webleads-tracker

Commerce et Distribution

SEMPA : success story grenobloise

SEMPA : success story grenobloise

SEMPA, une entreprise grenobloise dont le directeur, Pascal Faucher, a eu LA bonne idée il y a 28 ans de fabriquer des machines presse-agrumes… transparentes ! Ses machines à presser, éplucher, découper ou extraire des jus sont distribuées dans plus de 35 pays à destination des professionnels de la restauration et autres établissements accueillant du public. La société enregistre chaque année une croissance exponentielle avec un chiffre d’affaires qui a triplé en 3 ans. Retour sur cette success story Made in France.


Quand on pense « success story à la française», on pense souvent « copie d’un modèle américain ». Mais la success story de SEMPA, petite société iséroise devenue poids lourd international dans son secteur, est au contraire celle d’un homme qui a vu plus grand et plus beau que les Américains. Car s’il est vrai que Pascal Faucher, son directeur, s’est inspiré des presse-agrumes mis à disposition des clients dans les grandes surfaces américaines, il a tout de suite repéré ce qu’il manquait : « Aux États-Unis, les machines américaines sont sans transparence : c’est dommage de cacher ce qui devrait être montré aux consommateurs pour les rassurer. Le fait qu’avec nos machines, on voit les oranges tomber une par une et que le jus arrive ensuite, assure la traçabilité du produit. »

SEMPA grenoble

Une transparence qui devient aussi un argument esthétique, les machines de SEMPA se signalant par leur design, qui s’intègre dans les établissements les plus prestigieux. C’est ainsi qu’en à peine quelques années, Pascal Faucher a fait de cette entreprise de Moirans, aujourd’hui installée à Grenoble, une société qui enregistre chaque année une croissance exponentielle et qui entend bien ne pas en rester là.

Présents dans les supermarchés, les gares et les aéroports, les salles de sports et les hôtels, les clubs de foot et les entreprises, les presse-fruits SEMPA continuent de conquérir de nouveaux territoires en proposant de nouveaux jus de fruits méconnus et aussi, pourquoi pas, des soupes… dans quelques années.



Communiqué de presse du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !