webleads-tracker

Industrie

Vers une future réglementation environnementale

Vers une future réglementation environnementale

Diminuer l’impact carbone des bâtiments, poursuivre l’amélioration de leur performance énergétique et en garantir la fraîcheur pendant les étés caniculaires : tels sont les grands objectifs de la RE2020, qui s’appliquera aux constructions neuves à partir du 1er janvier 2021.


Le Gouvernement lance le début de simulations qui serviront à déterminer les critères et seuils principaux de cette nouvelle réglementation.

Vers une réglementation environnementale plus ambitieuse des bâtiments neufs pour lutter contre le changement climatique et s’y adapter.

Le respect des engagements pris dans la lutte contre le changement climatique, récemment réaffirmés dans la loi Énergie Climat, suppose que la France atteigne la neutralité carbone en 2050. L’un des principaux leviers est d’agir sur les émissions des bâtiments, du secteur résidentiel comme du secteur tertiaire, qui représentent un quart des émissions nationales de gaz à effet de serre.

Les priorités de la future Réglementation environnementale sont de :

– Diminuer l’impact sur le climat des bâtiments neufs en prenant en compte l’ensemble des émissions du bâtiment sur son cycle de vie, dès la construction.
– Poursuivre l’amélioration de la performance énergétique et la baisse des consommations des bâtiments neufs.
– Garantir aux habitants que leur logement sera adapté aux conditions climatiques futures en introduisant un objectif de confort en été.

La nouvelle réglementation environnementale des bâtiments neufs (la « RE2020 ») a été prévue par la loi « Evolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique » (ELAN), pour une entrée en vigueur qui interviendra à partir du 1er janvier 2021.

Son enjeu majeur est de diminuer significativement les émissions de carbone du bâtiment. Elle repose pour cela sur une transformation progressive des techniques de construction, des filières industrielles et des solutions énergétiques, afin de maîtriser les coûts de construction et de garantir la montée en compétence des professionnels.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !