webleads-tracker

Etudes, conseil, expertise

Revenir aux fondamentaux du conseil en orientation ou comment concilier : Complexité, Relation et Orientation

Revenir aux fondamentaux du conseil en orientation ou comment concilier : Complexité, Relation et Orientation

Les tests de personnalité ne sont pas les dernières divas ni les derniers outils à faire leur entrée en scène dès qu’il s’agit d’aide à l’orientation et les challengers sont nombreux à se bousculer à l’entrée du théâtre de l’aide à l’orientation : MBTI, Papy, SOSIE, RIASEC, Sigmund…


Fort de sa croyance aux vertus quasiment magiques de son outil qui fait alors figure de dogme, chacun des sachant se dispute âprement le devant de la scène en découpant dans tous les sens la personnalité du consultant selon ses différentes composantes et dominantes puis en formulant quelques prophéties plus ou moins éclairées quant au choix du chemin à prendre pour l’impétrant, souvent alors plongé à cette occasion dans la plus grande perplexité.

Le morcellement de la personnalité ayant abouti à son éclatement, semblable au sort du dieu Osiris dont le corps a été dépecé par le dieu Seth puis dispersé aux 4 coins de l’estuaire du Nil, le consultant est alors au comble de la confusion et de l’indécision voire du désespoir.

Toute cette mise en scène, non pas pour reléguer ces différents outils, très précieux par ailleurs, au banc de la consultation en orientation mais tout simplement pour rappeler que les outils d’aide à l’orientation sont en soi misérables s’ils ne se combinent pas harmonieusement avec ce qu’il convient de privilégier en la matière : à savoir, la relation interpersonnelle en face-à-face du conseil en orientation et du consultant.

Fort d’avoir rappelé ce préalable et replacé la relation personnelle au cœur de la scène, il devient vain de rechercher sans fin des outils de plus en plus sophistiqués et infaillibles qui détournent l’attention des acteurs vers des protocoles de passation souvent longs, fastidieux voire ennuyeux. Il devient alors pertinent de privilégier des outils plus faciles d’utilisation et plus systémiques et globaux même s’ils restent complexes, imparfaits et perfectibles. J’insisterai sur le fait que c’est leur imperfection précisément qui permet de remettre pleinement en lumière le rôle du conseil en l’amenant à compenser cette imperfection, par ailleurs très naturelle chez les outils conçus par l’Homme, par un recours plus harmonieux à d’autres approches plus anthropologiques que sont l’écoute, l’intuition, l’instinct et la créativité.

Un seul outil à mes yeux répond à cette exigence en permettant simultanément d’éclairer le consultant sur sa personnalité professionnelle et de concilier harmonieusement analyse, synthèse, intuition, instinct et intelligence prospective. Il s’agit d’un test de personnalité professionnelle dont la passation, simple et rapide, reste à la portée de tous à partir de l’âge de 15 ans : l’Analyse CGP développée par Robert JOURDA.

Il convient de ne jamais oublier que l’aide à l’orientation a pour but d’aider la personne à accéder au cœur de son propre talent et donc à « revenir vers soi » pour « devenir pleinement soi-même ».
Pour y parvenir efficacement, le consultant doit privilégier la qualité de la relation interpersonnelle en alliant, l’écoute, la bienveillance, l’intuition, l’instinct et la créativité tout en s’aidant des outils d’analyse de la personnalité professionnelle de son choix.

Go Between



Une chronique

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !