webleads-tracker

Actu éco

Pour structurer l’écosystème du réemploi, Guillaume André-Wallut crée Vertuose à Lyon

Par Fabrice Fery | Le 28/03/2016 à 06:00

Incubée chez Ronalpia, la société Vertuose ambitionne de développer l’économie circulaire en donnant une deuxième vie aux produits hors d’usage ou inutilisés. Première étape : une plateforme de mise en relation des acteurs du réemploi va voir le jour à la fin du premier trimestre 2016. Explications par Guillaume Andre-Wallut, porteur du projet.


Après des études commerciales menées sous le soleil de l’EDHEC Nice, Guillaume André-Wallut mène sa carrière au sein de l’entreprise Whirlpool, abordant des domaines aussi variés que la communication, l’audit, le marketing ou la formation, tant en France qu’à l’international. Est-ce la crise de la quarantaine ? Toujours est-il que l’envie de concilier son vieux désir d’entreprendre avec son intérêt pour les questions environnementales et sociétales l’amène en 2015 à demander un congé pour création d’entreprise, qui lui permet aujourd’hui de consacrer les 2/5èmes de son temps au lancement de Vertuose.

« Le déclic est venu lorsque j’ai croisé un réparateur qui était prêt à aller chercher un appareil électroménager à l’autre bout de la France pour le remettre en état et le revendre. J’ai alors pensé que le modèle économique du réemploi était viable. Comme je connaissais bien les acteurs de la filière pour avoir travaillé avec eux et que je maîtrise également le domaine des déchets électriques et électroniques, je me suis dit que j’avais de quoi me lancer pour structurer le secteur. »

On estime à 30 millions le nombre d’appareils électriques et électroniques qui dorment chez les français

De l’autre côté, il existe 1600 structures dans l’écosystème du réemploi, comme les réseaux Emmaüs, Envie ou celui des ressourceries. Mais ces structures, souvent très petites, ont peu de visibilité auprès des personnes qui voudraient se débarrasser de leurs produits, ou au contraire se fournir en appareils recyclés. L’idée de Guillaume André-Wallut est de faciliter la mise en relation de ces acteurs en créant une plateforme type Marketplace dédiée au réemploi.

Le rôle de Vertuose ? Catalyser, mettre en relation, professionnaliser, devenir le chef d’orchestre du réemploi

« Concrètement, nous coordonnerons la mise en place de collectes massives d’objets hors d’usage, en nous appuyant sur des lieux fréquentés régulièrement par les consommateurs, comme par exemple les entreprises ou les supermarchés. Les acteurs du réemploi gèreront l’aspect logistique et remettront les appareils en état, avant de les référencer sur le site. Vertuose accompagnera leur professionnalisation, par la mise à disposition d’outils, de formations, la réflexion sur l’aménagement de leurs espaces de vente et surtout en leur donnant une visibilité bien plus importante qu’actuellement, par le biais d’un plan de communication structuré. Nous proposerons également aux entreprises partenaires de capitaliser sur la dynamique créée par les collectes, afin d’aller plus loin dans la démarche d’éco-conception, à partir d’audits et de formations.
Grâce à l’aide de Ronalpia, le business plan de l’entreprise est finalisé :  nous facturerons les actions d’accompagnement et prendrons une commission sur les ventes réalisées sur le site. Nous sommes actuellement en phase de recherche de financements. L’entreprise se développera prioritairement en Rhône-Alpes et Ile-de-France, mais elle a vocation à couvrir toute la France. »

Entreprise verte et vertueuse

Vertuose devrait lancer sa plateforme au printemps 2016. Ce sera une réelle satisfaction pour Guillaume André-Wallut, qui aime voir grandir les projets sous-tendus par des valeurs fortes, mais aussi pour tous ces appareils qui attendaient patiemment dans un coin de nos maisons !



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !