webleads-tracker

Société

Portrait | Isis Emam, l’interculturalité au quotidien

Portrait | Isis Emam, l’interculturalité au quotidien

Isis Emam a lancé en janvier 2020 FARDA (Formations et Ateliers de promotion de la santé sexuelle pour Réfugiés et Demandeurs d’Asile), une association féministe créée avec et pour les migrants et réfugiés qui organise des ateliers éducatifs autour des thématiques du genre et de la sexualité.


La fonction première de cette association était de combler un manque qu’Isis Emam avait constaté en travaillant auprès de migrants et de personnes exilées. Les différentes associations qui leur venaient en aide ne leur proposaient pas ce type d’accompagnement alors qu’elles ressentaient le besoin d’être mieux informées sur des sujets comme les relations affectives ou le rapport à l’autre. C’est dans cet esprit que le projet FARDA s’est développé.

« Bâtir une société où chacun puisse s’épanouir et s’accomplir dans sa vie affective et sexuelle » telle est la vision de FARDA. Pour ce faire, l’association est articulée autour de deux missions principales : la sensibilisation à la santé sexuelle par des ateliers auprès des exilés et la formation des professionnels qui travaillent auprès des exilés, en les sensibilisant aux questions de l’interculturalité et de la sexualité, pour leur permettre de mieux gérer les difficultés rencontrées.

Parallèlement à cela, FARDA propose également un soutien psychologique pour les victimes de violences sexuelles, un plaidoyer pour faire entendre la voix des migrants sur les difficultés qu’ils rencontrent en arrivant en France. Enfin, l’association s’engage pour créer plus de liens interculturels entre français et nouveaux-arrivants.

L’interculturalité est certainement ce qui caractérise le plus cette association autant dans son approche que dans sa philosophie. Isis Emam est très sensible à cet aspect qui l’a accompagné tout au long de son cursus universitaire et professionnel.

Tous les ateliers de l’association sont construits à travers une approche interculturelle qui implique une recherche des connaissances sur les contextes socio-culturels spécifiques des personnes pour mieux comprendre leurs conceptions. Cette approche privilégie l’instauration du dialogue et de l’échange dans le respect tout en ayant une meilleure compréhension de l’autre.

Les ateliers organisés par FARDA sont coconstruits et coanimés avec une personne française et une personne exilée. Ils sont confidentiels, ouverts à tous et toutes, à tous les niveaux de langue et de connaissances. Pour pallier aux difficultés liées à la langue, le tabou et la complexité de ces thématiques, l’association utilise des outils issus de l’éducation populaire et non-formelle.

Le but est d’opérer une « transformation sociale » et de ne pas rester dans la « simple transmission d’informations » afin que les personnes exilées puissent s’approprier leur propre environnement et connaître leurs droits.

Pendant le premier confinement, l’activité de FARDA s’est d’abord arrêtée pour reprendre mi-avril. Les migrants et réfugiés étant particulièrement exposés aux risques liés à l’isolement durant cette période et ne disposant souvent pas d’une connexion internet stable, l’association a lancé une opération « binômes » pour créer du lien, malgré la distance, entre personnes exilées et adhérents locaux. Chaque binôme avait pour projet des créations artistiques sur le thème du confinement et son impact sur les relations affectives.

Isis Emam a fait partie des finalistes « Quartier » 2020 du concours « Créatrices d’Avenir », programme d’accompagnement des femmes entrepreneures franciliennes organisé par Initiative Ile-de-France, qui s’est déroulé en décembre dernier. Elle a d’abord choisi de postulé en tant que « femme engagée » dans un programme qui rejoint complètement sa vision en faveur de l’égalité homme-femme.

Grâce à cette sélection parmi plus de 450 dossiers, elle est désormais membre du « Club Créatrices d’Avenir », ce qui pour elle une très grande fierté car cela lui permet d’entrer en contact avec « des femmes qui s’engagent de manière vraiment formidable »

@creadavenir @initiativeidf @bpifrancecrea @femmesdunum @gefeminin @jamaissanselles @femmesinfluence #FARDA #Mixité #Interculturalité #Culture #Santé



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !