webleads-tracker

News

Limagrain mise sur la croissance externe pour s’internationaliser

Par Marie Cartigny | Le 04/12/2014 à 14:33

Le groupe coopératif auvergnat Limagrain a réalisé 100 millions d’euros d’acquisitions sur l’exercice 2013/2014 pour augmenter sa présence à l’international. Il souhaite à moyen terme réduire la part de son activité européenne à 50 %, contre 64 % aujourd’hui.


Présent déjà dans 41 pays dans le monde, le groupe coopératif Limagrain veut accentuer encore ses efforts d’internationalisation. Basé à Saint-Beauzire, près de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), il réalise encore 64 % de son chiffre d’affaires en Europe. “Notre objectif à moyen terme est d’arriver à une parité 50/50 entre l’activité réalisée en Europe et le reste du monde”, a souligné le 1er décembre, son directeur Daniel Chéron, lors de la présentation des résultats annuels du groupe.

Fidèle à la stratégie qu’il déploie depuis plusieurs années, Limagrain mise essentiellement sur des partenariats ou des prises de participation dans des entreprises, pour développer sa présence à l’international. “Notre exercice 2013/2014, a été marqué par des investissements importants. Près de 100 millions d’euros y ont été consacrés”, a souligné le directeur général. Une politique mise en œuvre dans ses trois principales divisions. Dans les semences de grandes cultures (43 % du chiffre d’affaires du groupe), le groupe a acquis, via sa filiale Vilmorin & Cie, Eureka Seeds en novembre 2013. Cette société familiale basée en Californie, est spécialisée dans la production de graines de tournesol.

Peu présent encore en Afrique, Limagrain a également pris une participation de 20 % en janvier 2014 dans le capital de Seed Co. au Zimbabwe. Cette société produit des semences de maïs hybrides. “Nous leur apportons notre force commerciale et notre organisation, tandis qu’ils nous apportent leurs connaissances dans les biotechnologies, pour des semences résistantes au stress hydrique ou valorisant mieux l’azote par exemple”, a expliqué Jean-Yves Foucault, le président de Limagrain. La part que détient le groupe dans Seed Co. devrait passer à 31 % cette fin d’année. Autre région prometteuse pour le groupe, l’Asie du sud-est. En mars dernier, Limagrain a acquis Seed Asia, basée à Hong-Kong. Spécialisée dans les semences de maïs tropical hybride, elle lui permet de s’implanter dans une nouvelle zone, avec des pays comme le Cambodge et la Thaïlande.

La fabrication de pains de mie envisagée aux États-Unis

Dans le secteur des semences potagères (29 % du chiffre d’affaires), le groupe auvergnat s’est emparé de Shamrock en octobre 2013, lui permettant de renforcer ses positions sur la laitue destinée au marché industriel. La troisième activité du groupe, la boulangerie et pâtisserie industrielle (15 % du chiffre d’affaires), est également concernée par le développement international. Jusqu’à présent très franco-française, avec ses marques Jacquet et Brossard, la division exploite depuis deux ans au Brésil une production de pâtisseries en partenariat avec le groupe Guerra. Depuis près d’un an, les produits de la marque Jacquet sont également exportés aux Etats-Unis sur la côte est, notamment les pains de mie sans croute. “Nous réfléchissons aujourd’hui à nous implanter industriellement, soit avec un partenaire, comme au Brésil, ou directement par nos propres moyens”, a détaillé Daniel Chéron. L’année 2015 sera notamment consacrée à cette question.

Limagrain a réalisé un chiffre d’affaires de 1,969 milliard d’euros sur l’exercice 2013, clos au 30 juin, en progression de 1,5 %. L’activité du groupe se repartit à 64% en Europe, 23% dans les Amériques, 7% en Asie-Pacifique et 6% en Afrique et au Moyen-Orient.

Site internet : http://www.limagrain.com/

Source : http://www.usinenouvelle.com



Une News de Marie Cartigny


Si vous avez aimé cet article,
partagez le !