webleads-tracker

Etudes, conseil, expertise

Search’XPR, la startup auvergnate lève près de 2M€

Search’XPR, la startup auvergnate lève près de 2M€
Jean-Luc Marini (à gauche) et Olivier Figon

Créée en 2011 par jean-Luc Marini (à gauche) et Olivier Figon, la startup Search’XPR propose un système de moteur de recherches innovant, qui vient de lui permettre de lever quelque 2 M€.


Search’XPR, créée à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) en 2011 par deux professeurs en informatique, est en train de se faire une place au soleil dans le monde pourtant tourmenté des moteurs de recherche. Cette startup, qui propose un logiciel innovant (Oorace) pour analyser le comportement et la psychologie de l’internaute-consommateur, a eu l’idée de proposer aux acheteurs des recommandations d’achats surprises susceptibles de les maintenir connectés sur des sites de e-commerce.

Ces fonds vont servir à poursuivre notre avance technologique

Après une levée de fonds en juin 2014, les fondateurs de Search’XPR viennent d’annoncer un nouveau tour de table de 1 950 000 euros. Derrière cette somme quatre investisseurs, dont le Chinois Shanghai Unicore Technology Company, mais aussi Sofimac Partners, le régional de l’étape, la BPI et la société e-business Event. “Ces fonds vont servir à poursuivre notre avance technologique car nous avons acquis la certitude d’avoir mis le doigt sur une invention qui n’a pas encore été investiguée comme nous l’avons fait”, précise le co-fondateur Olivier Figon.

L’argent servira aussi à doper l’aspect commercial “essentiellement sur la France et les pays proches, ainsi que sur la Chine, où nous avons nos entrées”.

Search’XPR emploie actuellement 11 salariés entre son siège clermontois et son centre de développement à Lyon (Rhône). Les fondateurs visent un chiffre d’affaires de 600 000 à 800 000 euros pour 2015 et envisagent de nouvelles levées de fonds d’ici 12 à 18 mois.

Un article de Geneviève Colonna d’Istria
rédactrice en chef de NewsAuvergne
Découvrez NewsAuvergne en cliquant ici

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !