webleads-tracker

Auvergne

Ruralitic la “new tech” made in ruralité

Ruralitic la “new tech” made in ruralité

Le village du futur sera connecté ou ne sera pas. En réponse à la désertification des territoires ruraux le « smart » village sera le modèle de demain qui saura rivaliser en qualité de vie avec les métropoles.


La fin du clivage rural/urbain

Grâce au numérique on peut désormais penser l’aménagement du territoire de manière radicalement différente mettant fin à la traditionnelle opposition rural/urbain avec des métropoles dans chaque région et le désert autour. Grâce au numérique, ce clivage n’est plus une fatalité.

La société du 21ème siècle est en mesure d’apporter un modèle de développement en archipel avec des métropoles connectées à un réseau de petites villes, elles-même connectées avec leur territoire. Cette révolution est déjà en marche comme en témoignent nombre d’initiatives locales telle que l’émergence de Fab-labs en pleine campagne, tiers lieux où chacun peut accéder à une imprimante 3D, ou autres machines connectées. Face à une demande croissante de services, le numérique est en capacité d’apporter une réponse et cela sans coût supplémentaire, dans une logique de transition énergétique. Ces laboratoires publics, les Fab-Labs, sont un lieu d’effervescence où s’élaborent des projets qui interpellent les politiques. C’est aux collectivités territoriales d’accompagner l’innovation et l’émergence de nouvelles pratiques, car il y a dans le déploiement du numérique un enjeu d’égalité.

Entrer dans la 3ème révolution technologique

En faisant de l’aménagement numérique du territoire une priorité, l’Auvergne a été un précurseur. Première région numérique d’Europe en 2009, elle poursuit son programme de déploiement du Très Haut Débit, irriguant l’espace rural.

Le monde rural saura-t-il saisir cette chance ? René Souchon, dans son introduction aux rencontres RURALITIC de Polminhac, les invite : «  Nous vivons aujourd’hui sur des schémas passés. Il faut entrer dans la 3ème révolution industrielle. La création de richesses dans le numérique peut se faire de n’importe quel territoire avec un bénéfice pour la qualité de vie. Les espaces ruraux devront s’outiller pour entrer à égalité avec l’urbain dans la 3ème révolution technologique de l’histoire.” Après leur avoir apporté les infrastructures, la région propose aux élus ruraux de se prendre en main en mettant gratuitement à leur disposition une ingénierie : “Il faut entrer dans les usages et les services » telle est l’invitation du Président de région.

Quels usages et quels services ?

Apporter du Très Haut Débit partout c’est faire arriver les tuyaux. La qualité de ce qui va être distribué via ces tuyaux est primordiale. Il s’agit d’apporter une offre qualitative, ce que propose le Plan Haut Débit national dans son volet sur l’obligation de développement d’une stratégie « usages ». Des rencontres comme Ruralitic permettent aux élus et agents de développement de partager les meilleures pratiques pour les diffuser sur leurs territoires.

La télé médecine, le télé travail, la e-administration, sont des réponses au problème de l’accessibilité des habitants des zones rurales isolées.

La télé médecine, par exemple,  va sans aucun doute se développer partout tant son intérêt est évident : éviter des déplacements onéreux, douloureux parfois, pour le patient, réduire l’impact “carbone”, offrir confort et sécurité au patient.
Les agriculteurs sont tout autant concernés par le développement des objets connectés. En tant que citoyens certes, mais en développant des exploitations de plus en plus connectées.

En matière d’innovation un champ énorme s’ouvre. Le Secrétariat d’Etat au numérique annonce qu’il va mettre en ligne une plateforme internet pour constituer ce réseau de la médiation numérique. Cette plateforme va permettre d’identifier tous les tiers lieux et d’échanger sur le développement local par le numérique. Les bonnes idées sont aussi à prendre chez son voisin.

S’installer à la campagne

Nombreux sont les créateurs de  starts-up qui souhaitent s’installer en milieu rural dès lors que le Très Haut Débit met le monde à leur portée. La qualité de vie, le bien-être, la préservation de l’environnement, la vie de famille, sont des valeurs qui séduisent les jeunes couples. Les projets d’innovations, grâce au numérique, sont sans limite et l’on peut se demander si demain, des villages numériques ne verront pas le jour à proximité d’exploitations agricoles revitalisées.
Aujourd’hui beaucoup de jeunes formés aux nouvelles technologies, aux profils pointus,  refusent de vivre dans les métropoles. L’INSEE est formelle : un mouvement de population s’est amorcé en faveur des territoires ruraux. Il est de l’ordre de 100 000 installations par an soit, compte-tenu de la démographie, un solde migratoire positif de 30 000 personnes. Ces chiffres démontrent la nouvelle attractivité des territoires ruraux depuis 2000.

Vincent Descoeur, président du Conseil départemental du Cantal est intimement convaincu que le Cantal a sa carte à jouer : «  Nous sommes force de proposition. Nous avons  plus à gagner en palliant à ce défaut  d’accessibilité. C’est une question d’aménagement du territoire.”

Avec la loi numérique, Axelle Lemaire a pour ambition partagée de construire une « république numérique ». Il semblerait qu’elle soit particulièrement entendue en Auvergne.



Un article de Chantal Moulin

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !