webleads-tracker

Services aux particuliers

Passion Conduite à Yzeure et Avermes : des pratiques innovantes en auto-école !

Passion Conduite à Yzeure et Avermes : des pratiques innovantes en auto-école !

En matière d’enseignement, tout est question de pédagogie impliquant de la psychologie pour concourir à la réussite aux examens d’un apprenant. C’est aussi le cas, pour une auto-école qui n’a pour but que de mener ses clients à la réussite du permis. Ce challenge, Gaël Ruffaud et son associé, Alexandre Besse l’ont relevé en étant les chefs d’entreprises d’une première auto-école « Auto-école Passion conduite » implantée à Yzeure, puis récemment d’une seconde auto-école située à Avermes.


Après l’incendie de sa librairie-papeterie à Varennes sur Allier, Gaël Ruffaud a refusé de sombrer dans le fatalisme et a très vite repris les rennes de sa vie en mains. « Il a tout plaqué » dit-il pour être à nouveau à la tête de son entreprise et a ouvert avec l’aide de son associé, sa première auto-école le 1er juillet 2009. Seul maître à bord, dans un domaine tout à fait différent de ce qu’il avait réalisé auparavant : un bac technique dans le dessin industriel mécanique sur Vichy, le service militaire en poche et ensuite l’obtention du diplôme de moniteur d’auto-école. Celui-ci, lui permettant de travailler pendant deux ans et demi dans des auto-écoles sur Moulins. Ainsi, il a pu se faire une idée du terrain : « L’auto-école dans nos secteurs de petites villes ça se ressent, c’est pourquoi je n’ai pas fait d’étude de marché ».

C’est  avec l’aide d’un comptable que Gaël Ruffaud s’est installé à son compte en rachetant une auto-école en perte de vitesse et en investissant 10 000 euros dans l’affaire. Il se souvient : « Nous avons démarré avec deux voitures sachant que nous étions à côté d’un lycée. Sachant que dans la ville d’Yzeure, il n’y a personne en concurrence directe. Et en l’espace de quelque mois, au 18 septembre 2009, nous embauchions, à l’accueil mon épouse, à temps partiel et nous explosions : au mois de septembre, nous étions déjà à plus de 100 dossiers et nous sommes arrivés au bout du premier bilan à 200 inscriptions. »

Le ressenti de Gaël Ruffaud était fondé même si au démarrage, pendant les six premiers mois, ils travaillaient uniquement avec le retour des clients. Il attribue ce succès à deux principales qualités qui manquent, semble t-il, à ses concurrents : « Nous avons misé sur la qualité de travail et sur l’accueil des clients puisqu’il y a un déficit des auto-écoles à ce niveau-là. »

Fort de cette expérience réussie, Gaël Ruffaud a investi dans une autre auto-école à Avermes, une ville sans concurrence directe et grâce à quoi cette entreprise a pu, au mois de mai, réaliser un chiffre d’affaires de 350 000 euros. « Encore une fois, nous ne sommes pas conformes aux techniques d’apprentissage : nous y mettons de la psychologie, de la pédagogie et nous y ajoutons, outre le fondement de notre formation, simplement en y réfléchissant un peu, des méthodes d’apprentissage un peu particulières. »

Il ne faut pas oublier que Gaël Ruffaud a fait déjà ses « classes » en commençant dans le métier comme moniteur d’auto-école puis chef d’entreprise avec 6 salariés : « Nous avons une secrétaire, le gérant qui a tous les diplômes, un associé Alexandre Besse qui, lui, a un permis remorque et des moniteurs qui sont plus ou moins spécialisés. »

Enfin, Gaël Ruffaud conclut sur la pénibilité dans son exercice de fonction au niveau législatif et fiscal et se plaint de la lourdeur administrative dont les élèves n’ont pas conscience quand ils passent leurs codes ou leurs permis. Ainsi, il veut rétablir un esprit de confiance entre sa clientèle, son activité et les « établissements de l’enseignement de la conduite. »

Passion conduite



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !