webleads-tracker

Santé

Veille sanitaire : quand les laboratoires départementaux s’unissent

Veille sanitaire : quand les laboratoires départementaux s’unissent
Sylvain Naulot, DG du laboratoire public d’analyses Terana.

L’union fait la force. C’est le pari qu’ont fait les laboratoires départementaux du Cantal, de la Loire, de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme lorsqu’ils ont décidé de mutualiser leurs moyens en 2016. Un service public mis au défi de la concurrence du secteur privé. Explications avec Sylvain Naulot, directeur général du laboratoire public d’analyses Terana.


Un service public mis au défi de la concurrence

Face à la difficile loi du marché, le service public n’est pas épargné. Les laboratoires vétérinaires et biologiques des Départements en sont la parfaite illustration. Quand bien même ils sont nécessaires au maintien de la sécurité sanitaire sur les territoires, leurs prestations sont largement concurrencées par les laboratoires privés. Une guerre des prix et de réactivité à toute épreuve. Ces structures publiques doivent désormais s’adapter pour rester compétitives et pérennes.

Unis, on est plus forts.

Le 1er janvier 2016, les laboratoires vétérinaires et biologiques du Cantal, de la Loire, de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme décident de mutualiser leurs moyens et créent Terana. Une force collective “pour être plus performants, pour contrer la concurrence et répondre aux besoins des acteurs qui se régionalisent.“, explique Sylvain Naulot, directeur général de Terana qui emploie 130 agents répartis sur les 4 départements.

Terana c’est 1 200 000 échantillons par an, 45 000 clients qui nous font confiance.” Sylvain Naulot

Deux ans et demi après, la direction dresse le bilan : “Nous évaluons les recettes globales à 8,5 millions d’euros par an. Aujourd’hui, la conjoncture est bonne.”, se félicite le DG avant de poursuivre : “Nous réalisons 40% de notre activité en santé animale, 30% pour l’eau et l’environnement, 25% pour l’hygiène alimentaire et 5% en métrologie.

Veille sanitaire : un enjeu de sécurité publique

Analyses, diagnostic vétérinaire, audits, formations… Les prestations de Terana contribuent à prévenir des risques de contaminations alimentaires, d’épidémies animales et de pollution de l’eau. Ce laboratoire départemental répond ainsi aux besoins de sécurité des usagers du Cantal, de la Loire, de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme.

Comme les acteurs privés, nous devons sans cesse être à l’affût des nouveaux besoins de nos clients éleveurs, vétérinaires, restaurateurs, collectivités… Dans cette logique, nous développons des prestations intellectuelles à forte valeur ajoutée comme des formations sur site. A l’exemple de nos formations “gaspillage alimentaire” que nous avons mis en place il y a 3 ans déjà pour les établissements de restauration collective.“, conclut Sylvain Naulot.

 

Catty Boirie



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !