webleads-tracker

Tourisme, restauration

Vincent Lanthony : un été 2014 en demi-teinte pour le Club hôtelier clermontois

Vincent Lanthony : un été 2014 en demi-teinte pour le Club hôtelier clermontois
Vincent Lanthony, directeur de l’Holiday Inn et membre du Club hôtelier clermontois.

A Clermont-Ferrand comme partout en France, l’été 2014 n’a pas tenu toutes ses promesses. Avec un mois de juillet qualifié de « catastrophique », les hôteliers ont tout de même pu limiter les pertes avec un mois d’août stable et une météo plus clémente. Le point avec Vincent Lanthony, directeur de l’Holiday Inn et membre du Club hôtelier clermontois.


« Le mois de juillet a été catastrophique à cause de la météo désastreuse avec une baisse de 20 % de la fréquentation dans certains hôtels de l’agglomération. Nous avons une moyenne autour des – 8 et – 10 % comparativement à l’année dernière. Ce sont les hôtels haut de gamme qui ont le plus souffert. Quant au mois d’août, il a été à peu près stable sur Clermont-Fd avec des taux d’occupation avoisinant les 50 %. », explique Vincent Lanthony, directeur de l’Holiday Inn et membre du Club hôtelier clermontois.

D’autres facteurs, plus prévisibles, sont venus perturber les pronostics. « Nos établissements reposent sur une hôtellerie d’affaires qui représente entre 60 et 80 % de notre activité. Lorsque nous arrivons vers l’été, cette clientèle d’affaires laisse place à une clientèle familiale qui préfère les campings et les hébergements non marchands, ce qui ne nous aide pas à augmenter le taux d’occupation de nos hôtels. » Toutefois, les adhérents du Club hôtelier clermontois ont pu « sauver » leur saison touristique avec la commercialisation d’offres packagées comprenant une nuit d’hôtel, un petit-déjeuner et une entrée à l’un des sites touristiques phares comme Vulcania, le Volcan de Lemptégy, le Panoramique des Dômes ou encore l’Aventure Michelin. Le Club hôtelier clermontois a également facilité la réservation de chambres auprès des clients internautes en affichant sur son site Internet les disponibilités de ses 48 hôtels membres.

Clermont-Ferrand mise sur l’hôtellerie d’affaires

Si l’hôtellerie clermontoise a été en perte de vitesse cet été, elle rattrape son retard tout au long de l’année avec le tourisme d’affaires. Convoitée pour son implantation idéale au carrefour des axes autoroutiers, la ville tire son épingle du jeu avec un cadre propice à l’organisation de séminaires « verts » très en vogue. « Nous accueillons principalement des Français mais, grâce à Michelin, nous avons une clientèle étrangère importante avec respectivement pour l’Auvergne et sa capitale régionale, 10 % et 20-30 %. Souvent, le client d’affaires réserve à la dernière minute car ses plannings évoluent. Depuis 2-3 ans, leurs séjours sont plus courts car ils concentrent de plus en plus leurs déplacements sur un aller-retour sur la journée ou sur 2-3 jours. Ils privilégient également les réunions par visioconférence pour limiter les trajets. Il n’y a que l’activité en formation qui, elle, est plutôt stable. Même si Clermont-Fd et l’Auvergne figurent parmi les 5 plus mauvais élèves en termes de performances hôtelières françaises (taux d’occupation et prix moyen), la région propose des prix moyens relativement bas par rapport à ceux pratiqués par le marché ce qui constitue un atout pour se démarquer de grandes villes comme Lyon ou Paris. », poursuit Vincent Lanthony.

La nécessité de s’adapter…

« Le web est devenu un accélérateur de l’évolution de notre métier. Avant, nous avions un tarif à l’année ou à la saison. Aujourd’hui, pour être rentables, nous sommes obligés de nous adapter aux clients et de proposer régulièrement des promotions. », conclut Vincent Lanthony.

 logo club hotelier



Publi-rédactionnel

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !