webleads-tracker

Clubs, syndicats, clusters et réseaux

Club Business 1+1, booster d’affaires et visibilité

Club Business 1+1, booster d’affaires et visibilité

Créé en 2014 par le Journal de l’éco et ouvert à tous les acteurs économiques, le Club Business 1+1 est un réseau d’affaires en plein boom. Partage d’informations économiques, de best pratices autour d’un déjeuner animé 100 % business mais aussi une offre de visibilité médiatique pour tous les membres sur le Journal de l’éco et ses médias (site de presse, newsletter, réseaux sociaux et bientôt l’application mobile).


“Un réseau pour booster vos ventes, votre visibilité, votre réseau d’affaires et partager les informations business”

3 ans déjà que le Journal de l’éco a créé le Club Business 1+1 avec l’envie de monter un réseau de networking doté d’une nouvelle vision du business. « Le Club Business 1+1 c’est l’échange et le partage d’informations économiques dont on peut être acteur. Des informations qui bénéficient d’une visibilité médiatique au travers du Journal de l’éco. Ainsi, les membres profitent de la puissance de notre journal et de ses médias pour communiquer sur une actualité à forte valeur ajoutée pour leur entreprise, leur territoire… Ils peuvent également profiter d’offres privilèges leur permettant de booster la visibilité de leur entreprise sur notre Journal. », explique Lionel Chaumeil, directeur général du Journal de l’éco.

Les décideurs et acteurs économiques du Club Business 1+1 se retrouvent tous les premiers lundis de chaque mois autour d’un déjeuner. « Le créneau est parfait parce qu’il ne bouscule pas l’agenda des membres qui, selon les clubs, doivent se réveiller tôt le matin ou rester tard le soir pour participer aux réunions. », se félicite Laurent Cluzel, responsable développement au Journal de l’éco.

Les membres forment des tables de 6 personnes. « Ils font en sorte de se mettre avec des gens qu’ils ne connaissent pas pour pouvoir présenter leur société, partager des informations économiques profitables à tout un chacun (opportunité commerciale, nomination, aide ou subvention, nouvelle réglementation, appel d’offre…) et échanger des best practices. », ajoute Laurent Cluzel.

A la fin du déjeuner, un membre – désigné par ses pairs pour être le porte-parole – présente les informations élues pertinentes par le groupe, des informations également relayées aux quelque 200 000 décideurs économiques qui reçoivent chaque matin la newsletter du Journal de l’éco.

« Tout club est particulièrement intéressant à fréquenter, du seul fait des échanges humains qu’il permet lors des rencontres mais au Club 1 + 1, la particularité réside dans le fait que les profils sont vraiment extrêmement différents : de l’avocat au jeune chef d’entreprise spécialisée dans le nettoyage, en passant par une chargée de communication-marketing par exemple. Les rencontres sont vraiment ciblées sur les actualités des uns et des autres et c’est un bon vecteur d’informations selon moi. », précise Albane Pelese, chargée de communication-marketing pour le Cabinet Fidal.

Pour Sophie Kieffer, associée Eurallia Finance, la force du Club Business 1+1 : son efficacité et sa simplicité : « C’est direct, convivial, facile d’accès, sans prétention. C’est un Club très pragmatique qui m’a apporté des contacts professionnels, des affaires et qui me permet de faire de la veille. »

Albane Pelese confirme : ce Club lui a permis de faire « de nouvelles rencontres  » tout en tissant son réseau professionnel. « Il faut savoir sortir de son microcosme professionnel. J’essaie, pour ma part, d’en faire profiter les avocats du Cabinet Fidal pour lequel je travaille quand ils peuvent m’accompagner. Cela me permet également de voir régulièrement des prestataires ou des relations de travail, c’est un lieu d’échanges. Pour moi, professionnellement c’est un + ! »

 

Une nouvelle façon de penser le club business

« A la différence d’autres clubs, le Club Business 1+1 n’est pas un rendez-vous d’affaires où il faut faire du business à tout prix ! Dans certains clubs d’affaires, j’ai eu l’impression d’être « violé ». Le mot est fort mais, à mon sens, justifié. En effet, on m’a, par exemple, déjà demandé d’expliquer, de détailler ma démarche commerciale, de présenter mes nouveaux contrats, des informations stratégiques sur lesquelles je ne me sens pas à l’aise de communiquer avec d’autres. », confie Marc-Alexis Roquejoffre, président de la SAS Marc Production, avant de poursuivre : « Au Club 1+1, personne ne pousse à orienter notre discours sur une thématique définie à l’avance. Nous communiquons sur ce qui nous semble important pour notre entreprise et son environnement. »

Aujourd’hui à Clermont-Ferrand, demain à Lyon et Paris… Le Journal de l’éco tend à expatrier son réseau d’affaires sur d’autres métropoles, tout comme ses éditions. Le nombre d’abonnés ne cesse de croître et l’ouverture d’un nouveau Club Business 1+1 sur le territoire puydômois est déjà dans les tuyaux. Affaire à suivre.

Votre contact :
Laurent CLUZEL
Directeur du développement – Journal de l’éco
Mail : laurent.cluzel@lejournaldeleco.fr
Tél. : 07 69 91 39 80

logo-journal-eco



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !