webleads-tracker

Conseil, Audit, Expertise

Regards croisés sur la mixité en entreprise avec les Voy’Elles

Regards croisés sur la mixité en entreprise avec les Voy’Elles

Une table ronde sur le thème de « Égalité hommes-femmes : où en est-on aujourd’hui ? » était organisée mardi 8 mars à l’initiative de l’association les Voy’Elles de la Caisse d’Epargne Auvergne Limousin (CEPAL), dans leurs locaux de Clermont-Ferrand. Des femmes managers et actrices du territoire étaient invitées à s’exprimer sur la mixité au sein de leurs organisations.


Faire bouger les lignes avec les Voy’Elles

L’association des Voy’Elles fête son troisième anniversaire et entame de nouveaux chantiers tels que le télétravail et la monoparentalité. Evelyne Kerjolis-Cauvin, la présidente de l’association explique quel est son but : « Notre association est une brique complémentaire et indépendante des ressources humaines. Nous sommes là pour montrer la voie. Être vue, être entendue… c’est tout cela encourager la mixité. Avec la participation des hommes, tous ensemble, on fera bouger les lignes au fil des ans. » Evelyne présentait également le parcours atypique de Corinne Diacre, unique femme entraîneur d’un club de foot professionnel masculin. Et délivrait son secret aux femmes : « Plus c’était compliqué et plus ça m’a donné la force de continuer. »

La culture, un milieu encore sexiste

Sylvie Weiss, en charge du mécénat et des partenariats à la Comédie de Clermont-Ferrand depuis 2012, s’exclame : « L’art et la culture c’est ma vie ! Ce milieu est encore très sexiste. Selon une étude de la SACD qui date de 2012, sur l’état de l’emploi dans le milieu culturel, la majorité des postes à responsabilité sont tenus par des hommes. Sur les 70 scènes nationales, seulement 27% sont dirigées par des femmes. C’est encore plus vrai pour le secteur de la musique : seulement 1% des chefs d’orchestre sont des femmes. Il faut que cela change ! » Selon Sylvie, « la culture peut lutter contre les stéréotypes avec des propositions culottées et ciblées ». Elle a aussi créée le club Les Potentielles pour aider les femmes chef d’entreprise à se mettre en valeur. La prochaine étape des Potentielles ? « Les femmes membres pourraient devenir marraines d’une étudiante ou d’une créatrice. » Pour Sylvie, un seul mot d’ordre : « soyez féministes ! »

Une femme à la tête d’une entreprise de transport

Valérie Lassalle est depuis 5 ans, à la tête de l’entreprise de transport éponyme. Mère de trois enfants âgés de 9, 13 et 18 ans, elle est aussi très active en tant qu’élue locale. Son entreprise compte 6 femmes pour 60 salariés. « Je ne reçois quasiment aucune candidature de femme pour des postes de chauffeur. Elles se dirigent plutôt vers les bus. » Valérie donne son ressenti sur les femmes et le management : « Les femmes managent avec plus de sensibilité, différemment des hommes. Elles se posent beaucoup plus de questions. » Son conseil aux femmes ? « Il faut s’affirmer. Les femmes sont autant capables que les hommes. »

Faire accéder les femmes à des postes d’encadrement

Pour Pascal Pouyet, membre du directoire de la CEPAL, « il faut se challenger, mener une réflexion sur comment faire en sorte que de plus en plus de femmes accèdent à des fonctions d’encadrement. » La CEPAL donne l’exemple puisqu’elle est passée de « 59 femmes cadres en 2010 à plus de 100 aujourd’hui » sur les 300 cadres qu’elle compte. « Nous sommes engagés sur une progression continue. Avec seulement 4% de turnover par an, il y a environ 12 postes cadres qui se libèrent chaque année. La mixité est source de richesses et de création de valeurs. Avec le soutien du réseau des Voy’elles, nous allons arriver aux objectifs que nous nous sommes fixés. » Il termine sur ces mots : « Osez ! Osez demander. Osez essayer. Osez prendre un risque. »



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !