webleads-tracker

Le journal de l'éco -

Édition Auvergne Rhône-Alpes

Conseil, Audit, Expertise

Des actions de sensibilisation pour l’égalité hommes-femmes dans l’entreprise

Des actions de sensibilisation pour l’égalité hommes-femmes dans l’entreprise

A l’occasion de la commission du Groupement des Entreprises de Villeurbanne (GEVIL) le 29 mars, Delphine Guyard-Meyer, conseillère en égalité professionnelle au sein du cabinet FHink Egal.e à Lyon, interviendra sur la question de l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes.


Aller plus loin dans l’égalité professionnelle

L’égalité entre hommes et femmes dans l’entreprise est une problématique récurrente, bien que le droit tend à promouvoir la parité. La loi Rebsamen de 2015 sur le dialogue social et l’emploi va notamment l’imposer aux élections professionnelles et condamner le sexisme. Mais la pratique ne suit pas toujours la théorie. Pour aller plus loin dans cette réflexion, des conseillers professionnels en ressources humaines interviennent dans les entreprises auprès des managers et des collaborateurs, comme c’est le cas pour Delphine Guyard-Meyer. La conseillère en égalité professionnelle a co-fondé le cabinet FHink Egal.e, où elle propose avec son équipe des actions de sensibilisation, des formations et des ateliers pour faire bouger les lignes. Elle interviendra notamment à la commission du Groupement des Entreprises de Villeurbanne (GEVIL) le 29 mars, lors d’un déjeuner de deux heures organisé par Alain Garcia, président du GEVIL.

Lire aussi : Rencontre avec Alain Garcia à l’occasion des 10 ans du GEVIL

Trois questions à Delphine Guyard-Meyer, conseillère en égalité professionnelle

Quelles sont les problématiques récurrentes dans l’égalité hommes-femmes en entreprise ? 

Les stéréotypes et le sexisme ordinaire. Ce sont des sujets extrêmement liés, sur lesquels il est essentiel de communiquer. C’est pourquoi nous formons les managers et les collaborateurs à identifier ces stéréotypes et agir en conséquence. Chez FHink Egal.e, nous pensons qu’il est essentiel de travailler sur les pratiques de management, car la qualité de vie au travail, l’égalité professionnelle et le développement des compétences concernent chaque collaborateur, les hommes comme les femmes. Le manager ne doit pas, par exemple, empêcher l’évolution professionnelle d’une femme sous prétexte qu’elle ne pourra pas les assumer à cause des charges familiales. C’est pourquoi il faut comprendre le fonctionnement de l’entreprise au quotidien, pour permettre à chacun de s’engager pour bannir les préjugés.

Des dispositifs existent déjà au sein des entreprises pour travailler sur l’égalité professionnelle. Est-ce suffisant ? 

Nous constatons que beaucoup d’entreprises sont dans un effet « plateau », c’est-à-dire qu’elles ne vont pas assez loin dans leurs démarches. Des dispositifs légaux sont mis en place, les entrepreneurs commencent à mener des actions en interne sur ces questions d’égalité, les managers affichent leur volonté de négocier des accords… En fait, les actions permettant de lancer une première impulsion ont été réalisées : égalité salariale, accès des femmes en formation, lutte contre la discrimination… Mais ce n’est pas suffisant. Il faut rendre ces processus plus ouverts sur l’égalité hommes et femmes, aller sur le terrain pour rencontrer les managers, les collaborateurs, en associant l’ensemble des catégories professionnelles, cadres et non cadres. C’est un projet de changement important, qui concerne aussi bien les hommes que les femmes.

Quelles sont les différentes actions que vous menez auprès des entreprises ?

Nous organisons beaucoup de formations, d’ateliers mais aussi des conférences. Pour nous, il est important d’avoir une approche 360 degrés, pour s’adapter au mieux à l’environnement professionnel de chaque société. Les degrés de maturité sont très divers selon les entreprises sur les problématiques d’égalité professionnelle. Nous cherchons à sensibiliser les managers, les collaborateurs à ces problématiques, en apportant une dose d’humour pour dédramatiser ces sujets délicats. Nous sommes au-delà de l’aspect purement économique : il s’agit d’interroger les individus sur leur vision du monde, la place des hommes et des femmes. A travers nos formations et nos ateliers, nous essayons d’impulser une dynamique positive, via des animations de coaching en équipe, de leadership au féminin ou encore à travers des jeux, des dessins, des exercices, etc. Il faut permettre à chacun de s’affirmer.

A propos du GEVIL

le Groupement des Entreprises de Villeurbanne (GEVIL) compte plus de 150 adhérents. Ce club se donne comme mission d’accompagner ses membres et d’être un créateur de liens entre chefs d’entreprises, le tout en connaissance des caractéristiques de Villeurbanne.

Pour en savoir plus : http://www.gevil.fr/



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !