webleads-tracker

Dossier

Reclasser ses salariés : outplacement ou repositionnement professionnel ?

Reclasser ses salariés : outplacement ou repositionnement professionnel ?

Lorsque l’entreprise est contrainte de se séparer d’un salarié (procédure individuelle) ou d’un groupe de salariés (procédure collective), le premier réflexe du DRH est souvent d’intégrer l’outplacement (ou reclassement externe) dans les mesures d’accompagnement du départ. Malheureusement, le repositionnement professionnel est le grand absent de ces dispositifs d’accompagnement, peut-être par manque d’information…? Explications avec François Perotto, senior consultant Kreno Consulting.


Outplacement : accompagner son salarié dans sa recherche d’un nouvel emploi

Une caractéristique majeure de l’outplacement est la mise à disposition pour le salarié « outplacé » d’un espace de travail au sein du cabinet d’outplacement, avec des réunions planifiées avec le consultant qui le suit et par la participation à différents ateliers de groupe, afin de faciliter sa recherche d’emploi ou son projet personnel. Il dispose ainsi d’espace(s) de travail et peut passer toute la journée, s’il le désire, au sein du cabinet d’outplacement pour travailler à sa recherche d’emploi ou à son projet professionnel. Le cabinet d’outplacement a une obligation de résultat puisqu’il va « héberger » le candidat outplacé jusqu’à ce qu’il retrouve un emploi ou finalise son projet professionnel. Le candidat n’est outplacé qu’à la rupture juridique du contrat de travail ; il ne rejoint donc le cabinet d’outplacement qu’après avoir quitté son ancienne entreprise.

Outplacement vs repositionnement professionnel

Quant au repositionnement professionnel, il se caractérise par :

  • La mise en mouvement immédiate
  • Le rythme
  • La proximité

La mise en mouvement est immédiate, car chronologiquement, le repositionnement professionnel peut commencer alors que le salarié est encore en poste. Dès que l’accompagnement commence, l’individu est incité et engagé à l’action pour travailler à son repositionnement professionnel (recherche d’emploi et/ou projet personnel professionnel).

Cette mise en mouvement amène également à un rythme soutenu, de manière à conserver une dynamique qui se créé dès le début. Le rythme se retrouve également dans la planification des séances d’accompagnement, qui sont organisées de manière à pouvoir faciliter le « travail de deuil » (ou l’acceptation du changement), de mener toutes les investigations et tout le travail de retour sur soi et enfin de valider le parcours et le projet.

La proximité est la conséquence du travail d’accompagnement par le consultant, qui se réalise à la fois pendant les séances et entre les séances, par un contact permanent. Ce contact est d’ailleurs maintenu après les séances d’accompagnement, voire jusqu’au début de la réalisation effective du projet professionnel.

Le repositionnement va se dérouler en 3 grandes étapes :

  • L’analyse du parcours professionnel avec l’identification des compétences-clefs ;
  • La formalisation des scénarios envisageables et la définition du projet ;
  • La définition du plan d’action adapté.

Une différence fondamentale avec l’outplacement, c’est que l’individu n’est pas hébergé par le cabinet. En effet, seules les séances d’accompagnement de 1h30-2h00 se déroulent au sein du cabinet (il faut tabler sur une dizaine de séances). Le reste du temps, l’individu travaille sur son projet à l’extérieur du cabinet. Par ailleurs, si l’individu est suivi par un consultant tout au long du repositionnement professionnel, il peut être amené à rencontrer ponctuellement d’autres consultants sur des points spécifiques (validation de business plan, entraînement à l’entretien avec un banquier, simulation d’entretien de recrutement…).

L’attrait du repositionnement professionnel réside d’une part, sur la stimulation et l’engagement à l’action de l’individu et, d’autre part, sur la personnalisation et l’adaptabilité de l’accompagnement qui est procuré. Cette dynamique qui est créée et le rythme soutenu qui s’ensuit, permettent de rester dans un état d’esprit extrêmement positif et de maintenir la concentration sur le cap ; c’est-à-dire la finalisation du projet de repositionnement professionnel.

L’outplacement et le repositionnement ne sont pas exclusifs l’un de l’autre ; ils sont chacun une partie de l’alternative. L’outplacement est plus adapté pour des individus qui ont besoin d’un sas de décompression et qui mettront ainsi un certain temps pour passer au travers de toutes les étapes de la courbe de deuil (ou du changement). Le repositionnement est davantage destiné aux individus qui sont psychologiquement plus aptes à passer plus rapidement au travers de toutes ces étapes et qui ont besoin dès le départ d’une mise en tension.

 

François Perotto, senior consultant Kreno Consulting

 



Une tribune

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !