webleads-tracker

Psycho, Social, Bien-être

Sophrologie caycédienne : subir le stress n’est pas une fatalité !

Sophrologie caycédienne : subir le stress n’est pas une fatalité !

La sophrologie caycédienne, une réponse efficace face au stress. Dans toute son histoire, l’être humain a été confronté à l’incertitude et au changement. A chaque tournant de sa vie, le stress l’a accompagné tout comme l’anxiété, pour le meilleur comme pour le pire. Du trouble anxieux jusqu’à l’état de stress, l’homme a toujours éprouvé une certaine inquiétude vis-à-vis des chemins à emprunter, des choix à faire et des conséquences à venir. Patricia BROWNE, directrice des Ecoles de Sophrologie Caycédienne de Lyon, Clermont-Ferrand, nous en dit plus.


Aujourd’hui comme hier, l’être humain cherche à maintenir son équilibre vital, à préserver son intégrité, à mobiliser ses ressources en vue de traverser une situation repérée comme stressante, de la façon la plus homogène possible. Le stress exige une réponse d’adaptation. Celle-ci engage la personne à faire face au mieux à la situation présente, qu’elle soit angoissante, pressante, agressive ou autre. Le stress est une « réaction première », une réaction d’alarme qui signale la nécessité de mettre en œuvre des ressources spécifiques face à l’élément stresseur. Autrement dit, le stress est une alerte dont il faut tenir compte. Le stress en soi n’est pas nécessairement un ennemi. Ce qui est en jeu, c’est la capacité d’adaptation. Il est question alors de faire émerger une réponse innovante et appropriée face à l’événement. Si la réponse est à la hauteur de la situation, elle devient une ressource, une compétence nouvelle, un savoir-être…

Utile, le stress ? Oui…

…Dans le sens où il oblige chacun à trouver des réponses spécifiques et adaptées. Encore faut-il aller à la rencontre de soi-même, explorer ses ressources et ses potentialités et ajuster les réponses à la spécificité de l’événement. De fait, cette démarche devient une compétence ! Le stress sollicite les modes habituels de fonctionnement de l’organisme et il les met à rude épreuve. Si le corps réagit à bon escient face à l’événement stressant, il retrouve rapidement son équilibre et sa sérénité. En revanche, lorsque l’énergie, l’émotionnel ou la psyché sont en déficit de réponse, le stress retentit de plus belle et trouve dans ce dysfonctionnement, une caisse de résonance à la hauteur de la difficulté repérée.

Des manifestations telles que l’agitation et l’incapacité à produire les réponses nécessaires ainsi que des troubles fonctionnels surgissent. Le confort de vie s’estompe, l’anxiété apparaît, l’inquiétude prend le dessus, l’irritabilité ou le découragement apparaissent. Si cet état persiste, la dépression, l’épuisement ou le burn-out surgissent. Cela confirme que la réponse ne fut pas au niveau de la sollicitation. L’émotivité s’exacerbe, la lucidité disparaît, la justesse dans le raisonnement devient limitée.

Subir le stress n’est pas une fatalité

La qualité de la réaction face au stress dépend des aptitudes naturelles et acquises. Subir le stress n’est pas une fatalité ! L’acquisition d’un savoir-être face au stress est possible. Cela suppose de prendre conscience de ses conditionnements comportementaux et de sa façon de poser son regard sur les événements. L’accompagnement par la sophrologie caycédienne est un excellent dispositif permettant de réexaminer ses façons d’agir, de les questionner et surtout de faire émerger de nouvelles ressources. Les habitudes relationnelles, les pensées répétitives, les émotions perturbatrices sont alors éclairées sous un jour nouveau.

Apprendre, à s’adapter face au stress au lieu de le combattre, à reconnaître les tensions corporelles annonciatrices, à prendre conscience des émotions émergentes, à poser un regard neuf, à laisser naître d’autres possibles, tel est l’apport conséquent de la sophrologie caycédienne. Le sophrologue caycédien accompagne alors la personne dans la modification de ses habitudes, de ses a priori, de ses pensées toxiques, grâce à un entraînement du corps et de l’esprit, basé sur une série d’exercices favorisant la perception, l’attention, l’élaboration de nouveaux repères. Le sophrologue caycédien est un écoutant bienveillant ainsi qu’un facilitateur permettant à la personne accompagnée de trouver par elle-même des réponses nouvelles.

Réussir sa vie c’est aussi être moins stressé ! S’accomplir dans sa vie c’est se connaître davantage, découvrir de nouvelles capacités en soi et mettre en adéquation ses valeurs avec son quotidien.

La sophrologie caycédienne est-elle un dispositif libérateur ? Assurément ! Pour la santé, pour la qualité de vie, pour la joie de se sentir plus que jamais vivant et animé de ressources créatives, la sophrologie caycédienne est tout à la fois une méthode, un entraînement, un dispositif et un cheminement.



Un publi-rédactionnel du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !