webleads-tracker

Banque, Assurance, Prévoyance

Crédit Mutuel : Nous avons fait le choix de l’unité en pleine conscience des dangers de la stratégie de sécession…

Crédit Mutuel : Nous avons fait le choix de l’unité en pleine conscience des dangers de la stratégie de sécession…

Les élus fédéraux et des présidents des caisses locales du Crédit Mutuel Massif Central publient un ‘manifeste pour le respect de la démocratie mutualiste’. Une démarche surprenante par sa forme : Des encarts publicitaires achetés dans la presse. Toutefois, ce communiqué s’inscrit dans la logique de l’action engagée par le conseil d’administration et le nouveau président du CMMC dans leur volonté de réaliser un divorce rapide avec le groupe Arkea…


Il y a quelques semaines seulement, nouvellement élu comme Président du Crédit Mutuel Massif Central (CMMC), Frédéric Ranchon décide de l’intégration de sa fédération au sein du CM11-CIC, au 1er janvier 2019, signifiant que le CMMC rompt unilatéralement sa relation avec le groupe Arkea pour rejoindre le groupe rival.

Dans l’univers feutré du monde bancaire, des mots inédits fusent, et pas seulement dans les couloirs des différents sièges des groupes concernés mais à la une de la presse : Putsch, séisme, révocation, plan d’urgence, violence inouïe, prise d’otage, etc.

Sur le terrain, les actes démontrent que la situation est inédite : Après la révocation ad nutum de Morgan Marzin, directeur général du CMMC, le 4 juillet ce sont les collaborateurs du siège du Crédit mutuel du Massif central qui n’ont plus accès à leurs bureaux après que le groupe Arkéa, ai dépêché à Clermont-Ferrand une équipe d’une quinzaine de collaborateurs pour “remettre de l’ordre” et “reprendre possession des bureaux dont ils sont propriétaires”.
Le groupe Arkea déclenche alors un « plan d’urgence et de poursuite de l’activité », un dispositif d’exception réservé aux crises aiguës.

Un bras de fer pour un organe central indépendant

Unies sous la même marque du Crédit mutuel, les deux fédérations n’en sont pas moins rivales. Ainsi, le conflit entre Arkea, et son Président Jean-Pierre Denis, et le CM11 présidé par Nicolas Théry n’est pas récent et il a déjà mené les deux groupes devant les tribunaux, le Conseil d’Etat ou encore l’Autorité de la concurrence.

Pour preuve, l’assemblée générale de la confédération intervenue début 2016 et qui avait entériné la fusion avec la caisse centrale et voté de nouveaux statuts dans le but de rendre compatible la structure juridique du mutualiste avec la supervision de la Banque centrale européenne (BCE) avait été immédiatement qualifiée par la gouvernance du Crédit mutuel Arkea comme une tentative de prise de contrôle orchestrée par les 11 autres fédérations regroupées au sein du CM11-CIC.

2016, l’année la plus accomplie dans toute l’histoire du groupe Arkea

Pourtant, l’action du CMMC intervient à un moment surprenant alors que Ronan Le Moal et Jean-Pierre Denis, , respectivement directeur général et Président d’Arkea, viennent de communiquer afin de souligner «que le groupe venait de réaliser l’année la plus accomplie dans toute son histoire. »
Les dirigeants du Crédit Mutuel Arkéa s’accordant même pour voir dans les résultats exceptionnels de l’exercice 2016, une «validation de l’efficacité d’un modèle économique fondé sur une autonomie de décision ».

En 2016, le groupe Crédit Mutuel Arkéa a réalisé un PNBA (Produit net de bancassurance, l’équivalent du chiffre d’affaires pour ce secteur) de 1,85 milliard d’euros. En progression de 4,1 % par rapport à 2015, année déjà exceptionnellement bonne. Le résultat net (bénéfice) s’établit à 336 millions d’euros, en hausse de 13,5 %. « Nous n’avions jamais franchi la barre des 300 millions, se félicite Jean-Pierre Denis, une progression de 40 % en trois ans, un doublement, au million près, en quatre ans ! »  (Source Ouest France)

 

Capture d’écran 2017-07-15 à 11.54.29

 

Le communiqué des élus fédéraux et des présidents des caisses locales du Crédit Mutuel Massif Central :

Manifeste pour le respect de la démocratie mutualiste

Par nos votes des 22 et 27 juin et du 11 juillet 2017, nous, présidents des caisses locales du Crédit Mutuel Massif Central avons élu un nouveau Président en la personne de M. Frédéric Ranchon et avons voté majoritairement pour une stratégie attachant une priorité à la préservation et au renforcement des valeurs de l’unité et du développement du Mouvement Crédit Mutuel.
Cette unité, nous la considérons comme l’environnement le plus favorable à la préservation des emplois sur nos territoires et au développement de nos caisses locales tout en protégeant nos sociétaires.
Nous avons fait le choix de l’unité en pleine conscience des dangers de la stratégie de sécession poursuivie depuis des années par le Crédit Mutuel Arkea.
Les prises de parole et actions menées par le Crédit Mutuel Arkea ces derniers jours en réaction à nos votes ont démontré un profond mépris pour la démocratie mutualiste et pour notre statut de fédération autonome et libre de ses choix dans le respect de la solidarité du Crédit Mutuel. Les caisses se sont exprimées à travers leurs élus et leur organe de représentation ce qui assoit la légitimité des décisions et participe de l’autonomie et de la démocratie du fonctionnement du Crédit Mutuel Massif Central.

Nous demandons donc solennellement aux dirigeants du Crédit Mutuel Arkea de respecter nos votes et notre décision.
La démocratie mutualiste est la plus importante de nos valeurs, notre rôle d’élus est et sera toujours de la défendre.
Nous renouvelons notre soutien aux salariés et aux représentants du personnel du Crédit Mutuel Massif Central dans le contexte créé par les initiatives prises par le Crédit Mutuel Arkéa au siège du Crédit Mutuel Massif Central depuis le 4 juillet dernier. Nous soutenons les actions entreprises depuis par les représentants du personnel.

Nous réitérons notre souhait que cette transition, que nous avons désormais amorcée, se fasse en bonne intelligence et dans un esprit de coopération avec le Crédit Mutuel Arkea, dans le respect des prérogatives de toutes les parties, afin de préserver les intérêts des salariés, des sociétaires et des clients de nos territoires.

Frédéric_Ranchon small formatSignataires : Des élus fédéraux et présidents des caisses locales du Crédit Mutuel Massif Central :
Daniel Bannes, Daniel Barbat, Christine Bidaud, Pascal Boutoute, Patrick Copet, Claude Cugnet, Jean-François Devaux, Pierre Diss, Dominique Favé, Michel Faversienne, Olivier Guiot, Georges Malevialle, Henri Mazal, Hélène Moreno, Claude Osier, Gérard Perche, Josette Quéron, Frédéric Ranchon, Philippe Rage, Annie Rollin, Richard Sapena, Marie-France Thevenin, Michel Veysseyre, Jean-Marc Vincent

 

Crédit Mutuel Arkéa : La force d’un des tout premiers établissements bancaires français ayant son siège en région.

Le Crédit Mutuel Arkéa est né en 2002, du regroupement des fédérations de Crédit Mutuel de Bretagne, du Sud-Ouest et du Massif Central ainsi que d’une trentaine de filiales spécialisées (Fortuneo, Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels, Suravenir, Monext, Leetchi…et depuis quelques semaines « MAX, la nouvelle Fintech du groupe pilotée par Didier Ardouin, ancien Directeur Général du CMMC.
Le Crédit Mutuel Arkéa se classe parmi les tout premiers établissements bancaires ayant leur siège en région avec 9 000 salariés, 3 500 administrateurs, 3,9 millions de sociétaires et clients dans la bancassurance et plus 120 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

 

Le Crédit Mutuel Massif Central : la dynamique d’une équipe engagée sur son territoire !

Même si le CMMC ne représente que 34 des 334 caisses d’Arkéa et 3 % des fonds propres du groupe, le Crédit Mutuel Massif Central, présent sur les départements de l’Allier, du Puy-de-Dôme, du Cantal et de l’Aveyron est fort d’une dynamique d’innovation et de proximité ayant notamment donné naissance aux projets ‘Fan d’Auvergne’ et ‘Fan d’Aveyron’.
Le CMMC compte 241 salariés, 226 administrateurs de caisses locales et propose ses services à plus de 112 000 sociétaires et clients.


Frédéric Coureau
Directeur des publications


Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !