webleads-tracker

Services

Qualité et maîtrise des eaux de baignade

Qualité et maîtrise des eaux de baignade

La communauté de communes Combrailles, Sioule et Morge a fait le choix de mettre en place un Contrat de Performance Energétique (CPE) sur son Centre aquatique afin d’améliorer le confort des baigneurs, ainsi que ses performances énergétiques tout en limitant les coûts de fonctionnement.


Jean-Marie Mouchard, Président de l’intercommunalité, entouré des acteurs et des partenaires de ce contrat, présentera aujourd’hui à 10h les enjeux de ce projet et procédera au lancement officiel de cette démarche innovante. Combrailles, Sioule et Morge assure la gestion du Centre aquatique intercommunal situé à Saint-Georges-de-Mons et construit en 1973. Cet équipement communautaire qui accueille de plus en plus de baigneurs sur le territoire élargi des Combrailles, pèse significativement dans le budget de fonctionnement de l’intercommunalité, à l’instar de toutes les piscines publiques.

Les travaux mis en œuvre à compter de l’été 2019 réduiront de près de 40 % les consommations du site, permettront d’ économiser près de 100 000 € TTC par an sur les factures de fluides (eau / gaz / électricité) et amélioreront nettement le confort des usagers dans le hall des bassins en particulier.

Maîtriser les coûts de fonctionnement
En effet, au-delà d’importantes consommations d’eau qui permettent de garantir la qualité de baignade, les installations techniques nécessaires au chauffage du bâtiment et des bassins ainsi qu’ au fonctionnement des systèmes hydrauliques engendrent de lourdes consommations d’électricité et de gaz naturel. Or, on le sait, les coûts déjà élevés des énergies sont amenés à fortement augmenter dans les toutes prochaines années. Certes, de lourds travaux ont déjà été réalisés pour améliorer l’enveloppe du bâtiment. Cependant, un traitement plus complet et global des installations s’avère être indispensable pour limiter les déperditions, optimiser les rendements, récupérer l’énergie dissipée et anticiper les probables évolutions en termes d’obligations sanitaires que ce soit pour la qualité de l’eau mais aussi la qualité de l’air ambiant et le confort des baigneurs.

Un financement intercommunal
Le montant des travaux fixé à 530 125 € TTC sera financé par l’intercommunalité qui a su mobiliser le concours financier de collectivités partenaires (80 % de financement public sur le montant HT des travaux) : le Département du Puy-de-Dôme dans le cadre du Contrat Territorial de Développement Durable (CTDD), la Région Auvergne-Rhône-Alpes grâce au Contrat Ambition Région et l’Etat dans le cadre du Contrat de ruralité.



Communiqué de presse

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !