webleads-tracker

Vidéo

VigilanS | Un dispositif de veille active pour les patients suicidants

VigilanS | Un dispositif de veille active pour les patients suicidants
En tant que chef d’entreprise, Lionel Chaumeil, Président du Journal de l’éco est venu témoigner sa reconnaissance aux membres de VigilanS et du service Cellule Urgence Médico Psychologique du CHU de Clermont-Ferrand.

Hier, le 30 novembre, se tenait la journée nationale du dispositif VigilanS. A cette occasion, le Journal de l’Eco est allé à la rencontre du Dr. Julie Geneste-Saelens, psychiatre référente de la CUMP et du dispositif VigilanS et de Julien Héros, psychologue coordinateur du dispositif au CHU de Clermont-Ferrand pour comprendre l’intérêt et les enjeux de la mise en place de VigilanS.


VigilanS est un dispositif de veille post-hospitalière destiné aux patients suicidants. Ce dispositif, créé en 2015 dans les Hauts-de-France, a pour vocation de faire baisser le nombre de récidives de tentatives de suicide grâce à un système de recontact et d’alerte avec les patients dans un délai de 6 mois après leur hospitalisation et/ou leur passage aux urgences.

Ce système consiste également en la création d’un réseau de professionnels de santé autour du patient, qui leur permettra de garder le contact avec elle et ainsi de limiter les rechutes et réitérations suicidaires.

« Le dispositif est une ressource supplémentaire qui ne se substitue pas à la prise en charge des patients mais vient en complémentarité afin de les accompagner via un protocole de maintien du lien. », nous explique Julien Héros, psychologue coordinateur de VigilanS au CHU de Clermont-Ferrand.

Concrètement, toute personne ayant fait un passage aux urgences pour acte suicidant se voit proposer l’inclusion dans le dispositif VigilanS, symbolisé par une « carte ressource » sur laquelle figure un numéro vert gratuit, que les patients peuvent appeler en cas de crise. En parallèle, les équipes du dispositif organisent et mettent en place le protocole de veille active sur 6 mois qui se traduit par des appels téléphoniques dans un certain délai après l’hospitalisation du patient ou encore l’envoi de cartes postales personnalisées manuscrites.

A ce jour, le dispositif a une vocation nationale avec des dispositifs régionaux, à la demande du Ministère de la Santé.

« Le dispositif VigilanS a une vocation proactive, l’idée, c’est que ce soit nous qui allions vers les personnes en souffrance qui sont déjà passées par les urgences pour qu’elles ne réitèrent pas leur acte. », affirme le Dr. Julie Geneste-Saelens, psychiatre référente du dispositif à Clermont-Ferrand.

Pour elle, le dispositif VigilanS a également vocation à véhiculer un message d’espoir. « On sait que jusqu’à la dernière seconde avant le passage à l’acte, la personne reste ambivalente. Jusqu’à la dernière fraction de seconde, il y a de l’espoir. Si à ce moment-là, un coup de téléphone arrive, tout peut changer. C’est la culture du lien qui peut créer un déclic et permettre de les sauver. », ajoute-t-elle. 

La crise de la Covid aura renforcé la fragilité de nombreuses personnes. Qu’elle soit économique ou psychologique, la fragilité peut frapper chacun. Chez les chefs d’entreprise, l’angoisse du lendemain existe aussi. Des procédures d’alerte et d’anticipation comme des consultations ou le dispositif VigilanS, peuvent ainsi contrer l’irrémédiable. 

Depuis la mise en place opérationnelle de VigilanS à Clermont-Ferrand en janvier 2021, ce sont près de 360 personnes qui ont été inclues dans le dispositif.

En dehors du dispositif Vigilans, le 3114, nouveau numéro national de prévention du suicide, est accessible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour toutes les personnes suicidaires et leur entourage, pour les personnes endeuillées à la suite d’un suicide et pour toutes les personnes en souffrance psychiques susceptibles d’avoir des idéations suicidaires.

Le Dr. Julie Geneste-Saelens et Julien Héros ont répondu à nos questions en vidéo sur la journée nationale du dispositif VigilanS qui se tenait hier à Montpellier. 

 

Reporter, Clarisse Valleix



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !