webleads-tracker

Numérique, Informatique & Télécom

“Start-up toi-même” : il remporte à 15 ans le concours d’idées digitales

“Start-up toi-même” : il remporte à 15 ans le concours d’idées digitales

Initiée par l’agence digitale BiiG et la Communauté d’Agglomération du Niortais (CAN), la 1ère édition du concours d’idées digitales “Start-Up Toi-Même” propose aux jeunes de 13 à 17 ans de développer leur idée et tenter de gagner un séjour d’immersion chez BiiG pour y développer un prototype. La cérémonie de remise des prix s’est tenue le samedi 16 septembre 2017 au CAMJI et c’est Mathis Weber, 15 ans, qui remporte le 1er prix du Concours avec son idée : Olyco, une plateforme qui permettrait aux collégiens et lycéens de rechercher un stage d’observation pré-bac.


Le jury, composé de collaborateurs BiiG, de représentants de la CAN et d’entrepreneurs, s’est réuni samedi 16 septembre 2017 pour décerner les 3 premiers prix du concours d’idées digitales “Start-Up Toi-Même”.

1er prix :

Mathis Weber, 15 ans,

Son idée : Olyco, une application permettant aux jeunes collégiens et lycéens d’accéder à des offres de stage pré-Bac, postées par les entreprises intéressées par cette cible.

2e prix :

Angelo Pinto, 15 ans

Son idée : une application dédiée aux résultats de E-sport permettant aux joueurs de suivre en temps réel tous les scores des compétitions de jeux vidéo en ligne ainsi que les rediffusions.

3e prix :

Théo Leforestier, 17 ans, et Eva Rouger, 18 ans

Leur idée : une application destinée à déployer et simplifier les relations des centres de don du sang avec leur audience. En cas de besoin important en produits sanguins, les centres pourront envoyer aux donateurs qui l’auront souhaité une alerte pour la collecte de sang, directement via l’application.

Pour évaluer les projets des lauréats, le jury a observé différents critères. Au-delà du critère essentiel du marché, le jury s’est particulièrement attaché à l’implication personnelle du candidat dans le développement de son idée. Dans un second temps, le jury a pris en compte les critères de la portabilité du projet, la qualité du pitch et l’originalité de l’idée.

Pour Emmanuel Cadiou, Président fondateur de BiiG, à l’initiative du concours Start-Up Toi-Même : « en lançant un concours d’idées digitales pour les jeunes niortais, je ne m’attendais pas à découvrir que nous étions entourés de tant de jeunes entrepreneurs de 16 ou 17 ans. La qualité des projets et l’enthousiasme qui a accompagné toute cette première édition m’ont convaincu, s’il le fallait, de l’immense potentiel et de la grande créativité de la nouvelle génération. C’est pourquoi, nous avons décidé de développer Start-Up Toi-Même avec le soutien de partenaires afin d’organiser une seconde édition, en 2018, ouverte à tous les Français de 13 à 17 ans. »

UN WEEK-END DE CHALLENGES POUR UNE SEMAINE EN IMMERSION

Accueillis les 13 et 14 mai derniers dans les locaux de BiiG, les lauréats étaient accompagnés par un tuteur individuel attitré et challengé par les équipes en place durant tout le week-end. Chaque porteur de projet était invité à développer son idée en la confrontant avec les réalités du marché au fil de différents ateliers (Brainstorming, Communication, Business Model, « Démineur », Tech, ou encore Storytelling).

Les apprentis entrepreneurs se sont mesurés lors d’un pitch final devant le jury.

A l’issue de ce week-end, 3 projets et 4 lauréats ont remporté une semaine d’immersion au sein de BiiG au cours de l’été 2017, où ils ont eu l’opportunité, accompagnés de leur tuteur, d’être guidés par un consulting manager, un delivery manager, une équipe de développeurs et une équipe de créa qui leur a permis de repartir avec un prototype de leur projet à l’issue de l’expérience.

Cette semaine d’incubation a été un vecteur d’ambitions pour la grande majorité des participants, voire le début d’une aventure entrepreneuriale : « Je compte bien trouver des investisseurs pour développer mon idée le plus rapidement possible » – Angelo, 15 ans.

Plus d’informations : www.startuptoimeme.com



Communiqué de presse du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !