webleads-tracker

BTP, construction, immobilier

Home sweet Home Dôme !

Home sweet Home Dôme !

Elle dirige conjointement la résidence clermontoise Home Dôme et le centre touristique Éthic étapes à Saint-Ours-les-Roches. Forts d’une capacité d’hébergement d’environ 540 personnes, ces établissements sont tournés en priorité vers les jeunes travailleurs, étudiants ou lycéens. Tout travail mérite logement… et vivre ensemble.


Dynamique et tout sourire, Sophie Delhaye (49 ans) gravit les marches du pôle associatif niché au-dessus du Pont de Jaude, en direction du studio clermontois de Radio Campus. L’invitée de l’émission « Dans le 1000 » consacrée à l’entrepreneuriat social et performant, vient parler des deux boîtes qu’elle dirige. Focus sur une actrice importante du logement sur notre territoire.

A la tête de Home Dôme, résidence réservée aux jeunes (travailleurs ou étudiants) qui s’élève sur plusieurs étages à deux minutes de la place des Salins, dans le centre-ville de Clermont-Ferrand, Sophie Delhaye s’est formée à la direction d’établissement à caractère social avant de rallier la capitale pour y conduire une société d’édition pendant 12 ans comme agent de développement puis directrice. Le « trop » parisien – « tant qu’on n’a pas d’enfant et qu’on en a bien profité, on finit par chercher autre chose ! » – la pousse sur la route du retour. Welc’ Home Dôme !

Son équipe de 33 salariés est au service de 498 personnes. Cette « petite entreprise » sous statut association loi 1901, a vu le jour en 1970 en tant que foyer de jeunes travailleurs créé à l’initiative de la Jeune Chambre Economique pour héberger les jeunes embauchés à l’usine Michelin. Avec les mutations socio-économiques, l’activité d’hébergement a évolué vers une offre élargie, à l’écoute des besoins du marché.

L’Éthic étapes Clair matin est lui implanté à à Saint-Ours-les-Roches, à l’entrée des Combrailles et au cœur de la chaine des Puys. Le centre touristique dispose d’une capacité de 140 personnes, une offre d’hébergement social gérée depuis 2011 pour les jeunes et les sportifs notamment. En ce moment, les lycéens ont pris d’assaut le site, festival international du Court métrage oblige. « Nous dialoguons forcément avec le territoire dans lequel nous sommes implantés. Nous hébergeons 9 000 jeunes par an, en exerçant aussi une hôtellerie économique de centre-ville pour les intérimaires. Avec 50 à 60 nationalités différentes, nous gérons un espace de citoyenneté improbable avec des services de restauration, multimédia et une animation tournée vers l’échange. Je crois beaucoup à la rencontre et aux projets collectifs. »

Toujours au plus près des usagers

Autofinancée à 93% par la partie hébergement, la résidence bénéficie de soutiens financiers de la CAF et du Conseil Général pour enrichir son secteur animation. « Les deux sites fonctionnent bien, et nous ne souhaitons pas aller sur d’autres territoires dans le futur proche. Nous allons renégocier avec le conseil d ‘administration le projet sur le fond, avec l’objectif de mieux répondre aux attentes du territoire, notamment à Clermont-Ferrand. Si toutefois, une opportunité de diversification se fait jour… Toujours au plus près des usagers.

L’accès au logement des jeunes n’est pas selon elle une source de tension sur la capitale auvergnate. « Quand les jeunes ont une situation, le logement est rapidement débloqué. Avec un CDI, ils restent un mois avant de partir. Le logement social est en revanche en plus petit nombre, avec des délais d’attente plus importants, c’est différent » concède-t-elle. Le système D, la colocation en premier lieu, a de beaux jours devant lui…

Touchée par les attentats début janvier, Sophie Delhaye n’en reste pas moins « attachée au sens des choses, à la rencontre de l’autre. C’est important pour nous et la société de demain. » Altruiste, cette femme de caractère membre du Club des 1000 s’est aussi ouvertement investie dans des syndicats patronaux, notamment à l’Union Départementale de l’Economie Sociale et Solidaire (UDESS) et l’Union Nationale des Associations de Tourisme (UNAT) et au sein du réseau national Éthic Etapes pour « faire avancer les choses ! C’est comme ça qu’on dirige une entreprise. » Dans la rencontre, l’échange et la mutualisation.

Les 24 heures lui sont souvent insuffisantes pour tout mener de front, mais elle s’y emploie avec énergie et conviction. « Efforçons-nous de préserver le pays chamarré dans lequel nous vivons, la jeunesse est dynamique contrairement à certains discours, saisissons les récents événements pour retrouver la solidarité et la citoyenneté partagée. » Forces vives d’aujourd’hui et de demain, vous connaissez désormais une bonne adresse pour vous loger sereinement.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !