webleads-tracker

Etudes, conseil, expertise

CATOPSYS, une application réussie des recherches de l’Université d’Auvergne

CATOPSYS, une application réussie des recherches de l’Université d’Auvergne

Daniel Duhaubout a créé juridiquement l’entreprise Catopsys en 2013 et a ainsi initié la concrétisation de développements universitaires plus anciens sur la réalité virtuelle, permettant enfin des applications industrielles et commerciales. Une genèse assez longue mais pour un projet et une technologie complexe.


M. Stehlé se trouve en 2003 à l’origine du projet. A partir de cette idée, M. Laurent Sarry, professeur à l’Université d’Auvergne et à l’IUT du Puy-en-Velay démontre la faisabilité de la projection non distordue d’une image mère. En 2004, une collaboration a été mise en place entre l’Université d’Auvergne, Robert Stehlé et M. Bray. En 2006, le projet universitaire a été sélectionné dans le cadre de l’appel d’offres de l’ANR « programme audiovisuel et multimédia » CATOPSYS (CATadiOptric Projection SYStems for virtual and mixed reality). Une demande de brevet a été déposée le 9 août 2007 sur le dispositif de projection panoramique. En 2009, les aboutissements principaux étaient un système de projection mono-projecteur fonctionnel, un logiciel de calibrage automatique et des briques logicielles pour la projection immersive.

En 2011, Daniel Duhaubout découvre ce projet universitaire à l’incubateur « Etincelle » de l’université de Poitiers et rencontre « Auvergne Valorisation ». Tout est une affaire de rencontres ! Un peu comme sa longue carrière précédente d’une dizaine d’années chez IBM France puis une quinzaine chez IBM Europe, qui lui avait permis de faire aussi de belles rencontres dans les pays de l’Est dans les milieux technologiques et … artistiques ! A 45 ans, il souhaitait « créer sa propre entreprise » après une (trop) longue période dans une (trop) « grande entreprise ». Parmi plusieurs projets, il a choisi Catopsys en juin 2012 et pris le temps de « bien identifier les marchés ». Pour ça, IBM est une bonne école ! Un test très positif lors du salon de l’armement Eurosatory l’a conforté de l’intérêt des utilisateurs potentiels. La route fut un peu longue et 9 mois nécessaires aux tractations avec les différents copropriétaires des brevets : l’université, un industriel et 2 indépendants … le Conseil Régional ayant aussi son mot à dire, mais toujours là pour aider, avec le réseau « Entreprendre ».

Catopsys va vous immerger dans une projection à 360° avec des vidéoprojecteurs classiques grâce à une installation montée en seulement quelques heures

Nous connaissons tous l’immersion virtuelle, même en 3 dimensions mais plutôt avec un simple casque… « Catopsys va vous immerger dans une projection à 360° avec des vidéoprojecteurs classiques grâce à une installation montée en seulement quelques heures ». Daniel Duhautbout explique que « les images sont déformées et reconstituées sur plusieurs écrans » ce qui « intéresse vivement les armées pour la simulation de combats mais aussi les nombreux environnements nécessaires à la formation des troupes et des techniciens. Le même intérêt existe pour la formation en général dans l’industrie par la simulation de l’environnement de travail, mais aussi pour les bureaux d’études automobiles avant de passer à l’étape coûteuse de la réalisation de prototypes. La construction et la promotion immobilière sont également concernés. »

L’entreprise est encore jeune mais exporte déjà son savoir-faire à Singapour. Des clients lointains mais cependant plus faciles et fiables que par exemple l’Université de Tours qui les a fait travailler sur le projet de reconstitution des univers intérieurs des châteaux de la Loire avant de refuser la rémunération des réalisations !

Aujourd’hui, forte d’une équipe d’une dizaine de personnes, surtout des ingénieurs R&D, l’entreprise compte encore se renforcer en embauchant des commerciaux avec le projet d’une filiale aux USA ou sur son show room situé à Orsay.

Daniel Duhaubout est bien conscient de la nécessité de « s’insérer dans des communautés professionnelles métier » et tente d’influencer les analystes, les journalistes spécialisés, les blogueurs des milieux du tourisme ou de la défense ! Il participe à des salons professionnels comme « Laval virtual » ou « Maquette numérique » à Nice qui permet de reconstituer virtuellement des villes entières ou des quartiers.

Catopsys a trouvé un « écosystème favorable en Auvergne » mais l’incuballiance d’Orsay sera plus efficace pour lever des fonds. Ce type de technologie pousse à des développements coûteux : « Nous devons rester devant les Américains ou les Chinois et prendre la place qui nous revient sur le marché mondial rapidement », insiste Daniel Duhaubout. Ce chef d’entreprise est surtout un chef d’équipe qui est la première « richesse de l’entreprise ». Il lui distille sa philosophie du Lean Management et de « l’agilité » car « on ne va jamais assez vite ».

Daniel Duhaubout est très reconnaissant envers le Conseil Régional et le réseau Entreprendre  : « C’est l’étincelle qui permet de démarrer ! » Et il compte bien « renvoyer l’ascenseur pour aider les autres et partager son expérience » acceptant « le risque comme compagnon de tous les jours ».



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !