webleads-tracker

Industrie

Riom : le site d’Impérial Tobacco SEITA repris par le groupe Bacacier

Riom : le site d’Impérial Tobacco SEITA repris par le groupe Bacacier

Bacacier, spécialisé dans l’habillage métallique de bâtiments, annonce la reprise du site industriel d’Impérial Tobacco SEITA implanté à Riom. Le groupe prévoit d’y installer son siège ainsi que différents ateliers. 30 millions d’euros devraient être investis sur les 5 prochaines années, et 200 emplois rassemblés sur le site riomois dont 130 créés d’ici à 2020.


Créé en 1995 par Jean-Christophe Vigouroux, cantalien de cœur et actuel président, le groupe Bacacier compte plus de 400 collaborateurs répartis sur 22 sites opérationnels dans toute la France dont 3 en Auvergne (Aigueperse (siège), Cébazat-Ladoux et Lempdes) . Spécialisé dans l’habillage métallique du bâtiment, le groupe transforme “plus de 80 000 tonnes d’acier par an, représentant 20% du marché français.” Bacacier bénéficie d’une forte croissance. Pour preuve, sur une décennie à peine, l’entreprise a triplé ses effectifs.

Dans un communiqué du 3 mai 2018, le groupe Bacacier annonce la reprise intégrale du site industriel d’Impérial Tobacco SEITA situé à proximité de la bretelle d’autoroute de Riom. Le groupe souhaite investir 30 millions d’euros sur 5 ans pour y installer son siège (actuellement à Aigueperse), rassembler des services transversaux et R&D, développer des activités industrielles “Habillage metal box” et “Do it yourself”, développer une activité “Façades architecturales” et mettre en place une plateforme logistique européenne.

Cette acquisition va accompagner Bacacier dans la transition énergétique et numérique en cours dans l’industrie du bâtiment.

D’ici à 2020, le site de Riom hébergera 220 emplois dont 130 postes nouvellement créés. “Nous nous sommes engagés à examiner en priorité les candidatures des collaborateurs ou anciens collaborateurs du site Impérial Tobacco de Riom qui seraient intéressés par ces postes que nous serons amenés à créer.”, confirme-t-on dans le communiqué.

Catty Boirie

 

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !