webleads-tracker

Société

Paris | Vitesse limitée à 30 km/h dans la majorité des voies

Paris | Vitesse limitée à 30 km/h dans la majorité des voies

La circulation des véhicules sera limitée à 30 km/h dès le 30 août dans tout Paris, hormis le périphérique, les boulevards des Maréchaux et quelques grands axes.


Dès le 30 août, la vitesse de circulation sera limitée à 30 km/h dans la grande majorité des rues de la capitale. Cette mesure vise principalement à améliorer la sécurité routière et à faire baisser les nuisances sonores.  
Le boulevard périphérique (vitesse limitée à 70 km/h) ne sera pas concerné, ainsi que les boulevards des Maréchaux et quelques axes (les avenues dans les bois de Boulogne et de Vincennes, les Champs-Elysées, l’avenue Foch, l’avenue de la Grande Armée, la rue Royale…) où la vitesse restera à 50 km/h.
Cette décision fait suite à une consultation sur le sujet organisée à la fin 2020. Du 27 octobre au 27 novembre 2020, la Ville de Paris a organisé une consultation concernant la généralisation de la limitation de vitesse à 30 km/h. Au total, 5 736 personnes ont émis un avis dont 5 445 via le formulaire en ligne. Les participants sont en majorité des Parisiens (63 % des répondants).
Toute localisation confondue, on note une part d’avis plutôt favorables (50%) à une diminution de la vitesse à 30km/h :
  • 31 % sont en faveur d’une limitation de la vitesse généralisée à 30 km/h.
  • 19 % sont pour une adaptation de la vitesse en fonction du type d’axes.
Une partie des Parisiennes et des Parisiens est favorable à la mise en place de cette mesure à la condition que certains axes restent à 50 km/h.
La baisse de la vitesse autorisée sur les routes permet, en moyenne, de réduire le nombre d’accidents corporels d’environ 25 %. Cette réduction peut atteindre plus de 40 % pour les accidents graves et mortels. La baisse de la vitesse permet également une meilleure cohabitation des mobilités au sein de la ville.
Une réduction de 20 km/h de la vitesse des usagers de la route permet de diviser par deux le bruit (de l’ordre de -3 décibels) aux abords des voies de circulation. Les nuisances sonores peuvent affecter la santé et la qualité de vie, avec des répercussions physiques, voire psychologiques.


Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !