webleads-tracker

A la Une

Purificateurs d’air | Une étude prouve l’efficacité du dispositif

Purificateurs d’air | Une étude prouve l’efficacité du dispositif

Laurent WAUQUIEZ, Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, accompagné de Béatrice BERTHOUX et Yannick NEUDER, s’est rendu lundi dernier à Lyonbiopôle dans le cadre de la remise des conclusions de la première étude européenne sur les purificateurs d’air.


En octobre dernier, la Région a fait le choix de déployer des purificateurs d’air dans les lycées et les écoles, considérant que ce sujet était l’angle mort de la lutte contre le Covid-19 en France. Elle débloquait ainsi une enveloppe de 10 millions d’euros. A ce stade, 2 500 purificateurs sont ainsi déployés dans 285 lycées et dans 189 communes pour leurs écoles en Auvergne-Rhône-Alpes

A la suite de cet engagement, une expérimentation a été lancée à l’initiative de la Région dans plusieurs établissements pour mesurer l’efficacité des purificateurs sur les particules fines, notamment celles de la taille du Covid-19 (environ 0,1 micron). Les résultats étaient déjà très satisfaisants : dès les premières secondes, la concentration de particules fines diminuait ; en 20 minutes, on constatait une baisse de 75% des particules les plus fines ; enfin, en une heure, la concentration de particules fines était divisée par 8.

La Région a toutefois voulu aller plus loin en lançant la première étude française et européenne sur l’efficacité des purificateurs d’air vis-à-vis des particules du Covid-19. Cette étude, financée par la Région pour 184 000 euros, a été rendue possible grâce à trois acteurs : le laboratoire Virpath, co-dirigé par le Professeur Bruno Lina et le Dr. Manuel Rosa-Calatrava, spécialisé dans l’étude des virus respiratoires pathogènes.

Celui-ci a participé à la fabrication et à la culture d’une grande quantité de particules de Covid-19 pour les besoins de l’étude. Le laboratoire VirNext, émanation de Virpath, s’est occupé de mener l’étude. Enfin, Lyonbiopôle a mis à disposition un laboratoire pour mener l’étude.

L’étude avait un double objectif : mesurer l’efficacité des filtres HEPA sur le piégeage des particules du Covid-19 dans l’air ; mesurer la durée de survie des particules du Covid-19 une fois piégées par le filtre HEPA.

Sur le premier objectif, l’étude démontre une efficacité supérieure à 99% des filtres HEPA sur le Covid-19 (99,26% pour le filtre H13, 99,85% pour le filtre H14). Cela signifie que les filtres HEPA sont capables de purifier l’air en présence du Covid-19 et d’enlever de l’air ambiant plus de 99% des particules virales infectieuses présentes.

Sur le second objectif, l’étude démontre qu’une fois piégées, les particules du Covid-19 résistent environ 48 heures. Cela signifie qu’après deux jours, les particules du Covid-19 ne sont plus détectables et disparaissent. Il s’agit d’un point important, notamment pour assurer la maintenance des filtres, sans risque de contamination des manipulateurs.

“Lorsque nous avions débuté notre déploiement de purificateur d’air dans les lycées et les écoles, il nous avait été reproché qu’il n’y avait pas assez de preuves scientifiques sur l’efficacité de ce dispositif. Aujourd’hui, grâce à cette étude, une première en Europe, que nous avons financée, nous mesurons tout l’intérêt que revêt cet outil dans la lutte contre le Covid-19.” a déclaré Laurent WAUQUIEZ, Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

“Cela nous conforte pour intensifier nos investissements afin de protéger nos élèves mais nous allons aussi nous appuyer sur cette étude pour demander d’urgence au ministre de l’Education nationale un plan de déploiement. Tout cela est aussi un extraordinaire signal d’espoir dans le cadre de la réouverture des restaurants et salles closes. », a-t-il ajouté.

 

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !