webleads-tracker

Clubs, syndicats, clusters et réseaux

Pierre Gattaz, président du MEDEF : “Au tour de l’apprentissage !”

Pierre Gattaz, président du MEDEF : “Au tour de l’apprentissage !”

Pour la seconde année le MEDEF se joint aux coureurs de la grande boucle. Après les métiers en tension, l’année dernière, c’est au tour de l’apprentissage d’être mis à l’honneur cette année.
Un thème qui semble important au Président du MEDEF, puisque c’est Pierre Gattaz qui l’annonce lui même.


“Concrètement, à chaque étape un vélo réalisé par une équipe d’un CFA local est présenté et exposé au cœur du Village départ. Il est réalisé dans un matériau en relation avec la tradition et/ou la production locale : cela peut aller du bois à la céramique en passant par les denrées alimentaires, comme le sucre, le pain… L’idée est de mettre en valeur le travail et les talents des équipes des CFA et les spécificités de chaque région. Ensuite, en milieu de journée lors des relais étape, une animation est organisée par le CFA local au cours de laquelle un apprenti réalise un geste technique caractéristique d’un métier. Je m’y suis prêté et je dois vous avouer que ce n’est pas évident !

Pourquoi l’apprentissage ?

Il est impératif de valoriser cette filière souvent considérée, à tort, comme une voie par défaut. Une spécificité typiquement hexagonale alors qu’en Suisse et en Allemagne le marché du travail repose exclusivement sur ce dispositif. Il y a 1,4 million d’apprentis en Allemagne contre moins de 400 000 en France et 70 % des jeunes Suisses choisissent la voie de l’apprentissage de préférence à la voie académique. Avec les résultats que l’on connait : le taux de chômage des moins de 25 ans est de 3,7 % en Suisse en 2015 et de 7 % en Allemagne. Rien à voir avec nos 24,4 %. L’apprentissage c’est une voie d’excellence tant d’éducation que d’insertion professionnelle, c’est la voie royale vers l’emploi  puisque 65 % des apprentis sont embauchés en CDI à l’issue de leur formation dans un délai de 7 mois et 73 % dans les 3 ans.

65 % des apprentis sont embauchés en CDI à l’issue de leur formation

Pourquoi le Tour de France ? Le Tour de France est un évènement qui rassemble toutes les générations dans un esprit festif et ouvert : une dizaine de millions de personnes sont attendues au bord des routes. C’est l‘occasion inespérée de montrer aux jeunes et à leurs parents ce qu’est vraiment l’apprentissage. L’apprentissage est dévalorisé parce qu’il est identifié au travail manuel qui serait un travail du corps, mécanique, sans réflexion. C’est une vision totalement fausse qui relève d’une méconnaissance profonde de la réalité du travail. Il y a longtemps que les robots ont remplacé l’homme pour les gestes contraints, répétitifs et pénibles. Et c’est heureux. Le travail manuel, c’est  l’intelligence de la voie pratique à partir d’une réflexion fondée sur l’observation et la prise en compte du réel. En outre, la révolution numérique a bouleversé et bouleverse les façons de travailler, avec à la clé une montée en gamme des compétences requises. A mesure que la technique progresse, elle mobilise de plus en plus de concentration intellectuelle et d’expertise. Les décolleteurs, les chaudronniers sont aujourd’hui des programmeurs. Notre opération « Au Tour de l’apprentissage » permettra d’éclairer les familles et de lever ce malentendu auprès des jeunes mais aussi de leurs parents.

Pour les entreprises, l’apprentissage a une valeur inestimable. Il permet d’intégrer des jeunes et avec eux un vent nouveau d’audace et de créativité. En prise directe avec les nouvelles technologies et les enjeux du  monde  contemporain, ils permettent au chef d’entreprise de mieux anticiper les besoins de demain et les façons d’y répondre avec l’apparition de nouveaux métiers et la mise en place de formations ad hoc. L’apprentissage est aussi une voie d’excellence pour l’entreprise.”



Communiqué de presse du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !