webleads-tracker

Sciences, Santé

Un tissu innovant contre la douleur des patients

Un tissu innovant contre la douleur des patients

Ce lundi 29 février à Lyon, la fondation APICIL contre la douleur a organisé un point presse autour d’une maladie génétique rare : le syndrome d’Ehlers Danlos (SED). La fondation a cofinancé un projet de recherche, qui a pour ambition de réduire considérablement les douleurs des personnes atteintes. 


« Une première mondiale dans cette pathologie »

L’étude de recherche VETCOSED (VETement COmpressif pour les patients atteints du Syndrome d’Ehlers-Danlos (SED), est menée par le docteur Emmanuelle Chaléat-Valayer, chef de service du CMCR des Massues. Ce vêtement est destiné à améliorer la qualité de vie des patients, pour qui la maladie engendre notamment de l’hyperlaxité, c’est-à-dire une élasticité excessive de certains tissus, comme les muscles par exemple. Le docteur Chaléat-Valayer a déclaré : « Ce projet national est réservé aux patients français et il s’agit d’une première mondiale dans cette pathologie. »

La mise en oeuvre de ce dispositif innovant de prise en charge de la douleur, est le fruit d’une coopération entre des acteurs publics et privés : le CMCR des Massues de Lyon, le Pôle de Recherche des HCL (Pôle IMER et sa cellule scientifique), un mécène de la fondation APICIL, cofinanceur avec l’industriel (via son Laboratoire de Recherche Médicale Thuasne), ainsi qu’une association de patients : l’AFSED.

Des retombées économiques et thérapeutiques

Le dispositif médical VETCOSED a été mis au point par le Laboratoire de recherche de la société de Thuasne. Le textile s’inspire directement de matériaux utilisés chez les grands brûlés. Sur-mesure, le vêtement sera adapté à chaque patient et devrait permettre à son utilisateur de récupérer de la masse musculaire et des mouvements.

Attendus fin 2016, les résultats visent à prouver l’efficacité du port du vêtement. La mise en œuvre du dispositif a été rendue possible, entre autres, par le cofinancement de la fondation APICIL (26 100 euros) et du Laboratoire de recherche de la société Thuasne (40 000 euros). Si l’efficacité du vêtement est prouvée, il pourra être inscrit sur la liste des Produits et Prestations Remboursables (LPPR). À ce jour, 19 patients ont été inclus dans l’étude, 15 ont terminé leur suivi et 2 patients sont en cours d’inclusion.

A propos de la fondation APICIL

La fondation, dirigée par Nathalie Aulnette, a pour objectif de lutter contre la douleur physique et psychique, à tous âges de la vie. Reconnue d’utilité publique depuis 2004, APICIL agit à l’échelle nationale et encourage les innovations qui font reculer la douleur, en complément des traitements médicamenteux. Elle permet entre autres la formation de personnels et le financement des équipes de chercheurs, d’infirmières, de médecins ou d’associations. A ce jour, 7 millions d’euros ont été consacrés à plus de 500 projets, qui ont vu le jour dans toute la France via des actions de recherche, de formation et d’information.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !