webleads-tracker

Numerique

Smartphone : l’utilisation baisse chez les jeunes

Smartphone : l’utilisation baisse chez les jeunes



Vous estimez que votre adolescent passe trop de temps sur son téléphone ? Vous avez en tête l’image de ces longues rangées d’usagers la tête plongée sur leur smartphone dans les transports en commun ? C’est un fait, la téléphonie mobile a envahi la sphère quotidienne, à tel point que certains utilisateurs développement de véritables addictions.

Mais selon une étude réalisée par le cabinet Kantar TNS sur les britanniques, il semblerait que les jeunes de 16 à 24 ans aient infléchi cette tendance au cours de l’année 2017. L’expression d’une nouvelle tendance ?

Les jeunes, trop bercés par la téléphonie mobile ?

Vous-même avez sûrement déjà consulté récemment un comparatif smartphone pour choisir votre actuel appareil. Et selon l’étude menée par le cabinet britannique, les jeunes de plus de 15 ans et de moins de 25 ans ont toujours une extrême facilité à sortir leur smartphone de la poche pour le consulter à fréquence rapprochée. Plus précisément, tous les quarts d’heure.

Mais cette tendance est contrebalancée par un constat relativement étonnant : en comparaison de l’année dernière, les jeunes ont passé en moyenne 6 minutes de moins par jour devant leur appareil. Une baisse minime, mais il s’agit tout de même d’une diminution du temps consacré à la consultation des smartphones.

Comment expliquer ce phénomène, alors que de nombreux parents ont très souvent tendance à blâmer leur progéniture pour ne pas parvenir à lever le nez des réseaux sociaux et des conversations virtuelles ?

Toujours d’après l’étude de Kantar TNS, il semblerait qu’un tiers des jeunes de cette tranche d’âge pensent consacrer trop de leur temps aux téléphones, et souhaiteraient être moins connectés. A force d’être bercée par l’image, le son et l’information en continu, la jeune génération s’approche-t-elle progressivement d’un point de rupture ?

La consommation de smartphone, toujours globalement croissante

Mais cette tranche d’âge est bien la seule à avoir inversé la tendance au cours de l’année 2017. Partout ailleurs, l’explosion des smartphones ne cesse de prendre de l’ampleur. De manière générale, l’ensemble de la population britannique utilise le téléphone mobile en moyenne 2h24 par jour.

Jusqu’aux personnes âgées, pourtant parfois perçues comme réfractaires à adopter le réflexe de la téléphonie mobile, sont touchées par le phénomène. Concrètement, les retraités passent désormais près d’une heure par jour devant leur appareil, contre un peu plus de trente minutes il y a un an. Soit deux fois plus de temps en une seule année !

Autant d’indices pouvant signifier que l’inversion de la courbe d’utilisation connue par les jeunes ne serait qu’une inflexion ponctuelle et passagère. La marche du smartphone n’est pas prête de s’arrêter, et rares sont ceux qui aujourd’hui, n’en possède pas le moindre au sein de leur foyer.

Comment expliquer ce phénomène?

Il faut dire que ces appareils sont progressivement devenus indispensables. Outre leur fonction première qui, ne la perdons pas de vue, consiste à téléphoner et envoyer des messages, les modèles vendus sur le marché présentent aujourd’hui des caractéristiques techniques exceptionnelles.

Dans un premier temps, l’apparition des réseaux sociaux et de la connexion internet pour mobiles (aujourd’hui la 4G), a fortement contribué à étirer le temps d’utilisation des téléphones. Il ne se passe pas un quart d’heure, aujourd’hui, sans qu’on ne reçoive un message ou une notification.

Au-delà de ça, les appareils sont désormais pourvus de capteurs photos de plus en plus performants. La course aux mégapixels et aux fonctionnalités photographiques s’est conjuguée avec l’hyperconnexion aux réseaux sociaux d’image. On publie ses photos de vacances et autre selfie sur Facebook, ses paysages et essais artistiques sur Pinterest… A cela s’ajoutent les jeux et les applications en tout genre.

Mais le téléphone intelligent sert également dans la domotique. En effet, de nombreux dispositifs de sécurité, de luminaires ou encore de régulation thermique sont désormais reliés à des applications dédiées. Il est par exemple tout à fait possible de voir ce qui se passe chez soi à distance via des caméras de sécurité, sur son écran. Le moindre paiement quotidien ne sera très probablement bientôt plus réalisable autrement qu’avec des smartphones.

Comment faire face à la pression de l’hyperconnexion ?

Face à cette ultra présence du smartphone, il est compréhensible qu’une portion des utilisateurs aspire à la déconnexion. Pour cela, plusieurs solutions existent. Désinstaller certaines applications, supprimer les notifications ou se fixer une heure limite après laquelle ranger l’appareil sont des options efficaces.

Certains optent pour une liste de contacts privilégiés, avec lesquels ils acceptent de communiquer passé une certaine heure. Toutes les autres tentatives de prise de contact sont ainsi bloquées automatiquement.

Paradoxalement, posséder une smartwatch permettrait également de déconnecter. Car au lieu de sortir son appareil de sa poche à la moindre notification, un simple mouvement du poignet suffit à en prendre connaissance.

Autre option : le retour au livre. Lire dans les transports ou avant de s’endormir plutôt que de plonger le nez devant un écran s’avère généralement être une solution radicalement efficace, et plus reposante pour les yeux.



Une news de Angelina Loiselle


Si vous avez aimé cet article,
partagez le !