webleads-tracker

Psycho, Social, Bien-être

2 200 Copains dans la diversité du vélo

2 200 Copains dans la diversité du vélo

Environ 2 200 cyclistes se sont retrouvés ce week-end sur les routes du Livradois-Forez à l’invitation du cyclo-club Les Copains. Avec des nouveautés insolites et une organisation sans faille, l’édition 2016 a confirmé la renommée de la cyclo « Les Copains-Cyfac ».


Concours de machine, parcours de gravel bike (mélange de routes et chemins), randonnées sur 2 ou 3 jours, les nouveautés étaient nombreuses au programme de la cyclo « Les Copains-Cyfac » cette année. Une diversité des pratiques souhaité par l’organisation pour permettre aux visiteurs de profiter pleinement de « ce territoire fabriqué pour le vélo, qui se prête à toutes les disciplines et toutes les motivations », pour le président du cyclo-club Les Copains, Christian Miolane. « Une cyclo autrement, qui peut attirer du cyclosportif compétiteur au cyclotouriste contemplateur », poursuit l’organisateur.

Convivialité et sécurité

Convivialité et sécurité ont une nouvelle fois été les maîtres mots de cette édition. Avec des animations dans les villages et des encouragements de spectateurs tout au long du parcours, la convivialité était au rendez-vous, notamment à Saint-Martin-des-Olmes où se rejoignaient les trois circuits de 92, 115 et 155 kilomètres(*). Côté sécurité, l’association qui s’appuie sur près de 700 bénévoles pour la signalisation et sur le village mobilise de nombreuses associations du Pays d’Ambert. « C’est une des seules épreuve en France où la circulation est à sens unique sur 90% du circuit », pointe Christian Miolane. Une sécurité et une ambiance qui en font une cyclosportive de renommée internationale, classée parmi les 50 plus belles du monde par le magazine Le Cycle.

Réédition du concours de machines

Côté animation, le concours de machines, co-organisé par les Cycles Victoire et la revue 200 a éveillé la curiosité des visiteurs. Sur le thème de la randonneuse légère, une machine qui peut rouler sur tous les terrains, les fabricants clermontois ont réuni une grande partie des producteurs de vélo sur mesure en France, et réédité une compétition dont la dernière en date remontait à 1949. « Ces concours ont fait décoller le vélo dans les années 1930 », présente Alain Puiseux, directeur de la revue 200. Aujourd’hui l’objectif est toujours de faire avancer le vélo, mais aussi de mettre en avant la fabrication artisanale. Parmi les 19 participants, Julien Petrignet (voir photo), était l’un des trois fabricants amateurs du concours. Alors que les professionnels du vélo artisanal construisent en moyenne entre 20 et 25 vélos par an, Julien travaille sur ce projet pendant son temps libre. Malgré quelques déconvenues lors de la première dues la première utilisation de ses roues en bois, le constructeur a réussi à finir les trois jours de course. Ravi par « une organisation au top » et l’accueil des copains, le jeune homme repart d’Ambert avec le sourire et le plein d’idées pour ses prochaines créations.

Des retombées économiques

L’événement qui a bénéficié d’une météo favorable tout au long du week-end est également vitrine pour le tourisme en Livradois-Forez. « C’est une belle carte de visite pour le territoire », souligne le maire d’Ambert Myriam Fougère, qui se félicite de la tenue d’un événement de cette taille en Auvergne. « La course a un impact fort sur l’hébergement et des retombées indirectes en terme d’image », indique Myriam Fougère. Une étude économique sera réalisée cette année pour connaître en détail l’impact de l’événement sur le tourisme.

Après un week-end chargé, la pression peut retomber sur les organisateurs qui souhaitent prendre du recul avant d’envisager la prochaine édition. « C’est une organisation toujours fragile qui repose sur des bénévoles, un équilibre financier, et qui nécessite un investissement en temps et en énergie », souligne le président. Aussi une fête du vélo qui sera certainement reconnue a sa juste valeur.

(*) C’est l’Ambertois Mickaël Bérard qui remporte la course pour la troisième année consécutive sur le circuit Les Copains de 155 kilomètres.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !