webleads-tracker

Le journal de l'éco -

Édition Auvergne Rhône-Alpes

Services et Équipements aux Entreprises

Terralta, le nouvel immeuble inauguré à Lyon Part-Dieu

Terralta, le nouvel immeuble inauguré à Lyon Part-Dieu

Terralta, un nouvel immeuble accueillant 10 000 mètres carrés de bureaux, a été inauguré au début du mois d’avril 2017, à Lyon Part-Dieu. Déjà rempli à 90%, ce nouvel établissement a pour objectif d’insuffler une nouvelle dynamique à l’économie du secteur.


Un bâtiment exemplaire sur le plan environnemental

Installé sur le boulevard Vivier Merle, ce bâtiment, nommé Terralta, est l’œuvre du cabinet d’architectes Soho. Ce sont 10 000 mètres qui s’étendent sur l’ancien parking et l’ancienne station service Shell. Cet édifice est doté de panneaux photovoltaïques en toiture, un système automatique de l’éclairage et un triple vitrage afin d’accroître l’isolation thermique. Au dernier étage, où s’est installée l’entreprise OVH, dispose d’une hauteur sous plafond allant de 2,65 mètres jusqu’à 5,90 mètres. Au rez de chaussé, une brasserie, « Double 7 », de 250 mètres carrés avec terrasse est installée, donnant sur le patio intérieur.

Dynamiser l’économie de ce quartier d’affaires lyonnais

Le bâtiment est déjà rempli à 90% par les entreprises. Parmi ces dernières, on peut trouver OVH, l’hébergeur de sites internet, qui a choisi de s’agrandir. En dépassant le milliard d’euros de chiffre d’affaires, elle a bénéficié du statut de « licorne ». D’ici 2018, l’entreprise compte passer à environ 80 salariés et envisage donc de recruter une cinquantaine de personnes : commerciaux, programmateurs, équipes de développement, etc. En plus d’OVH, le bâtiment accueille Nespresso sur deux niveaux, soit 2 400 mètres carrés où travaillent environ 200 salariés. Covéa, GMF, la filiale Nexity Studéa (studios étudiants), ainsi que Randstadt sont également présentes dans l’immeuble. Pour le promoteur, il ne reste plus que 1 200 mètres carrés à commercialiser.

© Copyright Pierre Le Chatelier, photographe 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !