webleads-tracker

Art, culture, divertissement

Quoi de neuf au PAL pour la saison 2014 ?

Quoi de neuf au PAL pour la saison 2014 ?
Arnaud Bennet, PDG du PAL

1er site touristique d’Auvergne, 5e parc d’attraction français, Le PAL a réussi en 40 ans à s’imposer comme une destination touristique à part entière. 700 animaux sont répartis sur 35 ha d’espace paysagé, 26 attractions sont proposées pour les familles et 24 lodges africains peuvent accueillir les visiteurs pour une nuit ou plus. Un concept unique en France. Le Journal de l’éco s’est entretenu avec Arnaud Bennet, PDG du parc.


Tout porte à croire que « Le PAL » est l’acronyme de Parc Animalier et de Loisirs. Or il n’en est rien. Le PAL est simplement un lieu-dit situé sur la commune de Dompierre-sur-Besbre, dans l’Allier. C’est là qu’en 1973, André Charbonnier, à la fois homme d’affaires et grand créatif, décide de dessiner des allées, de creuser des étangs pour ouvrir un parc animalier avec le concours du vétérinaire du zoo de Vincennes. A la fin des années 80 et sous l’influence américaine, André Charbonnier ouvre des attractions. Le ton est donné. En 1990, Arnaud Bennet, gendre du fondateur, prend la direction du PAL. Avec son équipe, il développe et professionnalise le parc pour en faire un modèle du genre. Arnaud Bennet est à la fois PDG du PAL et président du SNELAC, Syndicat National des Espaces de Loisirs Attractions et Culturels, qui regroupe 90 % des acteurs des parcs de loisirs.

« A partir des années 90, nous sommes repartis dans une logique d’investissement lourd puisque 20 à 30 % de notre chiffre d’affaires chaque année a été consacré à l’amélioration de la partie animalière et des attractions. », précise Arnaud Bennet. Le parc est ouvert cinq mois et demi par an et emploie 70 permanents. Lorsque le parc fonctionne à plein temps, le nombre d’employés est porté à 240. En 2013, Le PAL a accueilli 512 000 visiteurs. Sachant que le parc se situe sur une zone de chalandise où la densité de population est l’une des plus faibles du pays, le taux de pénétration est certainement l’un des plus forts en France. « Comme tous les parcs régionaux en Europe, nous avons une clientèle, qui pour 70 %, vient d’un périmètre de 200 km autour du parc mais avec le lancement de notre offre d’hébergement thématique l’année dernière, nous avons élargi considérablement la provenance des visiteurs. 90 départements sont représentés de façon assez bien repartie et nous avons une clientèle qui vient de toute l’Europe. Nous sommes devenus une destination touristique à part entière. »

Le PAL propose 25 attractions et 700 animaux à la visite

Le PAL propose 25 attractions et 700 animaux à la visite. En 2014, le parc a généré un chiffres d’affaires d’environ 14 millions d’euros. « C’est un chiffre qui augmente chaque année grâce à l’augmentation de la dépense moyenne par visiteur en restauration et en boutique. » Ces résultats ont hissé le PAL à la 5e place des parcs d’attraction et de loisirs français et à la 1re place des sites touristiques d’Auvergne. « Concernant les animations, nous avons une offre assez large qui reprend les standards des parcs d’attractions. Nous avons une clientèle très familiale. » A noter pour 2014, une nouveauté : Alligator Baie. Le public monte à bord de bateaux équipés de canons à eau. Au fur et à mesure qu’ils voguent sur les eaux marécageuses, les passagers croisent d’autres bateaux et sont les cibles des canons à eau des embarcations adverses. L’attraction signée Mack Rides, une référence mondiale dans le secteur, a nécessité un investissement de 2,2 millions d’euros.

Le PAL a également développé un concept d’hébergement atypique qui répond aux nouvelles attentes des touristes : les lodges. Construits avec des matériaux naturels, tels que le bois, la toile, et décorés dans un pur style africain, ils offrent une atmosphère détendue, chaleureuse et intime. « Étant donné que nous sommes dans un bassin de population relativement modeste, nous avions besoin de ce type d’hébergement pour toucher une nouvelle clientèle de plus en plus éloignée. Nous avons donc créé cet hébergement thématique unique en Europe qui est la réplique exacte des lodges que l’on peut trouver en Afrique australe. » Pour leur première saison d’exploitation, les lodges du Pal ont accueilli 2 900 familles, soit 10 000 personnes pour un total de 10 000 nuitées. Les prévisions de réservation ont été dépassées avec 87 % de taux de remplissage. A noter, un espace séminaire d’exception, pouvant accueillir jusqu’à 100 personnes, est proposé pour les entreprises, une offre qui allie travail, détente et découverte.

Créée en 2008, la fondation d’entreprise le PAL NATURE est dotée d’un programme d’actions pluriannuel de 5 ans pour un budget total de 600 000 euros. L’objectif de la fondation est d’agir pour la conservation de la biodiversité et notamment des espèces animales sauvages menacées et de leur habitat, partout dans le monde. « Cette fondation témoigne de notre volonté d’être plus actifs encore dans le domaine de la préservation de la nature. Notre mission est triple : éduquer le public et sensibiliser les visiteurs à la conservation de la biodiversité, participer directement à cette conservation et enfin participer à la recherche. Au-delà de tous les programmes pédagogiques et des animations, nous avons souhaité participer activement en agissant sur les différents continents pour préserver les espèces menacées. Cette fondation est animée par des équipes du parc de manière intégralement bénévole. » Un fonds de dotation a été créé pour récolter des moyens auprès du public afin de financer les associations soutenues par la fondation.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !