webleads-tracker

Etudes, conseil, expertise

So Good ID !, la boîte à idées de François Groslière !

So Good ID !, la boîte à idées de François Groslière !

Plus connu pour ses peintures de femmes aux formes généreuses et colorées, François Groslière n’en est pas moins un publicitaire averti. Fort d’une expérience de 30 ans dans la communication, il créé, en 2012, son agence So Good ID ! afin de mettre ses idées et son hyper-activité au service de ses clients. Portrait.


Toujours à dessiner dans la marge de ses cahiers, François Groslière a, depuis sa tendre enfance, toujours débordé de créativité. C’est ainsi qu’il s’oriente vers des études de dessinateur à l’école Brassart à Tours où il se forme aux métiers du dessin, de la conception graphique et de la communication visuelle.

En 1984, il intègre l’agence Graphorama en tant que roughman. « Je réalisais des esquisses
et créations (rough) de campagnes publicitaires que l’agence proposait ensuite au client qui décidait des axes créatifs. Une fois le projet validé, les planches servaient de fil conducteur aux graphistes en charge de la réalisation finale. Ce métier était passionnant parce que je pouvais passer d’un sujet à un autre, des fosses septiques à des sacs haut de gamme.
 »

En 1987, il devient directeur artistique chez Publicis, troisième groupe d’agences de communication au monde. « Pendant 27 ans, comme directeur artistique, j’ai travaillé l’ensemble des campagnes publicitaires de l’antenne Publicis à Clermont-Ferrand : des saucissons de Môssieur Polette aux tondeuses à gazon Béal, des voitures sans permis Ligier ou encore Vulcania… »

Lorsque Publicis décide de fermer son agence à Clermont-Ferrand en 2012, François Groslière, toujours en quête de nouveaux défis, créé sa propre agence de communication afin de « mettre sa créativité au service de ses clients. » Conseils en communication, recherche de noms, concept, identité graphique… Les « bonnes » idées de ce publicitaire peuvent se déployer sur tous les supports de communication. « J’essaie d’avoir des idées malines c’est-à-dire communiquer pas forcément cher mais forcément efficace ! Une bonne idée devient ensuite un fil conducteur. Je tiens à ce que cette idée devienne une évidence pour mon client qui doit se reconnaître dans le concept et donner un « effet Turbo » à ses projets. »

Quelques « So Good ID ! »…

L’hétérogénéité de sa clientèle permet de développer son ouverture d’esprit et sa curiosité. Cocktail nécessaire à l’ébullition d’idées et à la naissance de la créativité !

Le Centre de Congrès Polydome, la boutique SOON, la centrale de mobilité de l’agglomération clermontoise Moovicité et l’agence immobilière Next Place doivent leur nom à François Grosliere.
Pour les 10 ans de la Caisse d’Epargne Auvergne Limousin, François Groslière a imaginé 800 m2 de tapis sur lequel il a dessiné un à un les prénoms des 397 collaborateurs de la banque.  Cette moquette tapisse actuellement les 7 étages des sièges de Clermont-Ferrand et de Limoges. « Une belle façon pour le CEPAL de mettre en avant ses collaborateurs ! »
Pour la Fédération des viticulteurs des Côtes d’Auvergne, François Groslière a mis en place une opération presse originale : envoyer aux journalistes une bouteille vide avec un message dedans. Invitation pour vendre et parrainer un cep de vigne. Et tout dernièrement, reconstituer une vigne (avec des jeunes ceps) sur la Place de la Victoire…
« A Noël, j’ai offert des kilos de patates à mes clients. En réalité, j’ai sur-emballé les sacs de pommes de terre de mon client « Jardin de Limagne », avec l’étiquette : « Je vous souhaite la patate pour 2014 ! ». Une belle idée n’est pas forcément hors de prix ! »

« Il n’y a rien de plus dur que de vendre des idées ! »

François Groslière mise sur le bouche-à-oreille pour développer son affaire et avoue préférer collaborer « avec des gens qui ont vraiment envie de travailler avec [lui] ! » Beaucoup sollicité, il croit aux réseaux : comme le Club de la Presse, le Groupement Créateurs d’Entreprise Auvergne et le Club 41.

« Je suis plus connu en tant que peintre qu’en tant que publicitaire alors que mon vrai métier c’est la communication ! Je passe 100 % de mon temps dans la communication et le reste dans la peinture. La conciliation de ces deux activités est tellement passionnante ! »

Logo_So Good ID



Publi-rédactionnel

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !