webleads-tracker

Information économique locale

Art, culture, divertissement

Challenge The Room, leader de l’Escape Game à Grenoble

Challenge The Room, leader de l’Escape Game à Grenoble

Et si vous veniez tester votre logique et votre esprit d’équipe ? Saurez-vous trouver la clef ? Daniel Moindrot et Vincent Bäy vous proposent de vivre une aventure grandeur nature en famille, entre amis ou avec des collègues, dans une de leurs deux salles récemment ouvertes à Grenoble. Les deux collaborateurs nous présentent le concept et ses perspectives de développement.


Les deux Grenoblois Daniel Moindrot et Vincent Bäy ont eu la même idée en même temps, alors qu’ils ne se connaissaient pas encore : créer la première salle d’Escape Game dans leur ville. Après un Master en stratégie économique du sport et du tourisme, Vincent découvre les Escape Game au cours d’une année passée en Hongrie. Daniel, passionné par la création et les jeux d’évasion grandeur nature, veut en faire son métier, alors qu’il vient juste de terminer des études techniques. Il explique : « Nous nous sommes rencontrés en 2014 au moment où, chacun de notre côté, nous étions en train d’élaborer notre projet, et on a décidé d’unir nos efforts pour créer une société d’envergure. Accompagnés par la CCI et par MCAE Isère Active, nous avons ouvert notre première salle à l’automne 2014. »

Un concept importé du Japon

Le concept de Live Escape Game s’adresse autant aux familles qu’à des groupes d’amis, voire à des équipes d’entreprises. Le principe est simple : les participants sont entièrement immergés dans un environnement qui reproduit un espace réel et doivent résoudre une énigme en moins d’une heure. Le challenge nécessite observation, déduction, imagination et aussi beaucoup de collaboration entre les participants pour être réussi. « Chacune de nos salles est thématique et peut accueillir de 2 à 6 personnes. Nous avons des aventures pour tous les goûts : certaines ont pour cadre un dojo japonais, d’autres un vaisseau spatial ou encore une cabane en Louisiane. Le seuil de rentabilité de notre premier espace a été atteint au bout de deux mois seulement. Nous avons donc décidé d’en ouvrir un deuxième, qui a été inauguré le 17 décembre 2015. D’une superficie de 320 m2, il est aussi orienté vers l’accueil des professionnels et permet l’organisation d’événements d’entreprises : conférences, séminaires, team building… », indique Vincent.

L’entreprise connaît une phase de forte croissance

Le chiffre d’affaires de Challenge The Room est estimé à 160 000 euros pour 2015. Un développement rapide qui permet aux deux créateurs d’envisager de poursuivre sur des bases de croissance élevées. « En effet, précise Vincent, à l’heure où je vous parle, nous sommes 8 salariés, mais nous en accueillons deux nouveaux demain et serons bientôt 12. Nous lançons également un réseau de franchise dans toute la France sous notre marque, dont la première installation est basée à Chambéry. »

Certains clients sont devenus des amis

La créativité est omni-présente dans les Escape Game : indispensable aux participants qui se lancent dans la résolution d’une énigme, elle est également au centre du processus de conception des aventures. Les équipes de Challenge The Room travaillent à partir de brainstorming et d’idées originales, tout en puisant inspiration dans la centaine de salles qu’ils ont visitées de par le monde. Daniel complète : « Nous renouvelons nos aventures tous les 18 mois. C’est un processus continuel pour répondre à la demande de nos clients. Cela demande de gros efforts et beaucoup de temps de scénarisation, mais c’est ce qui nous plaît. Nous veillons particulièrement à l’accueil des personnes, car elles viennent chez nous pour passer un bon moment et se détendre. Un récent questionnaire de satisfaction nous a crédités d’un taux de près de 100 % ! Il est très important de mettre à l’aise et de rassurer les joueurs avant qu’ils se lancent dans l’inconnu : pour chaque aventure, outre une phase de préparation, un maître du jeu suit les participants par vidéo interposée dans la pièce. Il peut entrer en relation avec eux en cas de besoin. »

Les deux fondateurs sont aujourd’hui pleinement satisfaits d’être les porteurs d’un projet qui se développe et d’avoir réussi à créer de l’emploi pérenne. « En fait, c’est vraiment la réussite d’une équipe, ajoute Vincent, et j’aimerais citer plus particulièrement Jonathan L’Ecolier, notre responsable d’exploitation ». Voilà qui est fait !



Un article de Fabrice Fery

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !