webleads-tracker

Tourisme, restauration

Le tourisme, 2e ressource économique des Combrailles

Le tourisme, 2e ressource économique des Combrailles
De gauche à droite : Marie-Claire Mercier, présidente de l’Office de tourisme des Combrailles aux côtés de Marie Lepissier, directrice.

Deux femmes pilotent l’Office du tourisme inter-communautaire des Combrailles. Elles ont en commun une véritable passion pour ce vaste territoire touristique et ça se voit ! Marie Lepissier, directrice, et Marie-Claire Mercier, présidente, ont un même objectif : développer, faire connaître, animer, accueillir, pour que vive leur pays.


Une structure innovante

2 800 offices de tourisme et syndicats d’initiative organisent en France l’accueil et l’information des touristes, la diffusion des offres de séjours, des prestations, l’animation du territoire avec plus ou moins une mission de développement selon leur statut. Les communes ou communautés de communes, si elles en ont pris la compétence, ont toute liberté pour choisir le mode de gestion, public ou privé , et donner plus ou moins d’autonomie à la structure.

Dans les Combrailles, on a fait mieux que de se regrouper au sein d’une communauté de communes pour exercer la compétence « tourisme ». Ce sont 9 communautés de communes (représentant 103 communes) qui ont décidé de se réunir pour mieux promouvoir et développer l’entité « Combrailles », additionner ses atouts pour valoriser ses richesses. Son statut d’EPIC (Établissement Public Industriel et Commercial) lui donne une grande latitude pour remplir à la fois des missions de développement de l’accueil touristique sur tout le territoire mais également de commercialisation de produits et séjours dont le « clé en mains » est le maître-mot.

Un budget confortable pour de grandes ambitions

Un Comité de Direction de 23 membres (12 élus représentant les Communautés de Commune et le SMADT (1) et 11 prestataires) administre cet établissement dont le budget, à hauteur de 500 000 euros, prouve combien ses missions sont considérées comme importantes. Si la présidence va à un prestataire, la vice-présidence est statutairement dévolue à un élu. Les 178 professionnels du tourisme installés dans les Combrailles n’ont qu’à se louer de cette reconnaissance en tant qu’acteurs du développement. Par ailleurs, « le regroupement des différents offices du tourisme et syndicats d’initiative du territoire a permis de mutualiser les moyens et de développer un programme d’actions coordonné à une plus grande échelle. » se réjouit Marie Lepissier qui, en tant que directrice, anime ainsi 7 bureaux de tourisme ouverts toute l’année et 11 l’été, période pendant laquelle les effectifs sont doublés pour satisfaire la demande : 15 000 demandes de groupes ou individuels en 2013 et vraisemblablement autant en 2014.

Une équipe opérationnelle, des activités multiples

Grâce au déploiement des 11 salariés (en ETP ou équivalent temps plein) sur le territoire c’est un seuil confortable pour pouvoir, outre les missions obligatoires d’accueil, d’information et de promotion touristique qui sont des missions de service public, développer une mission de commercialisation de produits touristiques.

A chaque mission, un personnel dédié et des outils mis à disposition du public que nous présente Marie Lépissier : « Nous avons un responsable par activité : activités de pleine nature (pêche, activités équestres, randonnées, etc.), communication numérique et vente en ligne, communication et observatoire du tourisme, animation des points accueil, culture et patrimoine, développement des séjours individuels, commercialisation et séjours groupes. »

L’office de tourisme édite des topo-guides et fiches randos à 1 € de manière à permettre aux touristes de parcourir les sentiers qu’un partenariat avec le Conseil général a permis de baliser, les communes se chargeant de leur entretien. Dans les Combrailles, le tourisme est d’abord un tourisme vert centré sur la nature que l’on parcourt à pieds, à cheval ou le long des cours d’eau : la Sioule, le plan d’eau des Fades et plusieurs étangs accueillent les amateurs de pêche pour qui des guides ont été mis au point. « Les pêcheurs proviennent d’Auvergne (35 %), de Rhône-Alpes (13,5 %), de la Région Centre (8,4 %) ou encore d’Ile-de-France (6,5 %) » mais l’axe fort reste le parcours équestre : « Les Combrailles offrent des hébergements adaptés pour ceux qui viennent avec leur cheval, et de nombreux équipements et circuits adaptés avec 9 centres équestres plus un prestataire qui propose de la randonnée à dos d’âne avec bivouac. »

A tous ces amateurs de calme et de grands espaces, y compris pour des vols en montgolfière, l’office du tourisme des Combrailles « fabrique » des séjours « sur-mesure ».

Accompagner les porteurs de projets

Depuis l’assistance aux prestataires pour le développement numérique jusqu’à l’aide au montage de projets, l’office de tourisme est résolument aux côtés des porteurs de projets touristiques. Et ils sont de plus en plus nombreux à vouloir s’installer dans les Combrailles : « Depuis 2013, des porteurs de projets sont arrivés dans le cadre du programme New deal. On sent qu’il y a une demande. Quelquefois, il s’agit de gens qui viennent en vacances et qui découvrent les lieux. Ils cherchent alors à rester et développer un projet d’entreprise. Nous les aidons à monter les dossiers, en partenariat avec le SMADT. Parmi eux, des Hollandais qui ensuite font découvrir le territoire à leur famille et à leurs amis. En 2013, il y a eu 32 porteurs de projets touristiques dont 18 ont abouti et 5 sont encore en cours de réalisation à ce jour ».

L’objectif de Marie Lépissier et Marie-Claire Mercier est de mailler le territoire en permettant aux producteurs locaux et aux prestataires de se regrouper pour créer des « produits » typiques. « Les touristes sont demandeurs d’authenticité et de gastronomie mais ils veulent aussi participer à des événements culturels, visiter Vulcania, randonner sur les volcans. Nous pouvons leur proposer tout cela et même leur donner des opportunités de s’immerger dans les fêtes locales : les fêtes musicales de Pionsat en juillet/août, le Bal de l’Europe à Saint-Gervais en août, Bach en Combrailles en août ». Les retombées économiques sont conséquentes : «Le festival Bach en Combrailles accueille en moyenne 45 500 festivaliers, le chiffre d’affaires est d’environ 60 000 € et le budget est de 130 000 € »

Certes, les Combrailles ont de riches atouts mais surtout une grande capacité à les mettre en valeur et un sens de l’accueil qui créent l’attractivité non seulement pour les touristes mais aussi pour les entrepreneurs. Le tourisme représente la 2e ressource économique des Combrailles

(1) SMADT : Syndicat Mixte pour l’Aménagement et le Développement des Combrailles.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !