webleads-tracker

News

31 500 Projets de recrutement en Auvergne

Par Marie Cartigny | Le 20/04/2015 à 09:47

L’enquête annuelle de Pôle Emploi sur les besoins en main d’œuvre des entreprises permet d’identifier les métiers porteurs pour 2015, et d’anticiper les difficultés de recrutement des employeurs. Les résultats observés pour 2015 sont en progression par rapport à la précédente enquête, avec 31 500 projets de recrutement (+ 6 %). Cette hausse n’est pas forcément annonciatrice d’une reprise de la croissance, mais reflète plutôt une meilleure visibilité des employeurs sur leur activité, qui sont donc moins frileux dans leurs anticipations de recrutement.


19 % des employeurs auvergnats vont recruter en 2015

La propension à recruter (part d’établissements qui envisagent au moins une embauche en 2015) atteint 19 % cette année, en hausse d’un point par rapport à la précédente enquête.

Ce taux varie selon les bassins d’emploi, de 14 % parmi les employeurs du bassin d’Ambert, à près de 23 % parmi les établissements du bassin de Mauriac.

La propension à recruter varie surtout selon les secteurs d’activité. Pour 2015, elle est supérieure à 30 % parmi les employeurs de l’hébergement et restauration, de la fabrication de matériel de transport, la métallurgie, ou encore les industries chimiques et pharmaceutiques.

 

Le secteur des services : premier pourvoyeur d’emplois de la Région

Les fonctions liées à la vente, au tourisme et aux services (39 % des besoins en main-d’œuvre de la région, soit 12 300 emplois potentiels) sont les métiers pour lesquels le plus grand nombre de projets d’embauche est annoncé. Cette prédominance s’explique en partie par les besoins des services à la collectivité (plus de deux milliers d’intentions d’embauches pour des agents d’entretiens de locaux), le dynamisme des services à la personne (près d’un millier de souhaits d’embauches d’aides à domicile et aide-ménagères par exemple), mais également par l’important turn-over qui existe dans certaines fonctions saisonnières.

L’hôtellerie-restauration (plus de 3 500 intentions d’embauche) embauchera ainsi un grand nombre de serveurs, de cuisiniers, ou d’employés de l’hôtellerie.

Des besoins importants existent également pour les fonctions médico-sociales (notamment professionnels de l’animation socioculturelle ou aides-soignants),le commerce (attachés commerciaux, employés de libre- service), les fonctions administratives (agents administratifs divers, secrétaires) ou encore l’industrie (ouvriers des industries agroalimentaires, ouvriers des industries chimiques et plastiques).

L’enquête 2015 met en avant une augmentation du nombre de projets de recrutement d’emplois qualifiés. Les employeurs recherchent notamment des enseignants du secondaire, des médecins, des ingénieurs (recherche et développement, industrie, informatique, fabrication et production…) et de nombreux techniciens (maintenance et environnement, mécanique et travail des métaux). A l’inverse, cette part est inférieure à la moyenne parmi les employeurs du BTP, des activités immobilières, et des transports.

 

34 % des projets auvergnats sont assortis de difficulté de recrutement

Ces difficultés de recrutement anticipées par les employeurs concernent particulièrement les métiers de la construction (57 % des projets sont jugés difficiles pour ces métiers).

Au niveau géographique, les difficultés à embaucher sont plus marquées dans les bassins d’emploi de Moulins, Ambert et Clermont-Ferrand : plus de quatre projets sur dix sont jugés difficiles. À l’opposé, les employeurs du bassin d’emploi de Brioude n’anticipent des difficultés de recrutement que dans 20 % des cas.

Les difficultés de recrutement pressenties par les employeurs peuvent être liées à l’inadéquation du profil des candidats, à la pénurie de candidats, aux difficultés liées aux conditions de travail, ou encore à un déficit d’image (de l’entreprise, du secteur, ou du métier).

Par exemple, selon l’enquête, les employeurs prévoyant l’embauche d’agents d’entretiens de locaux anticipent des difficultés de recrutement dans 64 % des cas.

Parmi les autres métiers présentant de fortes difficultés de recrutement, beaucoup sont relatifs aux services à la personne (employés de maison et personnels de ménage, aides à domiciles et aides ménagères), à l’hôtellerie- restauration (cuisiniers, serveurs de cafés-restaurants, employés de l’hôtellerie, aides, apprentis et employés polyvalents de cuisine), au secteur médico-social (aides- soignants, infirmiers, cadres infirmiers et puéricultrices) à la vente (vendeurs en produits alimentaires, vendeurs en habillement). Le métier d’ “apprenti et ouvrier non qualifié de l’alimentation, hors industries agro-alimentaires” complète ce classement.

 

Le bassin d’emploi de Clermont-Ferrand recense à lui seul plus du tiers des projets de recrutements régionaux

Pour plus de précisions sur les résultats de l’enquête BMO 2015 en Auvergne, rendez-vous sur le site internet de l’Observatoire de l’emploi de Pôle emploi Auvergne à l’adresse suivante : www.observatoire-emploi-auvergne.fr

 

 



Une News de Marie Cartigny


Si vous avez aimé cet article,
partagez le !