaine aisance dans l’art oratoire en public et une efficacité des messages (aller à l’essentiel). Pour conclure : le BNI, ça vous change le business”



Publi-rédactionnel

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !