webleads-tracker

Le journal de l'éco -

Édition Puy de dôme

Conseil, Audit, Expertise

LA RECOMPENSE AU TRAVAIL

LA RECOMPENSE AU TRAVAIL

CHRONIQUE DE LIBRE EXPRESSION : Un des endroits où l’on travaille est l’Ecole, et là, quand on travaille bien, on a des récompenses.


La première est le sentiment d’avoir accompli une forme d’exploit en ayant, simple adolescent, intégré un savoir détenu par un adulte, appelé maître. On est content de soi et même fier de soi. La récompense concrète est la note obtenue, et en fin de compte le diplôme acquis. Elle s’amplifie si la réussite est célébrée par l’institution et l’entourage, elle atteint son acmé si on devient célèbre. Exemple Jean Tirole, prix Nobel d’économie en 2014.

Au fait, qu’avait-il dit lors de cette récompense ? Il avait dit ceci : « Depuis trente ans, quarante ans, il y a du chômage, et les jeunes, on leur propose des CDD dans leur très grande majorité parce que les entreprises ont trop peur de donner des CDI. On se retrouve donc avec une situation complètement absurde qui est qu’à force de trop protéger les salariés, on ne les protège plus du tout. Ce n’est pas un hasard que toute l’Europe du Sud, qui a exactement les mêmes institutions du marché du travail se retrouve avec beaucoup de chômage alors que l’Europe du Nord, la Scandinavie par exemple, qui a un système différent, se retrouve avec assez peu de chômage. »
Cette déclaration signifie bien que « le Politique a perdu le contrôle de l’Economique » comme l’a écrit naguère votre serviteur, et en effet, la Cité-polis se révolte, elle en a perdu le sommeil, certains de ses membres sont debout la nuit, révoltés par l’injustice et torturés par la non-évidence de la solution.

Et voilà que déboule sur la place publique le ressenti de scandale à propos des rémunérations des grands patrons, dont celle du PDG de Renault Carlos Ghosn. Il a touché 7,2 millions d’euros l’an dernier pour son mi-temps et l’autre mi-temps chez Nissan lui a rapporté 8 millions. Il a déclaré que telle était la valeur que son Conseil d’Administration avait donnée à son travail, que tel est le montant de sa récompense. L’opinion publique grogne : 15 millions d’euros, quand même ça fait beaucoup, vous ne trouvez pas ?
D’un point de vue purement économique, non, ça ne fait pas beaucoup : Renault-Nissan a produit 8,4 millions de véhicules, donc M. Ghosn ne prélève que moins de 2 € par voiture vendue, n’est-ce pas négligeable ? Cet argument passerait si tous les citoyens actifs par devoir et capacité avaient un emploi, mais tel n’est pas le cas et de surcroît cette situation ne semble pas près de s’améliorer. A preuve M. Ghosn a programmé 7 500 suppressions de postes jusqu’en 2016. Or cette amélioration des coûts de production fait partie de son mérite d’une récompense.

Nos élus nationaux ont depuis longtemps conscience des difficultés du peuple et ils gèrent au mieux le système dit de « protection sociale » qui pallie les pertes de revenu. Les politiciens de Gauche parlent de justice sociale, les politiciens de droite disent assistanat, l’alternance entre secourir et dynamiser et même le mélange des deux ne résout pas le problème : la situation économique ne changera pas, il y aura toujours un grand nombre de ménages dans l’indigence. Nommer M. Jean Tirolle ministre de l’Economie ne serait pas plus efficace. Sauf à prendre conscience que l’économie injuste est celle des très grandes entreprises : elles ont accru considérablement la production de la richesse globale, c’est incontestable, mais elles l’ont fait en pratiquant la même sélection naturelle que celle qu’opère la vie sauvage, à savoir la disparition des inadaptés.

Procurer du travail à tous avec une juste récompense est-il possible ? Oui, en suscitant le développement d’une économie qui exploite le besoin de transformation du monde qui habite chaque individu, avec la singularité qui l’imprègne. Cela s’appelle « économie de proximité », c’est à son service que se met votre Journal de l’Eco, et c’est pourquoi j’y contribue par mon savoir-faire qui n’est que d’analyse et dont la récompense est votre attention.

Voir plus de chroniques de l’auteur

jourda-banniere1-300x82



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !