webleads-tracker

Information économique locale

Santé

Un budget principal excédentaire pour le C.H.U de Clermont

Un budget principal excédentaire pour le C.H.U de Clermont

Le 8 juillet dernier, lors du conseil de surveillance, le C.H.U de Clermont-Ferrand, a présenté des résultats encourageants, en terme d’activité et d’économie. Ceux-ci mettent en évidence une amélioration sensible de la santé financière de l’établissement de soins et d’urgence médicale, en 2018.


Un excédent de 706 000 euros
Pour la première fois depuis 2004, le compte de résultat principal du C.H.U affiche un excédent de 706 000 euros, pour un budget de 630 millions d’euros.

“Tout ceci a été possible grâce à la valorisation de l’activité médicale et la bonne tenue des charges, donnant ainsi l’opportunité de dégager une capacité d’autofinancement de 34 millions d’euros”, disent de concert les dirigeants du C.H.U.

Ce redressement des comptes impulse le développement d’un certain nombre d’investissements essentiels pour l’établissement. Ce-dernier a également renégocié sa dette en 2018 à hauteur de 8,9 millions d’euros.

Cette démarche s’inscrit dans un processus de désendettement commencé en 2010, qui a permis en 8 ans une réduction de 118,6 millions d’euros.

Cependant seuls deux budgets annexes, liés à la gériatrie (EHPAD et USLD), sont à normaliser, puisqu’ils connaissent un déficit d’1,3 millions d’euros.

Une activité médicale en progression continue
Ces résultats s’inscrivent dans un contexte favorable. Effectivement, le Centre Hospitalier Universitaire de Clermont-Ferrand a connu une progression continue et soutenue de son activité médicale en 2018.

+2,92% de séjours de patients en hospitalisation complète,
+4,15% en hospitalisation ambulatoire,
+3,5 % de passages aux urgences adultes et pédiatriques.

Ces chiffres soulignent d’autres données positives, et notamment ils mettent en exergue une évolution en matière de politique public de santé. Parallèlement, le C.H.U poursuit son soutien aux territoires.

L’année dernière, celui-ci a mis en œuvre 122 conventions de coopération à destination des établissements des trois Groupements Hospitaliers de Territoire auvergnats.

Les activités médicales, chirurgicales et l’accueil des urgences de ces établissements publics de santé ont pu ainsi être consolidés pour préserver l’accès aux soins des populations.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !