webleads-tracker

Services à l

Talents de la création d’entreprise en Auvergne

Talents de la création d’entreprise en Auvergne

Les jurys viennent de désigner 3 lauréats du concours Talents de la création d’entreprise en Auvergne parmi les 24 candidats qui ont été auditionnés pour présenter leur projet d’entreprise. Ils remportent un prix de 1 000 à 3 000 euros et une campagne de communication régionale.


Être désigné « Talent » de la création d’entreprise signifie, pour un entrepreneur, que son projet est reconnu par les acteurs de la création d’entreprise, les grandes entreprises françaises et les institutionnels. Ce prix est un label et un gage de sérieux auprès des banques.

Talents est le premier concours régional et national de la création d’entreprise.

Créé en 1997 par BGE, réseau national d’appui aux entrepreneurs, le concours Talents a pour objectif de révéler une nouvelle génération d’entrepreneurs responsables et de valoriser les réseaux qui les conseillent. Il récompense des entrepreneurs créateurs de richesse économique, d’emploi et de lien social. Sur plus de 1 500 dossiers déposés, près de 500 candidats environ ont été retenus dans toute la France pour présenter leur projet devant les jurys régionaux. Ces derniers sont composés des structures d’accompagnement à la création d’entreprise, de personnalités qualifiées, d’anciens lauréats, d’entreprises locales et des partenaires. A l’issue de ces jurys, 100 candidats seront désignés lauréats régionaux. Ils concourront ensuite pour un prix national qui leur sera remis le 9 septembre au ministère de l’Économie à Bercy.

Palmarès « Talents 2013 » en Auvergne

Catégorie Artisanat – Tredart (SAS) – Clermont-Ferrand (63)
Eric Seguinotte, 26 ans, et David Romero, 24 ans, se sont rencontrés pendant leur formation de chaudronnerie, lors de laquelle ils se sont découvert une passion commune : le mobilier contemporain en métal. A l’issue de la formation, ils décident de créer ensemble une société spécialisée dans la conception de meubles et d’objets métalliques décoratifs. Fondée en février dernier à Clermont-Ferrand, Tredart se positionne sur un marché haut de gamme, au niveau national et international (États Unis, Émirats arabes, Russie, etc.) : les deux créateurs conçoivent des meubles d’exception, édités en série limitée, notamment une gamme de fauteuils en métal produits chacun à 12 exemplaires. L’entreprise répond également à des demandes de création sur mesure, ce qui représente déjà un tiers de leur activité. Elle peut également répondre à des commandes pour des éditeurs de mobilier en série ou du mobilier d’art.

Catégorie Services – EfficééA (EURL) – Voussac (03)
Après un licenciement économique, Yannick Pineau, 38 ans, quitte la région nantaise et part s’installer à Voussac, un petit village de l’Allier, à l’est de Montluçon. Il réhabilite un corps de ferme abandonné depuis plus de 50 ans. Demandeur d’emploi, il se découvre un intérêt grandissant pour les métiers du bâtiment et la construction écologique, basée sur l’utilisation de matériaux sains. Yannick entreprend dans la foulée une formation à Clermont-Ferrand, ponctuée par l’obtention d’une Licence professionnelle “Bâtiment à Énergie Positive et
Construction Bois”. En février dernier, après plusieurs mois de préparation, il crée Efficééa, un bureau d’étude spécialisé dans le contrôle d’étanchéité à l’air des constructions neuves. Depuis 2013, ce contrôle est devenu obligatoire ; l’entreprise se positionne donc sur un marché porteur à travers plusieurs prestations : réalisation de tests d’étanchéité, études thermiques, évaluation de l’éclairage, formations, etc. Elle dispose ainsi de nombreux débouchés, auprès des particuliers et des professionnels du bâtiment.

Catégorie Dynamiques rurales – La Savonnerie bourbonnaise (SARL) – Agonges (03)
Après plusieurs années d’expérience dans le secteur pharmaceutique et cosmétologique, Olivier Doizon, 38 ans, est à la recherche d’un nouveau défi. Il cherche à s’installer à la campagne avec sa famille et à créer sa propre entreprise dans le secteur de la savonnerie. En mars 2012, après s’être installé à Agonges, un petit village du bocage bourdonnais où il avait l’habitude de passer ses vacances, il lance son activité de production de savons bio et éco-responsables. L’entreprise utilise en effet les matières premières disponibles localement (miel, cire d’abeille, lait de chèvre) et une méthode de saponification à froid, qui permet de préserver la qualité des huiles végétales et essentielles. Les savons bourdonnais sont donc bons pour la peau et pour l’environnement. Le créateur les commercialise en vente directe, dans les réseaux de magasins bio et en tant que sous-traitant pour d’autres marques spécialisées dans les produits d’hygiène ou de beauté.

En savoir plus : www.bge.asso.fr



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !