webleads-tracker

Des mesures pour augmenter les investissements verts

Des mesures pour augmenter les investissements verts



Dans son discours prononcé lors du Climate Finance Day, Bruno Le Maire, le ministre des Finances, réaffirme l’ambition pour Paris de devenir la place de la finance verte et annonce plusieurs engagements en ce sens.

Lors du « One Planet Summit », le nouveau sommet sur le climat organisé à Paris, le gouvernement a affirmé sa volonté de soutenir et développer la finance verte. Il souhaite notamment encourager les Français à placer leur épargne dans les investissements verts. Bruno Le Maire a annoncé à ce titre que « tous les contrats d’assurance-vie pourront désormais bénéficier d’un support en unités de compte labellisé climat ».

Permettre aux citoyens d’accéder à la finance verte

Bruno Le Maire a fait des annonces très attendues par le secteur de la finance solidaire. Parmi elles, il y a le verdissement des contrats d’assurance-vie et les Livrets de développement durable et solidaire (LDDS). Il promet ainsi que tous les contrats d’assurance-vie proposeront une unité de compte labellisée climat en 2018. Ce placement n’a pas été choisi au hasard puisqu’il constitue l’épargne favorite des Français, avec plus de 1.680 milliards d’euros d’encours en 2016. Concernant les LDDS, la Caisse des dépôts devra s’assurer que les sommes qui y sont placées soient bien utilisées en faveur du climat.

La mise en place d’une charte des investisseurs publics en faveur du climat

Le ministre de l’Economie a annoncé l’instauration d’une charte des investisseurs publics en faveur du climat qui s’imposera aux Caisses des dépôts, à Bpifrance, au portefeuille des participations de l’État, au Fonds de réserve pour les retraites notamment. Ces investisseurs publics rattachés à l’État pèsent à eux tous près de 600 milliards d’euros. Ils devront dorénavant intégrer des critères d’impact climatique dans leur politique d’investissement.

Par ailleurs, l’État s’engage à poursuivre ses efforts d’investissement avec les obligations vertes. Début 2017, la France avait lancé une émission de dette verte de 7 milliards d’euros. L’État a récemment réémis son obligation verte qui atteint désormais un encours de près de 10 milliards d’euros. Un conseil d’évaluation a été mis en place pour vérifier la direction des fonds investis.

La France s’engage avec la Suède sur le terrain de la transparence liée aux risques climatiques

Les ministres des Finances français et suédois renforcent leur collaboration en faveur d’une finance verte et durable. L’objectif: contribuer à la transition vers une économie mondiale sobre en carbone et résiliente au changement climatique. Ainsi, la France en partenariat avec la Suède, s’engage à faire appliquer les recommandations de la TCFD (Task Force on Climate Disclosure), un groupe d’experts sur le climat placé sous l’égide du G20. Ces derniers appellent le secteur financier à prendre en compte les risques climatiques dans ses décisions et à mesurer l’impact de ses actions sur le climat.

Lors du « One Planet Summit », plus de 200 entreprises ont annoncé le lancement de l’initiative « ClimatAction 100+ » dans l’objectif de contraindre les gros pollueurs à améliorer leur gouvernance sur le climat, à renforcer la publication de leurs informations et actualités financières relatives au climat, et à réduire leurs émissions.



Une news de Jolie Lamarre


Si vous avez aimé cet article,
partagez le !