webleads-tracker

Commerce

Vapla, le dahu auvergnat qui habille l’homme urbain en 100 % français

Vapla, le dahu auvergnat qui habille l’homme urbain en 100 % français
Pierre Monteil, fondateur de la marque Vapla

Une marque 100 % française qui voit le jour, ce n’est déjà pas courant, mais quand cette marque vient d’Auvergne, c’est d’autant plus encourageant pour notre région. Pierre Monteil, le fondateur de Vapla, espère bien se faire connaître rapidement par le biais de son site Internet et voir sa collection de vêtements pour homme être distribuée dans les boutiques de tout l’hexagone.


Pierre Monteil, âgé de 36 ans, est un enfant du pays. Né à Vichy, il commence ses études d’économie durant 3 ans à Clermont-Ferrand avant de partir à Montréal pour une année. Il termine son cursus par un DESS de design et qualité à Nancy. Son diplôme obtenu, Pierre Monteil fait un stage dans l’entreprise Adia, à Lyon, stage à l’issue duquel il sera embauché pour mettre en place la norme ISO 9001 sur l’ensemble du territoire pour les 500 agences d’intérim du réseau. Soucieux d’accomplir une mission plus opérationnelle, il est nommé à un poste d’adjoint de direction régionale à Clermont-Ferrand. Il s’occupe alors de la gestion de 19 agences sur l’Auvergne, la Loire, la Vallée du Rhône et la Nièvre. Au sein d’Adia, il s’agit d’un des plus grands territoires de France à accompagner, tant sur le plan du recrutement que du commercial, du management ou encore de la gestion. Lorsque sa direction choisit de diviser ce territoire, Pierre Monteil prend alors la direction de l’agence de Vichy. Il occupe cet emploi durant sept ans. En octobre 2012, une fusion intervient entre Adecco et Adia qui va aboutir à une restructuration entrainant la disparition de la moitié des agences. Un plan de départ volontaire est mis en place.

Pierre Monteil, qui a un projet de création d’entreprise en tête depuis 2009, va profiter de l’opportunité de ce plan de départ et de ses indemnités pour se lancer. Vapla voit le jour. Le mot vient du patois auvergnat « Va Plan » qui signifie « ça va ? ». « L’idée de Vapla est de revisiter les grands classiques du vestiaire masculin de manière ludique, travaillée et décontractée. » Dès le début, Pierre Monteil a souhaité fabriquer en France. Il crée son entreprise seul, le 17 septembre 2013, après 14 mois de maturation, une étude de marché poussée et une difficile recherche de fournisseurs. Le pari de fabriquer en France n’est pas évident à relever. C’est finalement sur le salon du Made In France que Pierre Monteil trouve le fournisseur idéal à Troyes, dans l’Aube. Ce dernier est en mesure de fournir entièrement la marchandise à partir des prototypes Vapla. Il tisse, teint, coupe le coton et le confectionne. Pierre Monteil n’a plus qu’à faire fabriquer ses étiquettes de marque en Haute-Loire, celles de composition à Saint-Denis. La sérigraphie, quant à elle, se passe en Dordogne.

Un coach numérique est également intervenu pour cadrer et organiser le marketing et la communication du lancement de la marque Vapla

Pour définir sa stratégie de marque et trouver des fournisseurs, Pierre Monteil a pu bénéficier de l’aide de la Région Auvergne par le biais du FIAD et de l’ARDTA. Un coach numérique est également intervenu pour cadrer et organiser le marketing et la communication du lancement de la marque Vapla. Ce spécialiste n’est autre que Yannick Bidet-Bertomier, de la société Etape Suivante qui va mettre en œuvre le déploiement de la marque sur les réseaux sociaux, les blogs et les sites Internet. Des actions marketing de type jeux concours sont mis en place. Pour le logo de Vapla, comme l’Auvergne est une région montagneuse, Pierre Monteil a placé un petit dahu dessiné par ses soins. L’entrepreneur ne souhaite pas faire de sa marque une marque régionale, mais ce petit clin d’œil lui permet de garder un lien avec ses origines.

Pour le moment, la collection Vapla compte 15 références en tee-shirts, polos et sweats. Les prix vont de 47 à 105 euros, ce qui positionne la marque sur un segment haut-de-gamme. Pierre Monteil précise toutefois : «Nos prix sont le reflet d’une très grande qualité de fabrication. Nous ne sommes finalement pas plus cher que certains de nos concurrents qui, eux, fabriquent en Asie. » La première collection revendique une influence de l’artiste Marcel Duchamp. « J’ai travaillé la plupart de mes visuels en fonction de cet homme qui a eu une influence majeure sur l’art contemporain », insiste Pierre Monteil. Pour le moment, la commercialisation de la gamme Vapla se fait par l’intermédiaire de son site Internet. Afin de toucher une clientèle nationale, la marque a fait le choix de proposer une livraison gratuite. En mai 2014, Le Patriote, vendu uniquement à 98 exemplaires, devient le nouveau polo du supporteur élégant et vient étoffer la gamme. En juin 2014, Pierre Monteil envisage une deuxième phase de déploiement de son activité avec une distribution en boutique de sa collection et de nouveaux projets de collaboration avec des artistes. Le site Internet devrait lui aussi évoluer sous la forme d’un concept-store avec des produits de marques complémentaires. A plus long terme, Pierre Monteil souhaite développer une collection femmes. Mais nous n’en sommes pas encore là. Aujourd’hui en pleine phase de lancement, Pierre Monteil reste à l’affut de chaque commande et espère bien atteindre le prévisionnel de 80 000 euros qu’il s’est fixé pour sa première année d’exploitation.



Publi-rédactionnel

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !