webleads-tracker

Etudes, conseil, expertise

Les vœux de la Profession Comptable : Deux nouveaux présidents à la tête de la profession

Les vœux de la Profession Comptable : Deux nouveaux présidents à la tête de la profession
De gauche à droite : Laurent Clermont,Philippe Maniel et Marc Rechard

Les nouveau présidents du Conseil Régional de l’Ordre des Experts Comptables Philippe Maniel et de la Compagnie Régionale des Commissaires aux Comptes de Riom Marc Réchard ont ouvert leurs discours des vœux en rendant hommage à leurs prédécesseur, Luc Tomati et François Hospital. Deux hommes ont fait le choix de poursuivre l’aventure et de continuer à servir leur profession en devenant, pour le premier vice-président et le second comme membre du Bureau…


L’Ordre des experts-comptables est une institution nationale. Comme tout Ordre, il veille au respect de la déontologie professionnelle, définit des normes et publie des recommandations que les experts-comptables doivent appliquer dans l’exercice de leur fonction. En Auvergne, le Conseil Régional de l’Ordre des experts-comptables assure la représentation, la valorisation et le développement de la profession d’expert-comptable dans sa circonscription.

La Compagnie des Commissaires aux Comptes de Riom a des missions semblables à celle de l’Ordre mais à l’égard des commissaires aux comptes et non des experts-comptables. Il existe naturellement des différences. La Compagnie est sous la tutelle du Ministère de la Justice et non du Ministère de l’Economie et par exemple la gestion des inscriptions des commissaires aux comptes est réalisée par une commission présidée par un magistrat de la cour d’Appel alors que c’est une commission de seuls élus de l’Ordre qui gère cette question.

Mais comme cette manifestation le démontre ces deux institutions sont très proches. Non pas car elles partagent les mêmes locaux, mais car dans près de 90% des cas se sont les même personnes qui réalisent les deux métiers.

Le premier gros chantier de Philippe Maniel en tant que président sera de veiller à la bonne organisation du congrès national : « Le Conseil s’est engagé dans une action d’envergure pour la promotion du territoire : l’accueil, en 2017, à Clermont-Ferrand, du grand congrès de la profession. Il aura un impact positif sur l’économie et la renommée de la région. Aussi je fais appel à tous pour l’organisation de ce congrès. » a annoncé Philippe Maniel. Cette manifestation aura lieu à la Grande halle d’Auvergne et au Zenith, l’Ordre des experts comptables regroupant près de 4.500 confrères.”

Des professions qui savent s’adapter

Les experts-comptables jouent au quotidien un rôle majeur de conseiller auprès des chefs d’entreprise en matière fiscale, sociale, et de tenue comptable. Plusieurs orientations pour 2015 vont leur permettre d’être plus présents encore.

En renforçant son rôle au seindu CIP Puy-de-Dôme (Centre d’Information et de Prévention des difficultés des entreprises), organisme destiné à venir en aide aux entreprises en difficulté et les orienter vers les bons interlocuteurs

Les experts-comptables sont les partenaires privilégiés des organismes sociaux tels que l’URSSAF ou le RSI., Ainsi, à l’occasion de l’entrée en vigueur de laDéclaration Sociale Nominative au printemps 2015 et en janvier 2016,l’Ordre a organisé en partenariat avec l’URSSAF Auvergne, dès janvier 2015 une grande opération dans les quatre départements de la région, pour former les cabinets à mettre en œuvre cette nouveauté pour le compte de leurs clients. C’est un signe fort de l’engagement de la profession à accompagner les entreprises et d’apporter à leurs clients les solutions les plus adaptées.

D’autres changements risquent d’impacter la profession de commissaire aux comptes : Marc Réchard nouveau Président de la Compagnie Régionale des Commissaires aux Comptes (CRCC) est attentif aux discussions et débats sur la directive européenne « audit » tout en faisant remarquer qu’il faudra encore 18 mois pour la transposition en droit français. La proposition de réforme de la Commission européenne s’appuie principalement sur la séparation des règles générales de celles spécifiques à l’audit des entités d’intérêt public (EIP).

La réforme territoriale…

La réforme territoriale, quant à elle, ne devrait pas modifier la région ordinale ; si le périmètre territorial du Conseil Régional de l’Ordre Auvergne recouvre précisément la région administrative, la fusion avec Rhône-Alpes n’est pas encore à l’ordre du jour : « on s’adaptera, il ne sera pas nécessaire de redécouper les régions ordinales partout.» nous confie Philippe Maniel, plus inquiet des besoins de recrutement de la profession : Dans les 10 ans à venir on estime à 10 000 les départs à la retraite. Il est donc urgent de promouvoir la profession auprès des jeunes. 

Quant à la Compagnie Régionale de Commissaires aux Comptes Riom, elle n’a pas aujourd’hui ce sujet parmi ses priorités. En effet, l’organisme à la même compétence territoriale que la cour d’Appel de Riom qui n’est pas concernée par cette réforme

Dans son intervention, Marc Réchard a préféré souligner qu’ « en 2014, la profession a subi, comme d’autres professions libérales des alertes inquiétantes quant à son périmètre d’intervention. ». Il a rassuré ses confrères présents sans crier victoire en précisant que «  si l’orage semble passé…il nous faut rester vigilant. Et d’illustrer cette confiance en faisant référence aux assises de la profession, réunion annuelle qui s’est déroulée en décembre 2014, qui « ont été l’occasion pour notre ministre de tutelle de rappeler son attachement à la profession et de reconnaitre notre rôle dans la sécurisation de l’économie mais aussi d’envisager les missions qui pourraient nous être dévolues en matière de certification et qui dépasseraient le cadre de notre mission légale. ». Il a cité de manière non exhaustive les « délais de paiement, le crown funding, les collectivités territoriale … ».

Un observatoire de l’économie

Autre projet d’envergure annoncé par Philippe Maniel, la création, courant 2015, d’un observatoire mensuel de l’économie régionale. L’objectif est de pouvoir donner en temps réel un certain nombre d’éléments financiers sur l’évolution de l’activité . Pour le président « cet outil est amené à devenir une référence. Il permettra de faire remonter des informations fiables, issues de la base de données des entreprises clientes en toute confidentialité et sous le triple engagement : fiabilité, neutralité rapidité, ce que les autres acteurs ne peuvent produire, compte tenu des délais d’obtention des informations.

Actuellement les données sont basées sur des indices de confiance plus que sur des chiffres et statistiques neutres. L’objectif de la profession comptable est de construire un outil pour analyser ces données et construire des indicateurs qui fassent référence au niveau de l’économie de la région.

Des contacts ont été pris avec l’Université d’Auvergne pour travailler au développement de cet outils car, si le Conseil Supérieur de l’Ordre, à Paris, a un chantier sur les bases de données, le projet Auvergnat est plus ambitieux encore.

Se former, ce n’est pas un coût mais un investissement

Comme l’a expliqué Laurent Clermont, président de l’IFYC (Institut de formation Yves Chabrier) aux présents dans cette assemblée, la réforme de la formation professionnelle et de son financement nous invite à nous former “ 2015 sera l’année de l’entreprise prolifique pour des formations de qualité ; l’institut régional de formation est un service de proximité qui peut se délocaliser dans toute la région car il faut continuer à se former.”

L’IFYC a été créé en 1985, à l’initiative de l’Ordre Régional des Experts-Comptables d’Auvergne et de la Compagnie Régionale des Commissaires aux Comptes de Riom sous la forme d’une association régie par la loi du 1er juillet 1901.

Son objet est de proposer des actions de formation aux experts comptables, commissaires aux comptes et collaborateurs des cabinets mais aussi aux salariés, dirigeants d’entreprises ou d’associations sur les champs de la comptabilité, de la gestion, de la fiscalité, du social et du juridique.

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !