webleads-tracker

Tendances Éco

Paris la Défense | Le quartier s’engage pour son empreinte carbone

Paris la Défense | Le quartier s’engage pour son empreinte carbone
Commerces Place de l’Iris © Paris La Défense Sabrina Budon

Construire des immeubles bas carbone est au cœur du nouveau cap stratégique de Paris La Défense. Logements, commerces, bureaux ou services : plusieurs projets donnent l’exemple pour le bonheur des utilisateurs… et de la planète.


« Un tiers de l’empreinte carbone du territoire résulte de la construction des immeubles », précise Georges Siffredi, président du département des Hauts de Seine et de Paris La Défense.

« Nous avons l’ambition de diviser par deux les émissions de gaz à effet de serre territoriales d’ici 2030 ». Pour atteindre cet objectif, le quartier d’affaires devient un terrain d’expérimentation dans la construction d’immeubles bas carbone.

En partenariat avec les architectes, constructeurs et promoteurs, des projets audacieux voient ainsi le jour. Ils traduisent très concrètement la volonté de faire du quartier un territoire d’innovation au service de la transition écologique.

Commerces : la vertueuse place de l’Iris

Au cœur d’une place rénovée, face à la tour Saint-Gobain, une nouvelle coque commerciale accueille depuis fin 2021 les enseignes de restauration Spok et La Famille.

Réalisée par Poulingue Construction et conçue par l’atelier d’architecture Tolila et Gilliland, elle est en partie construite en bois. Écologique et renouvelable, ce matériau permet de réduire de 42 % les émissions de CO2 par rapport à une structure en béton.

En amont de la construction, dans cette logique de développement durable, tous les éléments en bois ont été acheminés par voie fluviale. Transporter sur la Seine, cette construction en bois a ainsi permis de diviser par trois l’empreinte carbone et les émissions de CO2 liées au transport.

Logements : l’éclosion de Flora dans le quartier des Groues

Les travaux d’une résidence écologique de 88 logements, à faible empreinte carbone, tant pour sa réalisation que son utilisation, ont débuté en fin 2021.

Ses intérieurs, conçus en bois massif, n’offriront pas seulement un cachet chaleureux : ce matériau renouvelable purifie également l’air et garantit, par ses qualités hygrométriques, que celui-ci ne soit ni trop sec ni trop humide.

Isolant performant, il réduit aussi les dépenses énergétiques et permet de conserver une température agréable en toutes saisons. Sans oublier son confort acoustique ! La construction, qui vise plusieurs labels énergétiques et environnementaux, devrait s’achever d’ici fin 2023.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !