webleads-tracker

Auvergne

Septième réunion pour les membres du 1+1 Business Club au Novotel du Brézet

Septième réunion pour les membres du 1+1 Business Club au Novotel du Brézet

La septième réunion du 1+1 Business Club s’est déroulée le lundi 30 janvier 2017 au Novotel du Brézet, géré par Delphine Giraud-Levadoux, à Clermont-Ferrand. Le 1+1 Business Club, c’est une nouvelle façon de concevoir les affaires, de remplir son carnet de commandes et de développer son réseau tout en dopant sa notoriété, en stimulant sa réputation et en renforçant son image !


Le 1+1 Business Club, c’est l’alliance entre des rencontres humaines, la force des 850 000 lecteurs du Journal de l’éco et une toute nouvelle façon d’utiliser les réseaux sociaux au service de l’ensemble des membres du club !

L’actualité économique est au cœur du principe des échanges entre les membres ! Les réunions 1+1 débutent par un temps appelé la « newsroom », où chaque membre partage une information qui concerne son entreprise ou son activité. Il y a toujours une actualité dans une entreprise qui mérite de faire la Une : un investissement, un recrutement, un nouveau produit, une promotion, une innovation, un nouvel établissement, la participation à un événement, un nouveau client gagné, etc.

La sélection des « infos du jour »

Le lundi 30 janvier, les membres du club se sont réunis et ont échangé des informations économiques. Une dizaine de news annoncées par les membres présents ont été élues « info du jour » et, à ce titre, sont aujourd’hui reprises dans le Journal de l’éco :

News générales : Application loi macron à partir du 01/04/17 : facturation électronique systématique vers les clients. Si refus, le client doit faire un mail de non acceptation/reconduction des aides à l’embauche pour les PME jusqu’à fin juin 2017.

 Des habitudes de consommation surprenantes chez les jeunes de 13-21 ans. En effet, 98 % d’entre eux, que l’on appelle la génération Z, préfèrent effectuer leurs achats en magasin plutôt qu’en ligne … surprenant non ? Voir le produit, le toucher semble donc primordial pour la jeune génération. C’est une bonne nouvelle !

Première news : Philippe Auzat, de l’agence Start People, annonce le lancement d’un formidable projet de recrutement, de formation et de placement en CDD-CDI ou intérim dans la branche du transport.

Face aux soucis de recrutement  de personnes qualifiées dans ce domaine, Start People a décidé de réagir et de s’allier à un centre de formation clermontois pour “ aller vendre les CV ” auprès des professionnels de la route.

Une pénurie, un potentiel, des actions … Voilà un programme concret pour la redynamisation du territoire !

Start People Avenue de la République à Clermont-Ferrand est une agence d’emploi CDI-CDD et intérim, internationale par son groupe RECRUIT et locale par ses 170 agences, ses 650 collaborateurs connaissent parfaitement les bassins d’emploi locaux. Start People sélectionne et recrute du personnel formé, motivé et performant qu’il place en intérim ou en CDI dans le respect de ses engagements en matière de sécurité et de lutte contre la discrimination.

Pour en savoir plus : https://www.startpeople.fr

Deuxième news : Pauline Dissard, avocat au cabinet “B&D Avocats” nous alerte sur les modifications relatives à l’inaptitude au travail.

Depuis le 1er janvier 2017, un seul examen constatant l’inaptitude suffit. L’exigence de 2 visites de reprise constatant l’inaptitude n’est plus le principe mais l’exception. Ce n’est que si le médecin du travail l’estime nécessaire pour rassembler les éléments permettant de motiver sa décision, qu’un second examen de reprise doit avoir lieu. Si à l’issue de la première visite de reprise, le médecin du travail estime cette seconde visite nécessaire, celle-ci doit avoir lieu dans un délai qui n’excède pas 15 jours après le premier examen.

Ainsi depuis le 1er janvier 2017, le médecin du travail ne peut déclarer un salarié inapte à son poste de travail qu’après avoir réalisé les 4 actions suivantes (C. trav., art. R. 4624-42) :

  • avoir réalisé au moins un examen médical de l’intéressé accompagné, le cas échéant, des examens complémentaires, permettant un échange sur les mesures d’aménagement, d’adaptation ou de mutation de poste ou la nécessité de proposer un changement de poste . L’échange porte sur l’avis et les propositions qu’il entend adresser à l’employeur (pour plus de précisions, voir ci-dessus).
  • avoir réalisé une étude de poste ou fait réalisé cette étude par un membre de l’équipe pluridisciplinaire.
  • avoir réalisé ou fait réaliser une étude des conditions de travail dans l’établissement et indiqué la date à laquelle la fiche d’entreprise a été actualisée .
  • avoir échangé, par tout moyen, avec l’employeur. Cet échange est destiné à permettre à l’employeur de faire valoir ses observations sur les avis et propositions que le médecin du travail entend adresser. A noter que le médecin du travail peut proposer à l’employeur, comme auparavant,  l’appui de l’équipe pluridisciplinaire ou celui d’un organisme compétent en matière de maintien en emploi pour mettre en œuvre son avis et ses indications ou ses propositions  (C. trav., art. L. 4624-4 et L. 4624-5).

Maitre Dissard nous rappelle que la mise à jour de la fiche d’entreprise est obligatoire et particulièrement dans le cadre de la modification de la loi relative à l’inaptitude au travail.

En conséquence, si votre fiche entreprise est obsolète … pensez à sa mise à  jour. Et si elle n’existe pas … mettez là en place. Pour se faire il convient de se mettre en relation avec la médecine du travail de votre entreprise.

La fiche d’entreprise recense des éléments d’identification de l’entreprise et du médecin, la nature de l’activité, les effectifs globaux, de la présence ou non d’un CHSCT et les facteurs de risques professionnels auxquels sont exposés les salariés ainsi que les conditions générales de travail.

À défaut, le licenciement pour inaptitude pourra faire l’objet d’une contestation devant le Conseil de Prud’hommes de la part des salariés.

Pour en savoir plus : Maître Pauline Dissard – Cabinet B & D Avocats

06.42.96.80.49 ou cabinet.bd.avocats@gmail.com

Troisième news : Yvan Werner de AnExc Expertise. Sortir d’un contentieux technique avec des méthodes amiables.

Hier: LITIGE + CONSTRUCTION = AnExc

Aujourd’hui : LITIGE + CONSTRUCTION ou LITIGE + TECHNIQUE = AnExc

Utilisé pour sa discrétion et son efficacité, la gestion de contentieux “all in one” (vidéo https://www.youtube.com/watch?v=597daUo3siw) étend ses services aux domaines de l’industrie, de l’aéronautique et de la robotique.

Pour en savoir plus : http://www.anexc-expertise.com/

Quatrième news : Offre exceptionnelles pour les 4 premières entreprises sur audit « optimisation des flux » au sein d’une entreprise.

Contact : Pierre Mathieu – tél : 06.43.62.97.74

Pour en savoir plus : http://www.index-info.fr/

Cinquième news : Julien Klein, de Segeco, annonce une baisse progressive de l’IS sur 4 ans.

L’abaissement du taux de l’IS s’effectue progressivement selon certaines modalités et sur une période allant de 2017 à 2020. A compter des exercices ouverts au 01/01/2020, le taux d’imposition sera abaissé à 28% pour toutes les entreprises. La baisse du taux de 33.1/3% à 28% ne remettra pas en cause le taux d’IS réduit à 15%.

Amortissement des véhicules de tourisme : Les règles de déduction fiscale des amortissements des véhicules de tourisme acquis ou loués à compter du 1er janvier 2017 sont modifiées. Le plafond de déduction fiscale est augmenté pour les véhicules les moins polluants ; il est progressivement réduit pour les véhicules les plus polluants. Une nouvelle tranche est créée à 30K€ pour les véhicules électriques et à 20 300€ pour les véhicules « hybrides ».

Relèvement de 1 % du taux du CICE :

Pour les rémunérations versées à compter du 1er janvier 2017, le taux du CICE est relevé à 7 %.

Crédit d’impôt de taxe sur les salaires (CITS) pour les organismes sans but lucratif :

Les organismes sans but lucratif non soumis à l’IS ne peuvent pas bénéficier du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). Pour accorder aux organismes concernés un avantage similaire au CICE, il est créé un crédit d’impôt de taxe sur les salaires (CITS) qui repose sur la même logique que le CICE. Le taux a été fixé à 4%.

TVA :

Le législateur a pour objectif d’aligner la fiscalité de l’essence sur celle du gazole.

Jusqu’à présent, la TVA grevant l’achat de gazole était déductible à hauteur de :

          80 % pour le gazole utilisé comme carburant pour des voitures particulières,

          100 % pour les véhicules utilitaires légers (camions, camionnettes, fourgons, tracteurs, triporteurs…)

Alors que la TVA portant sur l’essence utilisée comme carburant était totalement exclue de droit à déduction par l’utilisateur final, qu’il s’agisse de véhicules admis ou exclus du droit à déduction.

D’ici 2021, le régime de TVA déductible sur l’essence sera identique à celui du gazole. A partir de 2022, la TVA sur l’essence sera intégralement déductible sur les véhicules de type « utilitaire ».

Pour en savoir plus : http://www.segeco.fr/

http://fondation-segeco.fr/

Sixième news : Julie Mander-Chatel, concernant les conditions générales de vente (CGV) entre professionnels, qui constituent le socle de la négociation commerciale.

Les conditions générales de vente constituent un document incontournable pour les professionnels, que ce soit pour être en conformité avec la loi ou encore pour se protéger dans le cadre de leur activité.

Les entreprises qui travaillent, notamment avec des clients professionnels, sont tenues de rédiger des conditions générales de vente et de les communiquer à chaque acheteur ou demandeur d’une prestation de services qui en fait la demande. Celles-ci doivent comporter certaines mentions obligatoires.

Les conditions générales de vente figurent sur les documents tels que bons de commande, contrats, documents publicitaires….

Nous vous conseillons donc de faire rédiger ou de faire vérifier vos conditions générales de vente  par un avocat qui s’assurera de leur sécurité et de leur efficacité juridique.

Cabinet d’avocat Julie Mander-Chatel – 36 Avenue Julien 63000 Clermont-Ferrand

Tél : 04 73 90 06 40

julie.manderchatel.avocat@gmail.com

Septième news : Anthony Berna, Président de la SAS O Pure Propreté (service de nettoyage).

Du nouveau dans l’environnement du nettoyage : celui à l’eau pure !

L’eau pure agit come un détergent surpuissant ; on peut donc nettoyer sans produit chimique dans le cadre d’un entretien régulier bien entendu (or gros chantier de nettoyage).

L’eau, dépourvue de ses minéraux, devenue pure, ne laisse plus de trace.

Le procédé de fabrication est non polluant, et ce système de nettoyage s’affranchit de nacelle ; les opérateurs interviennent avec une perche en carbone.

A l’heure où le Développement durable est devenue une préoccupation majeure, un enjeu planétaire, et où les contraintes et normes sont drastiques, cette solution semble être une belle alternative et agir en faveur de l’environnement.

Pour en savoir plus : http://www.opure-proprete.fr/

Huitième news : Albane Pelese, de Fidal Avocats Région Centre.

Fidal Avocats en France, ce sont 94 années d’expérience, 1400 avocats et juristes, et 90 bureaux répartis en 12 Directions régionales.

La nouvelle Direction régionale Centre, opérationnelle depuis le 1er octobre 2016, est née de la fusion de 3 bureaux avec l’ex. Direction régionale Clermont-Fd. Elle regroupe dorénavant 8 bureaux : Aurillac, Bourges, Brive, Châteauroux, Clermont-Fd, Limoges, Périgueux et Vichy, et compte près de 80 avocats et juristes spécialisés.

Couvrant l’ensemble des domaines du droit des affaires grâce à ses départements et spécialités, le Cabinet intervient également en Droit public et Droit de l’Environnement.

La création de cette nouvelle Direction régionale s’est accompagnée du recrutement d’une chargée de communication-marketing, en la personne d’Albane Pelese.

Pour en savoir plus : http://www.fidal.com/

Pour avoir plus d’informations concernant le 1+1 Business Club ou le Journal de l’éco : http://www.1plus1clubbusiness.com/ – https://lejournaldeleco.fr/



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !