webleads-tracker

Société

Santé | Une revalorisation salariale des professionnels soignants

Santé | Une revalorisation salariale des professionnels soignants

À l’issue des négociations conduites dans le cadre de la mission confiée à Michel Laforcade, le Gouvernement a signé vendredi 28 mai deux accords qui permettront à tous les personnels soignants des établissements et services sociaux et médico-sociaux financés par l’assurance-maladie de bénéficier d’une revalorisation salariale de 183 euros nets par mois.


Les accords signés la semaine dernière étendent le bénéfice de l’extension du complément de traitement indiciaire à de nouveaux établissements pour les professionnels de santé non médicaux, aux cadres de santé, et aux aides médico-psychologiques. 

Les accompagnants éducatifs et sociaux et les auxiliaires de vie sont également concernés. 90 000 professionnels exerçant leurs fonctions auprès des personnes en situation de handicap, des personnes âgées et des personnes en difficulté sociale bénéficieront de l’augmentation, ce qui représente près de 500 millions d’euros par an.

Dans le cadre des accords du Ségur de la Santé du 1er décembre 2020 le Gouvernement s’était engagé à examiner la situation des personnels des établissements et services sociaux et médico-sociaux. Un premier accord a été signé le 11 février 2021 avec la CFDT, FO, la CGT, l’UNSA et la FHF au 1er juin 2021 pour tous les agents des établissements sociaux et médico-sociaux rattachés à un établissement public de santé ou à un EHPAD public. 

Un protocole signé par l’État, FO, la CFDT, l’UNSA et la FHF prévoit que les 18 500 soignants des « établissements et services sociaux et médico-sociaux publics non rattachés à un établissement de santé ou un EHPAD et financés pour tout ou partie par l’assurance-maladie concernés » bénéficieront de l’augmentation dès le 1er octobre 2021.

Un accord de méthode signé par l’État, la CFDT, l’UNSA, la FEHAP, NEXEM, ACCESS, l’UGECAM et l’UCANSS prévoit que 64 000 professionnels soignants exerçant leurs fonctions dans les « établissements et services sociaux et médico-sociaux privés à but non lucratif financés pour tout ou partie par l’assurance-maladie » bénéficieront du complément de rémunération à compter du 1er janvier 2022.

Avec l’ensemble de ces mesures, le cycle de concertation engagée par la mission menée par Michel Laforcade sur les personnels soignants s’achève.

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !