webleads-tracker

Etudes, conseil, expertise

Transformez votre PME en multinationale

Transformez votre PME en multinationale

Pour fuir un marché national morose, de plus en plus de PME françaises tentent leurs chances à l’international. Mais, l’export n’est pas une affaire à prendre à la légère.


Voici cinq conseils tirés de nombreux accompagnements d’entreprises auvergnates pour « partir » dans des conditions optimales.

1. Identifiez vos atouts : avant de vous lancer, il est essentiel de définir ce qui fait votre force face à la concurrence, pour prospecter les marchés les plus adaptés à votre activité. Allez voir les sites Internet des CCI françaises à l’étranger qui regorgent d’informations précieuses et gratuites sur les besoins de chaque pays, ses us et coutumes, etc. Pensez à mettre en avant l’origine française de votre savoir-faire, car notre pays jouit d’une belle image à l’étranger. Pensez aussi à traduire en anglais votre site Internet et votre documentation commerciale.

2. Profitez des aides : les voyages d’études entrainent des frais qui grèvent la trésorerie d’une PME. Or, il existe de nombreuses aides : remboursement de la première année d’un VIE (volontaire international en entreprise – jeune salarié exonéré de charges) ou 50% des prestations de Business France (agence publique d’aide à l’export des PME). Pensez à consulter le Département International de votre CCI qui peut vous aider à monter votre dossier ou vous mettre en rapport avec les personnes idoines.

3. Maitrisez le marché avant d’y travailler : une fois les financements en poche, il est indispensable de connaître les futurs marchés avant d’y travailler. Un salarié ou un VIE dédié, dans un premier temps, à un ou deux pays par an, est bien plus efficace que toute étude de marché, car rien ne vaut une présence régulière sur le terrain. Les expatriés, les services économiques des ambassades, les CCI françaises à l’étranger, sont des acteurs incontournables pour comprendre le fonctionnement d’un marché et y établir un premier réseau efficace.

4. Partez dans les valises d’un client fidèle : c’est le démarrage d’une activité à l’étranger qui est toujours le plus compliqué. Tout est plus facile quand on a déjà un client qui procure ce début d’activité, qui peut vous servir de référence pour décrocher d’autres contrats. A défaut, trouvez un partenaire local fiable, mais pensez alors à sécuriser votre relation de confiance, par des contrats précis et conformes aux réglementations françaises et locales applicables, pour éviter tout différend futur ou toute indemnisation conséquente (comme par exemple pour un agent commercial).

5. Créez une filiale ou une JV (Joint Venture ou société commune) : une fois bien établi sur le marché, une présence officielle et continue rassure les interlocuteurs locaux, à commencer par les clients. C’est aussi une bonne base de départ pour décrocher des contrats dans les pays voisins… et ainsi recommencez.

Un article de Maître Pascal JACQUOT, Avocat au Cabinet Fidal

fidal-banniere

Une chronique proposée par Fidal



Publi-rédactionnel

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !