webleads-tracker

News

Depuis plus d'un siècle, le guide Michelin est au service de la mobilité

Par Marie Cartigny | Le 03/02/2015 à 16:45

C’est de l’imaginaire d’André et Édouard MICHELIN, fondateurs du groupe du même nom, qu’est né le guide MICHELIN. Nous sommes alors en 1900, aux prémices de l’automobile puisque moins de 3000 automobilistes circulent sur les routes de France. Voyager relève souvent du périple car les parcours sont longs, les routes mal indiquées et parfois dangereuses. Malgré tout, les frères Michelin sont convaincus de l’avenir de l’automobile. Pour aider à son développement, et par là même à celui du groupe Michelin, ils décident de distribuer gratuitement aux automobilistes un petit guide rouge de 400 pages contenant de très nombreuses informations pratiques : comment changer un pneu, où faire le plein d’essence, où se restaurer et dormir…


20 ans plus tard, le guide devient payant. En effet, selon une anecdote, lors d’un passage chez un distributeur de pneus, André Michelin, indigné, constate que des guides servent à caler les pieds d’un établi. Parce que « l’homme ne respecte vraiment que ce qu’il paye », le guide sera alors disponible au prix de 7 francs. Cette même année, les restaurants font leur entrée dans le guide avec leur classification propre. Par ailleurs, la publicité disparaît et, pour la première fois, figure une liste d’hôtels parisiens. L’aventure du guide MICHELIN est née ! Au fil des années, armé d’une équipe d’inspecteurs anonymes qui sillonnent les routes du monde entier, le guide propose à ses lecteurs une sélection toujours plus enrichie des meilleurs établissements, hôtels comme restaurants, dans chaque catégorie de confort et de prix. Plus d’un siècle plus tard, le guide MICHELIN s’est imposé comme la référence mondiale des guides gastronomiques, tant auprès des professionnels que du grand public.

Chaque lecteur peut trouver dans le guide MICHELIN l’hôtel ou le restaurant qui lui correspond. Pour chaque catégorie de confort et de prix (des hôtels les plus accueillants aux petites auberges les plus typiques, des grandes tables d’exception comme de petits bistrots), et quelles que soient les envies, le budget, le style d’établissement et de cuisine recherchés, le guide MICHELIN propose une très large sélection d’adresses rigoureusement testées par des inspecteurs professionnels et anonymes. Si les étoiles sont les distinctions les plus médiatisées, elles ne représentent qu’à peine 10% de la sélection des guides! Et pour offrir au lecteur l’information la plus fiable, chaque année toutes les données pratiques, les classements et les distinctions sont revus et mis à jour.

Attentif aux exigences de tous, tant en terme de qualité que de budget, le guide MICHELIN se doit également d’être accessible par tous, pour tous les usages. Évoluant sans cesse pour rester en prise avec son temps et soucieux de s’adapter à un style de vie de plus en plus mobile et nomade, le guide MICHELIN est aujourd’hui multimodal et plus accessible que jamais: sur papier bien évidemment, mais aussi dans les systèmes de navigation embarqués (GPS), sur internet et sur mobile (téléphones et tablettes numériques), le numérique permettant des approches nouvelles (recherche multi-critères, recherche de proximité, géolocalisation…).

Grâce à cette complémentarité entre papier et numérique, et avec plus de 45 000 adresses sélectionnées partout dans le monde, le guide MICHELIN aide au quotidien des millions de voyageurs dans leurs déplacements afin qu’ils soient toujours sous le signe du plaisir et de la sécurité. Cette mission du guide, qui existe depuis sa création en 1900, est aussi celle du groupe Michelin : offrir « une meilleure façon d’avancer ».

Aujourd’hui, la sélection des guides MICHELIN compte 23 guides, couvre 23 pays, 3 continents et répertorie plus de 45 000 adresses dans le monde. Envié par beaucoup de villes et pays, le guide MICHELIN fait désormais partie du patrimoine culinaire de nombreux pays. Sa sortie, qui fait l’objet d’une attention médiatique toujours plus large, est chaque année attendue avec impatience par les professionnels et le grand public.

Ce développement international se conjugue bien sûr avec la politique de développement industriel du Groupe Michelin. Mais la qualité de la gastronomie du pays ou de la ville, le nombre de restaurants, (dont le nombre de restaurants « étoilables »), l’offre hôtelière et le nombre potentiel de lecteurs sont évidemment pris en compte pour l’étude du développement du guide rouge vers une nouvelle destination.

Site internet : http://restaurant.michelin.fr

 



Une News de Marie Cartigny


Si vous avez aimé cet article,
partagez le !